Les billets de August, 2006 (ordre chronologique)

Les inrockuptibles

Mon Rebonds dans Libération du 11 Juillet, “Interdire les sex-shops ?“, est repris dans Les Inrockuptibles de cette semaine, (n°557), page 13 (mais raccourci et sans le point d’interrogation du titre)… à côté d’un extrait de Gala (“Sarkozy, porno chic ?” qui garde son point d’interrogation), d’un extrait de Hot vidéo (sur la nouvelle vague du porno) et au dessus d’un dessin de Charb. Un voisinage intéressant.
Le numéro entier des Inrocks est consacré au “sexe 2006″, principalement à la pornographie (mais deux articles s’en détachent, l’un sur les adolescents — avec quand même un passage sur le rôle des films pornos sur leur éducation sexuelle –, l’autre sur les handicapés).

Sociological studies of the ex-gay movement

Speaking with Sébastien Fath a few weeks ago convinced me to write posts in English. It is obviously easier to write in French (a language I’m over-confident with), and it takes more time to think in (broken) English, especially when the writing skills are rusty. François Briatte has been writing both in French and English in the same blog, and I will follow his path (and a similar “warning – non-native speaker” at the end of the posts).

Tanya ERzen Straight to JesusThis year, two sociological studies of the ex-gay conversion movement have been published. The first one is Be not deceived : The Sacred and Sexual Struggles of Gay and Ex-Gay Christian Menby Michelle Wolkomir and the second one, by Tanya Erzen, is Straight to Jesus : Sexual and Christian Conversions in the ex-gay movement.
The ex-gay movement was born toward the second half of the seventies, and has been trying ever since to convert gay and lesbian people to heterosexuality. It offers a mix of secular self-help programs (such as the A.A. twelve-step structure) and of religious practices (confessions, spiritual introspection, prayer…) to help “men struggling with homosexuality”. Their success rate is quite low, and leaders of the ex-gay movement are regularly found on gay chat-rooms or in gay bars : one does not change easily his or her desires. Neither Wolkomir nor Erzen are interested about the rate of change per se, their studies try to understand the viewpoint, the worldview, of men participating in the ex-gay programs.
Michelle Wolkomir is a social psychologist, and her main interest is identity reconciliation : how do the Christian men she study “reconcile homosexual desires with the religious belief that homosexuality is sinful and damning”. Her two apparently opposed fieldworks — a Bible study group affiliated with a MCC church, and an Exodus group — stress the idea that these identity-struggles are in flux : some gay men become “ex-gay”, born-again Christian, and ex-gay men often stay with homosexual desires, or convert back to “the lifestyle”. Wolkomir shows that the ex-gay group she studied relied on the minimization of homosexual sin :

the men had to learn that homosexual sin was ordinary sin on par with any other. If homosexual sin was ordinary sin, then the men were just sinners like everyone else. They could also more readily believe they could overcome normal sin and be forgiven for it.

Moreover, this sin is believed to have a mundane origin : a defective socialization (weak father, strong mother). And to have a sacred solution : submission to divine will (mainly Jesus as a personal savior).

Tanya Erzen is attentive to the historical context as much as to the small group interactions. In a sense, her work is more ambitious than Wolkomir’s. She studied a residential ex-gay program, “New Hope”, tracing its origin, its relations with other ex-gay programs and with the main Religious Right organizations. Her aim is to describe the worldview of the men and women participating in the “New Hope” program, but also to understand how the Religious Right began to use the ex-gay image. Indeed, toward the end of the 1990s, James Dobson changed his rhetoric, from a rabid antigay discourse to a softer “ex-gay” one.
Erzen’s work is also a political intervention. The sociological enterprise is partly justified by its political results :

The lives of ex-gay men and women demonstrate that sexual and religious identities are never static or permanent. This idea mus become a part of the larger discussion about sexual rights in order to imagine a world in which everyone is entitled to the full benefit of citizenship

