Billets récents

Changer de nom (ou de prénom) en Inde

En Inde, les journaux locaux, comme le India Express
01-india
publient régulièrement les annonces de changement d’identité, nom ou prénom. [L'onomastique indienne est complexe : je parlerai quand même ici de nom et de prénom même si…]
Jules Naudet m’a envoyé récemment la copie d’une page.
La première impression est celle d’un dépaysement total :
02-names
Pourquoi donc Deepak Sehgal, fils de Gyan Chand Seghal ["S/o" signifie "fils de", "D/o" fille de, "W/o" femme de, et "R/o" indique l'adresse] souhaite-t-il modifier le prénom de son fils (mineur), supprimer le prénom “Devansh” au profit de “Arnav” ? L’immédiateté de la connotation des prénoms (“Apolline”/”Cynthia”) disparaît dans le cas présent. Il reste des indices maigres : les “femmes de” prennent le nom de leur époux.
D’autres déplacements apparaissent aussi :
03-occid
Rikki devient Ricky, Riddhika devient Raisabel Plesnikova, Meena devient Monika. Dans ces trois cas, les prénoms d’arrivée semblent plus occidentaux que les prénoms de départ.
Les procédures pour changer de nom (ou de prénom) sont relativement simples, m’explique J. Naudet : simple dans le contexte de la bureaucratie indienne [deux liens pour celles et ceux qui veulent en savoir plus : ici et ]. Comme en Grande Bretagne ou aux États-Unis, le prénom et le nom ne sont pas affaire d’État, mais affaire personnelle : la procédure vise à assurer une chaîne d’écritures entre l’ancienne identité et la nouvelle identité. Une sécurité juridique, en somme.
Toutefois, les individus souhaitant changer d’identité doivent indiquer les raisons de leur demande. Le conseil d’un astrologue suffira à justifier cela.

E pluribus…

Les électeurs français nés à l’étranger constituent une petite partie (environ 10%) de l’électorat : ce sont soit des personnes ayant acquis la nationalité française, soit des électeurs nés français mais dans un pays qui est aujourd’hui un pays étranger, par exemple devenu indépendant, soit des électeurs nés de parents français à l’étranger… J’imagine que d’autres cas sont possibles. L’histoire de la nationalité est complexe.
Les listes électorales indiquent dans quel pays sont nés les électeurs. Voici une carte montrant, par bureau de vote, à Paris, en 2014, le pays de naissance le plus fréquent.
nes-hors-france
Comme l’on peut s’y attendre étant donné l’histoire coloniale (et l’histoire de la nationalité) ce sont les personnes nées en Algérie qui sont les électrices-nées-à-l’étranger les plus fréquentes. Maroc et Tunisie suivent.
Un bureau de vote, dans le 16e arrondissement, a suffisamment d’électeurs nés au Liban pour faire apparaître ce pays. Un autre, dans le 15e, a plus d’électeurs nés en Iran que d’électeurs nés dans d’autres pays.
Cambodge et Viet Nam apparaissent au sud du 13 arrondissement.
Quelques bureaux de vote ont plus d’électeurs nés au Sénégal que d’électeurs nés dans d’autres pays.
Cette première exploration est insuffisante : il faudrait probablement regrouper plusieurs pays ensemble, ou indiquer par l’intensité des couleurs des fréquences…

Marie, Marie, Marie : d’un genre trouble, classique et classant

Quoi de plus classique que le prénom « Marie » ? Quoi de plus classant que le prénom « Marie » ? Mais que classe Marie ? La classe ou le genre ?
En s’appuyant sur les listes électorales parisiennes, il est possible d’explorer certains des usages sociaux de ce prénom, à Paris du moins.
Depuis la fin des années Trente, ce prénom (sous la forme simple « Marie » ou sous la forme composée « Marie-Prénom ») est de moins en moins choisi par les parents. Il reste plus fréquent chez les familles “à particule” : deux fois plus fréquent chez les porteuses de particules que pour l’ensemble des électrices. C’est un “classique” certe, mais un classique en crise.
marie-naissancesf1
Il n’en va pas de même en deuxième, troisième, quatrième… sixième position. Si appeler sa fille « Marie » est d’un classique un peu démodé (« c’est d’un classique… »), appeler sa fille « Domitille, Marie » l’est moins. En positions secondaires, « Marie » n’est pas en crise. Les électrices nées récemment exhibent plus souvent que les électrices nées vers 1970, sur leur carte d’identité et leur carte d’électrice, le prénom secondaire “Marie”. Et les électrices à particule, depuis le début du XXe siècle, sont de manière croissante des « Marie secondaires ». Elles le sont, en moyenne, 4 fois plus fréquemment que l’ensemble des électrices.
marie-naissancesf

