Billets récents

Quelques idées de cadeaux

En 1896 Charles Delbret, dit Claverie, est entendu par un juge, Monsieur Espinas. Claverie, en effet, ne vendait pas que des Bas élastiques pour varices, mais aussi des Appareils spéciaux pour l’usage intime des deux sexes. Et ça, ça pouvait parfois poser quelques petits problèmes, que la justice était chargée de résoudre.
onanisme-0
Et il éditait un catalogue. L’on y trouve quelques idées de cadeaux (pour elle comme pour lui, car, en 1896 déjà, les cadeaux étaient genrés).
onanisme-1
ou encore
onanisme-2
Je comprends qu’il soit difficile, à quelques jours de Noël, de commander par correspondance de tels jouets. Mais le magasin est ouvert ! (Même les dimanches et fêtes, car en 1896, on était socialiste moderne : pas de vacances, pas de congés payés, pas de sécurité sociale…)
onanisme-3
Et n’ayez pas peur, les “clients répondant à un sentiment fort compréhensible désir[a]nt ne pas être vus en rentrant chez nous” ont la possibilité d’utiliser une “entrée particulière”.
Les vitrines du magasin, en effet, suscitaient parfois l’amusement des passants, comme l’indique ce rapport de surveillance policière : « à différentes reprises on a pu constater que des passants s’arrêtaient devant sa porte et se montraient en riant des articles spéciaux en caoutchouc et en baudruche d’un usage trop intime pour être publiquement exhibés. »
onanisme-4
Des articles spéciaux en caoutchouc ? Comme ceux-ci peut-être : des “excitateurs”…
onanisme-5
Décidément, nos arrières-arrières-grands-parents avaient le choix au moment de Noël.
onanisme-6

S’il est compliqué de se déplacer jusqu’en 1896, il est toujours possible, aujourd’hui, de visiter la Maison Claverie, toujours située au 234 Faubourg Saint Martin.
onanisme-7

Source : Archives de Paris, D2U6 110, Delbret. C’est le travail de Maxence Rodemacq (L’industrie de l’obscénité. Commerce pornographique et culture de masse à Paris (1855 – 1930), Univ. Paris 1, dit. Kalifa) qui m’a dirigé vers ce dossier de procédure.

Astérix chez les économistes

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 17 décembre 2014, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?
Ma “Carte blanche” dans Le Monde porte aujourd’hui sur une étude très intéressante de Fourcade, Ollion et Algan, sur l’arrogance des économistes américains : “The Superiority of Economists”. Cette étude relie le sentiment de supériorité des économistes à leur organisation professionnelle — qui encourage cette arrogance.
Il est amusant de voir que, la même semaine, aux Etats-Unis, deux économistes se sont révélés très arrogants : J. Gruber, qui a déclaré que la loi sur la protection sociale d’Obama devait son salut à “la stupidité des électeurs”, et B. Edelman, qui a menacé d’un procès un restaurant chinois dont la livraison était supérieure de 4$ au prix mentionné sur le site internet.
Anecdotes, certes, mais anecdotes amusantes.
Plus sérieusement, si j’ai choisi d’évoquer cette étude, c’est qu’elle utilise de nombreux indicateurs (citations, origine des directeurs des associations professionnelles, salaires…) pour objectiver une forme évanescente d’identité professionnelle.
Le plus souvent, quand des sociologues étudient le travail scientifique, c’est dans une optique plus structurelle. Il existe ainsi des travaux sur les économistes (Lebaron, ou Fourcade ou encore Le Gall) et des travaux sur les biologistes (Latour et Woolgar)… Mais à ma connaissance ces travaux ne cherchent pas à rendre compte d’une réputation collective.