Wolkomir and Erzen are “progressive”, or “liberal”. How do they study people they’re not (fully) agreeing with ?
Wolkomir seems to be detached. In the first chapter, she writes that her interest for the subject of identity reconciliation came from curiosity and ignorance. She emphasize her outsider status in her research :

the pastor was worried about the what I intended to do with the information I collected and voiced the concern that I might be “working for the condemners.” In the conversation that followed, I explained [...] I was not interested in choosing “a side” in the debate but rather in understanding how these men…”

Erzen seems to be less detached and more involved :

After I explained that I hoped to comprehend the perspectives of men and women in a ex-gay ministry through prolonged fieldwork and interviews at New Hope, Anita informed me that “we are in a battle,” and the battle is between “us versus them”. I was unsure wha she ment, and she clarified that “them” meant Satan. [...] Her next question, “Who do you serve?” was calculated to establish where my allegiances lay.
I had never been faced with the choice of God or Satan, but I replied that since I was at the ministry to understand their viewpoint rather than simply to dismiss or ridicule them, I supposed I was on the side of “us.”

Tanya Erzen’s narrative stresses the practical importance of “living with” : she helps with the office work and with the website of the ministry… Engagement, not neutrality, is at the core of ethnographic research.

I will keep from both this books one core idea. One underlying point in these studies is that gay and religious identities and institutions aren’t opposed anymore : the ex-gay organizations and programs include “queer” gay identities (ex-gay ones, with unstables religious and sexual identities) within the conservative Christian sphere… and that is, may be, the strange defeat of the ex-gay movement.

Houilles et son sex-shop (2e partie)

Il y a un an, le Conseil d’Etat, dans une ordonnance (contentieux n°281084, CE Ord. 8 juin 2005 Commune de Houilles) permettait à un maire d’interdire l’ouverture d’un sex-shop en raison de circonstances locales :

la mesure prise par le maire de Houilles, qui repose sur des motifs qui sont au nombre de ceux que les autorités chargées de la police municipale peuvent légalement retenir, apparaît fondée sur des éléments d’appréciation tirés de la tranquillité de la population et de la protection de la jeunesse

J’avais en son temps exposé l’affaire, mais il faut y revenir, car une nouvelle décision de justice a été rendue.
Rappelons juste quelques éléments de contexte.
Tout d’abord, l’article 99 de la loi n°87-588 du 30 juillet 1987 interdit l’installation de sex shops à moins de 100 mètres d’un établissement scolaire. Ensuite le Code pénal nouveau, article 227-24, interdit entre autre la diffusion aux mineurs de “message[s] à caractère violent ou pornographique”, quel que soit le support de ce message. Ainsi, avec des vitrines opaques et en s’éloignant des écoles et lycées, un sex-shop avait la possibilité de s’installer.
Quand, au début de l’année 2005, un entrepreneur prévient la mairie de Houilles de l’ouverture prochaine de son sex-shop, “Cassandre”, le maire décide par arrêté municipal d’en interdire l’ouverture (arrêté du 13 avril 2005, commune de Houilles). Le Tribunal administratif de Versailles, le 12 mai 2005, annule cet arrêté : le projet de sex-shop respecte les lois en vigueur (se situant à distance de tout établissement scolaire), et surtout, l’opposition locale sur lequel s’appuie le maire pour faire valoir ses pouvoirs de police se réduit en fait à une pétition signée par seize (16) personnes.
Le maire de Houilles fait appel et le Conseil d’Etat (juge des référés) rend rapidement une ordonnance, donnant raison au maire : un maire a le droit d’interdire l’ouverture d’un sex-shop. La rapidité d’action du Conseil d’Etat a été célébrée par les commentateurs (c’est le 8 juin 2005 que la décision est rendue), qui ont néanmoins trouvé étrange la prise en compte d’une nouvelle pétition, signée par mille six-cents (1600) personnes après l’annulation de l’arrêté municipal par le T.A. de Versailles.
Sylvain Hul, dans l’AJDA 2005(Jurisprudence, p. 1851, “Quand l’absence d’illégalité manifeste vient au secours de la moralité publique”) écrit ainsi :