Et à cette position secondaire, pour les familles à particules, « Marie » n’est pas marqueur de genre. Les hommes électeurs à particule ont aussi souvent « Marie » comme deuxième prénom que les électrices à particule. Ce n’est pas le cas de l’ensemble des électeurs hommes, qui, certes, ont assez souvent une « Marie » dans l’ensemble de leurs prénoms, mais beaucoup moins que les électrices.
marie-naissances
Féminin en première position, aristocratique en seconde position : Marie est toujours utile.

Versatile « Marie »

À la fin du XIXe siècle, Marie était dans le “top 20″ des prénoms les plus donnés aux garçons. Souvenons-nous, par exemple de Marie Koenig, connu sous le prénom de Pierre. Ou de Marie Revillon, connu sous le nom de Michel Tony-Revillon.
Mais ce prénom cesse rapidement d’être donnés aux bébés de sexe masculin. Du moins en première position. Car « Marie » est versatile. On trouve des Louis-Marie et Jean-Marie, des Hubert-Marie et autres Pierre-Marie. Mais l’on trouve aussi des “Louis, Marie, Octave” ou des “Charles, Marie, Geoffroy”.
Et Wikipedia nous dit vaguement que « dans certaines familles catholiques, le prénom Marie sera systématiquement choisi pour premier ou deuxième prénom, même pour un garçon, en hommage à la Vierge Marie. »
Choisir « Marie » en 2e, en 3e ou en 7e prénom permettrait de signifier (en quasi-cachette, mais administrativement) une forme de catholicité. Possible, mais cela reste à creuser.
Il est possible, dès maintenant, de cartographier des « Marie-hommes », à partir des listes électorales à Paris :

homme-marie

Les arrondissements dans lesquels on trouve le plus de Marie-hommes (Marie étant ici utilisé sans “tiret” et après le premier prénom) sont les 7e et les alentours du Parc Monceau (8e et 17e). 16e, 15e, 6e suivent. Les arrondissements plus populaires, 18e, 19e, qui comptent aussi peu d’électeurs à particule, comptent peu de Marie-homme.
Difficile en l’état de valider totalement l’hypothèse de Marie comme signal catholique. Mais comme signal bourgeois, peut-être un peu plus.

Note méthodologique : la carte compare entre eux uniquement les hommes ayant plusieurs prénoms (car la probabilité d’avoir “Marie” en second prénom est nulle quand on n’a qu’un seul prénom). Une comparaison entre les porteurs du prénom Marie et tous les hommes (quel que soit le nombre de prénom) ne change pas la distribution.

Mise à jour : une version précédente de la carte était basée sur des données inexactes.

Dis-moi, combien de prénoms as-tu ?

L’on sait peu de choses sur les seconds, troisièmes… et parfois quatrièmes, cinquièmes et sixièmes prénoms. Ce sont des prénoms invisibles dans la vie quotidienne. « Bonjour, je m’appelle Marie, Adélaïde, Charlotte, Garance, Domitille, Sixtine d’Aniel de la Rochefoucault… »
Et dans la plupart des cas, les données statistiques disponibles ne recueillent pas ces prénoms fantômes. Il en va différemment sur les listes électorales, où noms et prénoms permettent l’indexation d’une personne à une carte d’identité. Il est ainsi possible de repérer l’évolution, dans le temps, du nombre moyen de prénoms des personnes inscrites sur les listes électorales.
Sur le graphique suivant, j’ai distingué trois groupes principaux (et distingué, dans ces groupes, les hommes des femmes). Premier groupe, les électeurs nés à l’étranger. Le groupe du milieu, l’ensemble des inscrits. Le groupe du haut les électeurs ayant un nom de famille à particule [la particule semble être un indicateur intéressant].
prenoms-inscrits
Les deux groupes “électeurs nés à l’étranger” et “électeurs à particule” se distinguent fortement : les électeurs nés à l’étranger ont en moyenne moins de deux prénoms. Les électeurs à particule en moyenne plus de deux prénoms, voire trois pour les plus jeunes. Alors qu’une particule rallonge déjà le nom de famille moyen, les parents à particule choisissent des formules prénominales plus longues [ce qui complexifie le théorème de Bérurier mentionné par Marie-Anne Paveau]. Manière d’égaliser les deux côtés de la balance onomastique?