Universités en ruine

Héloïse Duché, doctorante à l’université Paris 8, a été surprise de l’état de délabrement des bâtiments. Elle est à l’origine d’un tumblr Ruines d’Université qui présente des photos de divers bâtiments, de Paris à Toulouse, de Caen à Aix.
Quand il n’y a plus assez d’argent pour assurer le recrutement des enseignants-chercheurs, quand tout le personnel ouvrier non qualifié a été externalisé, quand il n’est plus possible d’entretenir des bâtiments construits il y a 50 ans, ou même 30 ans, et jamais rénovés… alors la ruine s’installe.
Les reportages, sur France 3, sur France 2, sur M6 sont édifiants : toilettes bouchées, fuites de canalisation, chauffage cassé, murs qui s’effritent.
On trouvera même dans des articles académiques d’historiens, ou des ouvrages de sociologues, des mentions des toilettes délabrées de Paris 8 :

jounin-toilettes
un exemple : l’introduction à Voyage de classes de Nicolas Jounin (ed. La Découverte, 2014)

Dans le monde concurrentiel de l’enseignement supérieur, il ne fait pas bon parler de cela : “cela va faire fuir les étudiants”, prétendent les chargées de communications, repris par les Présidences et quelques collègues. Alors les sites internet présentent de belles photos de comédiens souriants jouant aux étudiants, des cadrages artistiques qui éliminent la vision des risques sanitaires. Il faudra sans doute un décès du à la chute d’un mur pour qu’un “plan campus” soit mis en place.
J’ai documenté à plusieurs reprises mes conditions de travail à Paris 8. Jean-No*el Lafargue aussi : et récemment. Et une de mes photos a été fortement diffusée suite à sa reprise sur le tumblr Ruines d’Université :

toilettes

C’est une jolie photo : cadrage central, lumière zénithale, fort contraste. Elle montre un wc cassé, resté dans cet état pendant plusieurs semaines (j’ai des preuves photographiques). C’était à une époque où Paris 8 (25 000 étudiants), n’avait plus aucun plombier à plein temps : les temps sont durs pour les universités quand, année après année, le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche diminue.

Journée d’étude sur les “virtuoses du vote”

Vendredi 14 novembre 2014, à partir de 9h, je co-organise avec Lucie Bargel (Université de Nice) une journée d’études sur les virtuoses du vote, celles et ceux qui non seulement vont voter, mais qui, en outre, votent « à leur manière » : dans une autre commune que celle de leur résidence, ou bien sans se présenter au bureau de vote, ou encore en ré-agençant les listes candidates.

Le programme-affiche en PDF est là.

Et le programme est aussi sur une page dédiée (avec les résumés des communications). Il y aura des présentations sur des pratiques aussi étranges que le “panachage” de listes (encore possible dans certaines communes), sur le vote blanc (qui demande une certaine virtuosité pour ne pas devenir un vote nul : un message comme “ceci est un vote blanc” en fait un vote nul), sur les votes en dehors du lieu de résidence, sur la procuration, etc… En s’intéressant au vote comme acte concret, acte matériel, nous allons revisiter ensemble ce que l’on appelle la compétence politique.

Le tout se tiendra au 59 rue Pouchet (75017 Paris), dans la toute nouvelle salle de conférences.

Des étrangers votent-ils (vraiment) ?

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 5 novembre 2014, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?
J’ai choisi cette semaine de présenter une étude, Do non-citizens vote in U.S. elections? : “est-ce que les non-citoyens votent aux élections étasuniennes ?”
Cet article a un grand intérêt : à partir d’une enquête de grande ampleur portant sur les pratiques électorales aux Etats-Unis, les auteurs repèrent des non-citoyens qui déclarent pourtant être inscrits et voter. Les auteurs présentent leurs résultats ici.
Cet article a suscité de nombreux commentaires (avant même sa publication) : What can we learn about the electoral behavior of non-citizens from a survey designed to learn about citizens? ou encore Methodological challenges affect study of non-citizens’ voting, que l’on pourrait résumer ainsi : puisque l’enquête par sondage à l’origine de l’article portait explicitement sur les citoyens, est-elle adaptée à ce que souhaitent étudier les auteurs de l’analyse secondaire (portant sur les non-citoyens) ?
D’autres enquêtes (sur les dons d’argents aux partis politiques (par des citoyens ou des non-citoyens) ne permettent pas de confirmer les résultats de Richman, Chattha et Earnest.
Les auteurs de l’article ont répondu aux critiques, toujours sur The Monkey Cage : Do non-citizens vote in U.S. elections? A reply to our critics. (The Monkey Cage est décidément un blog très intéressant et il permet le débat rapide entre politistes étatsuniens).