Il est permis, en effet, de se demander si la production d’une pétition postérieure à l’intervention de la décision litigieuse serait de nature à emporter la conviction du juge de l’excès de pouvoir quant à l’existence de circonstances particulières justifiant, en dépit de sa conformité à la législation en vigueur, l’interdiction d’un établissement semblable à celui ici en cause.

Mylène Le Roux, dans une longue note des Cahiers Administratifs et Politistes du Ponant (une revue de l’université de Brest, automne-hiver 2005), écrit aussi :

utiliser en l’espèce cette solution [une pétition postérieure à la décision de première instance] équivaut à valider rétroactivement un acte qui n’était pas légal au moment de son adoption [l'arrêté municipal d'avril 2005], faute d’éléments justifiant des risques de troubles à l’ordre public.

Même si aucune référence explicite à la moralité publique ne figure dans cette décision du Conseil d’Etat (la moralité publique étant difficile à manier), il apparaît clairement qu’elle contribue à établir les frontières de la liberté du commerce.
Cette ordonnance du Conseil d’Etat a été rapidement publicisée, par exemple dans la réponse donnée à la question d’un sénateur qui demandait si un maire est habilité à interdire la création d’un sex-shop dans l’ensemble du centre piétonnier de sa ville (novembre 2005). Le Ministre de l’intérieur (Sarkozy) répond que :

le maire peut faire usage des pouvoirs de police générale dont il dispose à l’égard d’un établissement qui, sans tomber sous le coup ni de l’interdiction édictée par la loi du 30 juillet 1987 précitée, ni de l’incrimination prévue par l’article 227-24 du code pénal, présenterait, en raison des circonstances locales, des dangers particuliers pour la jeunesse ou pour la tranquillité de la population.

La décision du Conseil d’Etat était rendue dans le cadre d’un “référé-liberté“, et l’on attendait donc la décision des juges “du fond” : “L’on peut imaginer la perplexité avec laquelle les juges du fond accueilleront cette ordonnance lorsqu’ils auront à juger de la légalité de la décision du maire de Houille d’interdire l’ouverture du sex-shop”, écrivait ainsi Mylène Le Roux.
Cette perplexité, malheureusement, n’est pas décelable à mes yeux dans la décision récente du Tribunal administratif de Versailles (4e Chambre, 12 mai 2006, n°0504136, Sté Cassandre c. Commune de Houilles), qui valide l’arrêté municipal. La décision d’interdiction du maire est fondée “sur des motifs tirés d’une part de la tranquillité de la population, d’autre part de la présence à proximité du commerce litigieux d’établissements scolaires et d’équipements destinés à la jeunesse” :

Considérant, en second lieu, qu’il ressort des pièces du dossier qu’une école maternelle et une école primaire sont situées certes à plus de cent mètres mais tout de même non loin du commerce litigieux; que surtout la commune aménage à proximité de ce commerce un “pôle jeunesse” destiné à abriter des services d’animation, d’information et de loisirs à l’intention des jeunes; qu’eu égard à ces éléments (…) la mesure prise par le maire de Houilles ne fait pas apparaître d’atteinte manifestement illégale à la liberté fondamentale que constitue la liberté du commerce et de l’industrie”