Si hommes et femmes né°e°s à l’étranger se ressemblent sous le rapport du nombre de prénom, il n’en va pas de même pour les électeurs à particule, ni, dans une moindre mesure, pour l’ensemble des inscrits : les femmes ont en moyenne moins de prénoms que les hommes. Elles sont peut-être privées d’un capital onomastique (les prénoms des ancêtres, transmis aux hommes de préférence ?)…

Une première lecture de ce graphique insisterait ensuite sur l’augmentation régulière du nombre moyen de prénoms des électeurs.

Mais attention :

  1. il est probable, très probable, que les jeunes inscrits n’ont pas les mêmes caractéristiques sociales que les inscrits plus âgés (la mal-inscription touchant tendanciellement certaines personnes plutôt que d’autres), et si le nombre de prénom varie en tendance avec l’origine sociale, alors on repère ici les conséquences graphiques d’un effet de sélection
  2. l’augmentation du nombre de prénoms est peut-être due à des changements administratifs-informatiques dans l’enregistrement des personnes qui se sont inscrites récemment : ceux qui se sont inscrits dans les années 1990 ne pouvaient, peut-être, qu’inscrire deux ou trois prénoms, alors que ceux qui se sont inscrits dans les années 1990-2000 ont eu la possibilité d’inscrire tous leurs prénoms… Cela pourrait expliquer en partie le “saut” visible pour les électeurs nés vers 1980.

Le prénom à l’échelle “micro”

Certains naissent avec un seul prénom, d’autres avec une demi-douzaine. Les listes électorales indiquent, pour chaque électeur, le nombre de prénoms.
A Paris en 2014, 5 électeurs inscrits ont 8 prénoms. L’un d’entre eux (les prénoms ont été modifié) est “Philippe-René Louis André Pierre Arthur Clément Jac Léon” une autre est “Annieke Bénédicte Lia Huguette Carline Sophie Aurélie Marie”… et peut-être que la liste continue, mais que les prénoms, faute de place informatique, n’apparaissent pas. Et 59 personnes ont sept prénoms ou plus.

À l’échelle du bureau de vote, le nombre moyen de prénoms diffère. Dans les bureaux de vote des 5e, 6e, 7e, 8e et 17e (sud), les électeurs ont plus de 2,2 prénoms. Dans les bureaux de votes du 19e et du 18e (est), ils en ont moins de 1,8.

nbprenoms-bv

Mais le nombre moyen est peut-être un indicateur imparfait. Voici donc la carte montrant la proportion d’électeurs ayant 3 prénoms ou plus. C’est presque la même chose, mais les écarts sont magnifiés (certains bureaux de votes ont moins de 15% d’électeurs du type “Marie Clothilde Elizabeth Gentiane”).

prenoms3-bv

La carte reproduit bien la division entre un paris plutôt populaire, à l’Est, et un Paris plusbourgeois, à l’Ouest. L’habitude de donner plusieurs prénoms à la naissance est répandue en France, mais est peu fréquente dans de nombreux pays, et la proportion d’électeurs nés à l’étranger influe.
Mais on repère aussi probablement des pratiques administratives distinctes : il me semble probable que, dans le 9e arrondissement, tous les prénoms ne soient pas notés (ce qui expliquerait la coloration bleu-clair de cet arrondissement).

Où sont les femmes ?