De plus d’autres enquêtes, plus ethnographiques, comme celle, excellente, de Sébastien Chauvin à Chicago, Les agences de la précarité, soulignent les différents “éléments de citoyenneté” les “niveaux de citoyenneté”, les “marchés secondaires de la citoyenneté” : “l’existence de ces niveaux de légalité [différents au niveau local, municipal, étatique ou fédéral] se traduit dans la conscience juridique des immigrés sans papiers..” (p.52), “Les migrants irréguliers connaissent également un accès à la citoyenneté formelle elle-même” : “appréhendées diachroniquement, leurs trajectoires documentaires font fréquemment apparaître un enchaînement vertueux d’incorporation bureaucratique au cours duquel un premier élément de citoyenneté obtenu, y compris par la falsification, devient la condition d’une insertion civique croissante, faire de droits de plus en plus formels et de papiers de plus en plus authentiques, bien qu’illégitimes” (p.53).

Une exploration des requêtes

Depuis un peu plus d’un an, les visiteurs de http://coulmont.com/bac/ ont fait 265000 requêtes. Le prénom Kevin a été entré 4600 fois, suivi par Marie (2500), Mathilde et Mohamed (2200). 15 000 prénoms différents ont été recherchés, dont Yseulys, Yssam, ou encore Yun (à une reprise).
Parce que seul le prénom et l’heure de la requête sont gardés en mémoire et que ni l’adresse IP, ni la configuration informatique, ni rien d’autre n’est enregistré, je ne peux savoir qui cherche 15 prénoms, qui n’en cherche qu’un seul.
Je me demandais si les prénoms recherchés étaient surtout les prénoms des bacheliers (les personnes cherchant à valider statistiquement leur classement) ou des prénoms d’enfants à naître (les futurs parents essayant de s’assurer statistiquement de leur choix).
Examinons d’abord les 50 prénoms les plus recherchés (ils ont été à l’origine de 65000 requêtes) : Kevin Marie Mathilde Mohamed Pierre Louis Charles Camille Antoine Adele Paul Nicolas Alexandre Thomas Louise Guillaume Claire Jean Francois Charlotte Baptiste Pauline Lea Julien Maxime Alice Juliette Sophie Chloe Arthur Julie Clement Mohammed Vincent Sarah Victor Manon Jeanne Agathe Anne Hugo Edouard Adrien Dylan Lucie Clemence Marion Romain Emma et enfin Olivier
Ce sont des prénoms qui, à eux tous, suffisent à nommer 35% des naissances de 1900. Et surtout, ils forment un groupe de prénoms qui nomme 26,5% des naissances de 1996. Les 50 prénoms les plus fréquemment recherchés sont les prénoms des bacheliers de 2012-2014.
bac-1-50
Les prénoms un peu moins recherchés (disons ceux qui sont entre le 51 et le 200e rang) sont surtout des prénoms des années 60-80 : on y trouve Axel, Damien, Delphine, Elsa, Loïc…
En dessous, entre le 201e rang et le 800e rang se trouvent les prénoms des parents des bacheliers : Claudine, Evelyne, Francis, Jean-Claude (recherché à 90 reprises)… Ce groupe de prénom nomme 55% des naissances de 1955
Et les prénoms très peu recherchés, ceux qui se trouvent sous le 800e rang ? On y trouve les prénoms des grands-parents mais aussi des prénoms en voie de croissance, des prénoms de plus en plus donnés depuis le début des années 2000. Ils ne peuvent couvrir que 10% des bacheliers de 2013, mais ils représentent 30% des naissances de 2012. Malheureusement pour les internautes, ces prénoms ne se trouvent pas dans la base : ils sont trop rares.
bac-1-15000
Il semble donc y avoir, grosso modo, une relation entre la popularité des requêtes et les générations.

Les notes du bac

Comment ont évolué, au cours des dernières années, les notes au bac ? Dans le cadre des discussions politiques autour des “bourses au mérite”, un examen de la dispersion de ces notes peut être révélateur.
La MENESR-DEPP dispose d’une série, “Distribution des candidats présents au baccalauréat professionnel, technologique ou général selon la moyenne finale obtenue”, entre 2006 et 2013, que l’on va étudier ici. Notons tout de suite que l’on ne prend en compte que les candidats présents, pas les candidats inscrits au bac mais ne le passant pas ou passant seulement une partie des épreuves, pour une raison ou une autre.