C’est le “tout de même non loin du commerce litigieux” qui m’intrigue : si l’article de loi du 30 juillet 1987 avait établi une distance interdite de 100m autour des établissements scolaires, c’est bien pour — a contrario — rendre licites les installations de sex-shops à 101m et plus. L’extension du domaine interdit (par la distance et l’inclusion des “pôles jeunesse en projet”) montre combien se construit un urbanisme fondé sur la figure de l’enfant mis en danger par la sexualité adulte. Et cela même si cette sexualité est enfermée sous des vitrines opaques et à bonne distance des écoles.
Les commentateurs voient souvent dans certaines pratiques étatsuniennes une mise en application du puritanisme (en traçant rapidement cela aux origines du peuplement de la colonie, même si les Puritains proprement dit n’ont jamais constitué qu’une minorité du peuplement, éteinte en l’espace de quelques générations). L’interdiction de la vente des godemichés au Texas, ainsi, soulève bien des sourires (et un documentaire, Dildo Diaries, est diffusé à ce sujet sur PinkTV ce soir). Mais il faut souligner combien ces décisions d’Etats fédérés ou de comtés sont combattues en justice (notamment grâce à l’aide de l’ACLU) et reçoivent une large publicité. Il n’en va pas toujours de même de ce côté de l’Atlantique.

Mise à jour du 22 février 2007 L’article 99 de la loi du 30 juillet 1987 a été modifié en février 2007 : l’interdiction d’installation est de deux cents mètres, et la définition des sex-shops change. Pour plus d’informations, consulter cet article.

Crise Réforme de l’université

A signaler, Vendredi 18 août, de 12h45 à 13h30, France Culture, “Contre-expertise” sur le thème : La crise réforme de l’université avec Jean-Robert Pitte, président de Paris-4, auteur de “jeunes, on vous ment!”, Bruno Julliard, président de l’UNEF, et Philippe Minard, de Paris 8, membre de l’ARESER.

Guides, communauté, propreté

Le Guide Musardine du Paris Sexy, j’ai eu l’occasion d’en parler (ici par exemple) propose depuis quelques années une sélection d’officines faisant commerce, à un degré ou à un autre, du sexe. Il a peu de concurrents, sinon le Guide du Kokin (sic), qui en est à sa deuxième édition, et France Coquine, édité par Le Petit Futé depuis 1998, et qui s’intéressent à la France entière (et aussi à la Belgique).
La longévité du guide France Coquine et la stabilité de ses rédacteurs en fait une source d’information intéressante. Les adresses recueillies sont intéressantes ; mais le projet est probablement d’une plus grande ampleur.
Dans les années 1950-1960, les premiers guides touristiques à destination spécifique d’un lectorat homosexuel proposent une mise en liste et une mise en carte des bars et autres lieux de sociabilité. Martin Meeker, dans Contacts Desired, a étudié en ce sens une série de guides gays américains : “Not until the early 1960s with the publication of the guidebooks could a national sexual geography be known with any specificity — and a specificity that could be known on a mass scale.” (Meeker, p.216) Un travail d’objectivation est donc réalisé par des “communautés sexuelles” elles-mêmes, et se trouve au cœur de leur entreprise de construction identitaire.
Il me semble que ces guides français du commerce sexuel s’inscrivent dans le même contexte : ils permettent à la fois une entrée dans un monde peu connu, un parcours possible dans ce monde, et une cristallisation, selon certains principes, des frontières de ce monde. Prenons par exemple l’édition 2005 de France Coquine :

Sensibles aux différents problèmes rencontrés par les professionnels du monde libertin (autorisation d’exister, autorisation d’ouverture tardive, amalgame entre lieux de libertinage et lieux de prostitution, censure de couverture de magazine, etc.) l’idée nous est venue de créer un syndicat afin de fédérer, de professionnaliser et de responsabiliser les dirigeants travaillant dans ce secteur d’activité.
[...] Le but du [Syndicat Interprofessionnel des Exploitants d’Enseignes Libertines] S.I.E.E.L est de fédérer les établissements accueillant le public libertin, les boutiques pour adultes, les médias de la presse de charme et les sites web pour adulte afin de défendre la liberté d’exister, de travailler et de protéger le public libertin. L’adhésion au S.I.E.E.L. ne sera proposée qu’aux établissements ayant un numéro Siret, autrement dit, il ne sera pas ouvert aux associations loi 1901.
Les adhérents du S.I.E.E.L. devront especter un cahier des charges strict comme par exemple, la propreté, la mise à disposition gratuitement des préservatifs, le respect des tarifs affichés, la non vente de prestations corporelles (massages et autres), etc…