Les listes électorales contiennent des informations intéressantes, à l’échelle du bureau de vote. On peut mettre en carte la proportion d’inscrits dont le nom de famille comporte une particule. On peut aussi cartographier d’autres caractéristiques, plus classiques.

Si l’on sait qu’il nait chaque année environ 105 hommes pour 100 femmes, l’on voit que cette proportion est inégalement répartie sur le territoire parisien. Au centre-nord de Paris, les inscrits sont plus souvent des hommes que des femmes. Ces dernières sont plus “rive-gauche” finalement.
femmesinscrites

D’autres informations montrent la diversité de l’espace parisien. Ainsi l’âge. L’âge de l’inscrit médian est d’environ 50 ans dans le XVIe… et d’environ 40 ans dans le XVIIIe.

agemedian
Mais la dispersion est aussi intéressante : le “centre-nord” de Paris a des inscrits moins dispersée en âge, alors que les XVIe, VIIe, XVe arrondissement ont une population d’inscrits plus diverses (sous le rapport de l’âge).

dispersionage

Et si l’on s’intéresse au lieu de naissance des électeurs ? On peut voir que les électeurs nés à l’étranger se trouvent surtout à proximité des périphériques. Le XVIe a plus d’étrangers que ce que j’aurai pensé a priori, mais ce ne sont probablement pas les mêmes étrangers que dans le XVIIIe arrondissement. Et Montmartre serait le dernier village gaulois.
paris-etranger

Le Paris des Nobles

À la fin du XIXe siècle, d’après l’annuaire du Tout Paris, voici où se trouvaient les Nobles :
175-Nobles
(image extraite de l’Atlas des parisiens)
Et en 2014 ? En m’appuyant sur les listes électorales, recueillies dans le cadre d’une enquête sur la pratique du vote par procuration, j’ai dressé la carte suivante qui montre la fréquence des nobles à l’échelle du bureau de vote :
nobles-2014
Sur les quelques 1,2 millions d’inscrits, j’ai considéré comme “Noble” le porteur ou la porteur d’une particule : d’Oulmont est noble, de Coulmont est noble, du Coulmont est noble, Galouzeau des Coulmonts sera noble… ce qui est un indicateur, ma foi, un peu faible. Mais la carte est, je trouve, parlante. Marquises et Vicomte évitent le 19e arrondissement. La particule préfère les 6e, 7e, 8e et 16e arrondissements.
La stabilité de la localisation nobiliaire entre 1889 et 2014 est frappante.

Porno… graphies

Les rythmes académiques de publication sont plutôt lents. Au temps de la recherche il faut ajouter celui de l’écriture, celui de l’évaluation, de la réécriture, de la mise en page, des corrections, de l’insertion dans un numéro de revue… Le tout est plus ou moins rapide. Parfois, plusieurs textes sont publiés au même moment, et c’est ce qui m’est arrivé ce mois-ci, quand trois textes ont finalement vu le jour :

  1. Deep tags: toward a quantitative analysis of online pornography a été publié dans le premier numéro de Porn Studies. C’est un article auquel j’ai participé, avec Antoine Mazières, Mathieu Trachman, Jean-Philippe Cointet et Christophe Prieur.
  2. La notice “Sex-shops” dans le Dictionnaire des sexualités dirigé par Janine Mossuz-Lavau
  3. Police économique : le petit commerce pornographique sous l’œil de la police, 1965-1971 est un petit article paru dans Regards croisés sur l’économie. [j'ai plusieurs "tirés à part électroniques" pour celles et ceux qui souhaitent lire l'article]
  4. Et j’ai mis en ligne sur hal-shs une version préliminaire de Les économies de l’obscénité qui avait été publié en 2012 dans un ouvrage collectif.

Les auteurs prolifiques (et moins intéressés par l’empirie), eux, ont une autre stratégie éditoriale : toujours alterner la réédition en poche d’un ancien livre avec la sortie d’un nouveau livre, pour se trouver, toujours, sur la table d’une librairie. Je n’y suis pas encore.

La procuration au premier tour (Paris, municipales, 2014)

Centre et périphéries à Paris : le recours à la procuration fut peu important au premier tour des municipales. Il fut plus important dans les arrondissements centraux.
procurations-paris-municipales-t1
cliquez pour agrandir