Commençons par les bacs professionnels : le graphique ci-dessous indique qu’environ 40% des élèves obtiennent le bac pro avec entre 10 et 12 de moyenne. Au cours des 9 dernières années, la proportion d’élèves obtenant entre 8 et 10 a eu tendance à baisser. Notons que, sur la même période, il y a eu une réforme du bac pro et une forte augmentation des effectifs.
bacpro20062013

Poursuivons par les bacs techno : les notes semblent un peu plus concentrées autour de la moyenne.
bactechno20062013

Terminons par les bacs généraux : les notes sont moins concentrées autour de la moyenne, et on remarque une tendance à la diminution de la proportion des notes inférieures à 10.
bacgeneral20062013

Si l’on anime ce dernier graphique, en faisant défiler les différentes années les unes après les autres, voici ce que cela donne :
bacgeneralanimation
On remarque mieux les mouvements d’une année sur l’autre.

L’intérêt de la série de la DEPP est sa finesse : les moyennes sont disponibles au dixième de point près.

On voit, sur ce graphique, l’attraction pour les notes rondes. Il est entièrement faux de dire que “on donne le bac à tout le monde”. Seul un tiers d’une cohorte d’élève obtient le bac dans les temps écrivent T. de Saint-Pol et J. Cayouette : “seul un tiers des élèves entrant en 6e parvient effectivement à ce diplôme dans le temps initialement prévu”. Et à quoi servirait de recaler un élève pour 0,1 0,2 ou 0,3 points ? La barrière est-elle plus importante que le niveau ? Les jurys évaluent donc, pour les notes rondes, l’ensemble des éléments dont ils disposent. Ainsi, environ 5% des candidats obtiennent une moyenne comprise entre 10 et 10,0999.
repartition-dixieme
Entre 5/20 et 9,9/20, la répartition des notes forme deux “vagues”, résultat, sans doute, de la barrière à 8/20 pour passer à l’oral, et de l’attirance pour le 10 qui crée la bachelière. Et ensuite, l’on repère l’attraction qu’exerce les 12, 14 et 16, barrières des mentions. Le 18, qui ne donne aucune mention (les “félicitations du jury” n’existant absolument pas, sauf dans l’esprit de quelques parents), ne donne pas lieu à un pic.

Mais un phénomène intéressant est repérable vers les très hautes notes. La proportion de candidats obtenant in fine une moyenne supérieure à 18/20 est passée, entre 2006 et 2013 de 0,4% à 1,8%. Les candidats ayant une note supérieure à 19 sont passés de 160 à près de 1600. Le 20/20 était obtenu par 6 candidats en 2006, et par un peu plus de 60 candidats en 2013.
bignotes-evolution
Les très hautes notes sont toujours un signal. La mention “TB” remplissait “de mon temps”, ce signal, quand les IEP quasiment d’office admettaient les candidats l’ayant reçue, ce qui a maintenant pris fin. Ce sont les “20/20″ qui, maintenant, sont interviewées par la presse régionale.

Ton prénom n’est pas unique

Chaque personne est unique, mais son prénom beaucoup moins. Coca-Cola l’a bien compris (faisons ici comme si Coca était une personne).
Depuis quelques années, Coca édite des canettes “personnalisées” : une centaine de prénoms d’abord, puis plus de 250 (été 2013), et enfin, cette année, 1000 prénoms.
Ainsi, une bonne partie de la population née en France est couverte par cette personnalisation. Avec 1000 prénoms, c’est presque 80% des personnes nées vers 2000 qui peuvent trouver bouteille à leur nom, et plus de 60% des jeunes enfants nés vers 2010.
coca-proportions
Mais 1000 prénoms ne couvrent pas toute la population. Plusieurs prénoms sont absents de la liste, dont la transcription francophone de celui du prophète de l’Islam. Mais aussi Georgette, Mauricette, Marcelle, Renée, Simone, qui ne se trouvent pas dans le cœur de cible de la marque (en revanche, les Mathis, Léna, Hugo, Maelys, nés vers 2010, peuvent se trouver sur des canettes).
Voici les 50 plus “gros” prénoms ne se trouvant pas dans la liste 2014 des prénoms-Coca.
coca-non-non
De fait, une bonne proportion des personnes nées avant 1930 sont décédées… Il reste peu de Simone en vie par comparaison aux Simone nées.
Une autre manière de représenter l’intérêt pour certaines générations est de se concentrer sur la proportion du “top 100″ ou du “top 1000″ couvert par la liste des 1000 prénoms Coca. Tous les prénoms du “Top 100″ après 1950 sont dans la liste. Coca s’intéresse bien aux prénoms les plus répandus. Mais Coca est plus sélectif quand on compare avec le “Top 1000″ des prénoms les plus répandus une année données. Ainsi, au maximum, seuls 80% des prénoms du “Top 1000″ de 1990 (les 1000 prénoms les plus donnés aux bébés cette année-là) se trouvent dans la liste Coca.
coca-top
Il y a donc une liste d’environ 200 prénoms qui se trouvent dans cette liste et qui ne devraient pas s’y trouver si Coca suivait uniquement la liste des fréquences.

Jeunes électeurs, vieux électeurs, à Paris

Toujours en partant des listes électorales, voici une estimation rapide de la densité de jeunes électeurs et électrices (de moins de 20 ans) et de la densité des séniors parmi les seniors, les électrices de plus de 91 ans (il y a moins d’électeurs, à cet âge). Des courbes de niveaux indiquent les zones de densité moyenne équivalente.
jeunes-vieux
Cliquer pour agrandir

L’image est parlante : la densité de jeunes électeurs est importante dans les quartiers populaires, et celle des super-seniors dans des quartiers plus bourgeois. Mais l’indicateur est imparfait. Les zones peu peuplées (8e arrondissement, par exemple) contiennent par définition peu d’électeurs, mais ne contiennent-elles pas plus de vieux électeurs que de jeunes électeurs ?
Ainsi une carte qui s’intéresserait à la proportion de jeunes électeurs (ou de vieux électeurs) parmi l’ensemble des électeurs donnerait une image un peu différente de Paris.

Paris, ville monde

Les listes électorales parisiennes (1,2 millions d’individus) renseignent sur le pays de naissance des électeurs parisiens. Une partie d’entre eux est née à l’étranger. Plus de 6000 au Viet Nam, un peu plus de 5000 au Liban, etc… On compte même un (ou une) électeur(e) né(e) au Vatican, ou plutôt ayant déclaré être né(e) au Vatican.
Ces électeurs sont peut-être “nés étrangers à l’étranger”, mais ils sont peut-être “nés français à l’étranger”. Mais l’étranger n’est pas toujours l’étranger : l’Algérie fut un moment des départements français, et les Algériens furent eux-aussi un moment des électeurs français. Et les pays changent de nom : où donc ont bien pu naître les électeurs français nés en “U R S S” ? Plus de 200 pays apparaissent dans ces listes : Paris est bien une ville-monde.
Mais il y a des mondes différents dans cette ville-monde.
Prenons donc les électeurs nés dans quelques pays choisis et examinons la dispersion spatiale de ces électeurs. J’ai superposé aux cartes des courbes de niveau qui donnent une idée imparfaite de la densité.
mondes-paris
L’on distingue bien des zones préférentielles : le Nord-Est parisien populaire, le Sud-Est du 14e arrondissement. Les électeurs et électrices nés au Liban ont ici une répartition bien spécifique : ils ont choisi le Paris du Sud-Ouest, 16e et 15e arrondissement. Reste à comprendre pourquoi…
Les électeurs nés aux États-Unis d’Amérique, eux, sont d’abord peu nombreux, mais aussi peu concentrés. Ils évitent visiblement le Paris populaire pour préférer le Paris touristique ou bourgeois.
La localisation a été réalisée grâce aux données du “projet BANO“, mais les coordonnées des points ont été légèrement modifiées. Note sur la lecture enfin : ce n’est pas parce qu’une zone est toute orange ou toute rose que les électeurs y résidant seraient majoritairement nés à l’étranger.