Ce guide propose donc bien la délimitation de frontières professionnelles. Il est encore plus explicite quand il décrit l’expérience possible des clients des sex shops et construit à partir de ces expériences un groupe de magasins à ne pas fréquenter. Guide France Coquine Petit Fute

Cette sélection est [...] basée sur deux critères qui nous semblent essentiels à savoir, la qualité de l’accueil et surtout l’hygiène car nous avons constaté que certains établissements qui proposent une arrière salle ou un sous-sol pour la projection de cent films et plus en cabines vidéo sont de véritables repères à microbes voire plus. Quant aux odeurs d’urine ou même pire, dans cerains cas, c’est à la limite du « gerbable »… OK, ce sont les clients qui salopent tout, comme nous l’ont affirmé les tenanciers, mais si c’était correctement entretenu dans la journée, ces endroits resteraient fréquentables. D’ailleurs certains arrivent, tant bien que mal, à garder leurs magasins et cabines relativement propres. Il fallait le dire !
source : Guide de la France Coquine, Paris, 1998, p.58

En 2003, la description est un peu plus précise encore :

Nous ne nous attarderons pas non plus sur la propreté surtout dans bon nombre de sex-shops qui proposent la « multi-projection » en mini-salles ou en cabines individuelles qui n’ont d’individuel que le nom car dans la majorité des cas, les portes sont défoncées et les murs troués. Pour égayer le tableau, il faut aussi parler des odeurs nauséabondes (urine, excrément, sperme, etc.). En attendant, il y en a qui aiment puisque ces établissements font du monde et contrairement aux idées reçues nous y avons croisé pas mal de personnes habillées assez « classe » qui ont sans doute un faible pour « l’hyper-glauque »… Bref, les sex-shops parisiens feraient bien de prendre exemple sur leurs confrères de province !
source : France coquine… et Belgique, guide de l’univers libertin 2003-2004, Paris, 2003, p.122

La question de la propreté n’est pas seulement posée par les observateurs ou les rédacteurs de guides. Le maintien de la propreté des magasins est une tâche laissée au bas de l’échelle des sex-shops, c’est un sale boulot. Les vendeurs acceptant d’être interrogé à ce sujet par des étudiants en sociologie sont donc ambivalents dans leur réponse et vont décrire principalement tout un ensemble de techniques d’évitement, qui font sens dans le cadre de leur activité, mais qui conduisent parfois à des résultats… disons, contre-productifs :

Comme j’vous ai dit, nous on suit nos cabine tout au long de la journée. Vous arrivez le matin, la cabine, bon, elle va sentir le propre. Maintenant, c’est sûr, que vous arrivez à dix heurs ou à onze heure du soir, ça va sentir un peu la transpiration, euh, les déjections, donc euh voilà. Mais elles sont propres. C’qui faut savoir, c’est : comme on les fait tout le temps, logiquement, on a toujours des cabines propres, le sceau il est vidé, le papier est fait, le cendrier il est fait. Bon si y’a un truc par terre, c’est pas euh… le mec qui est dans la rue, il va marchre sur un mégot, c’est vrai que bon, là, heu… nan, nan, c’est toujours euh… C’est toujours propre.
source : entretien réalisé par F.L. et L.M.

Un autre vendeur racontera une technique assez intéressante :

A chaque personne, je fais un tour [dans la cabine] pour voir. D’autres n’éjaculent pas forcément, y’a des papiers hygiéniques qui sont là. Quelqu’un qui est bien propre part avec son truc ou part dans les toilettes et puis s’en va. Et quand je vais dans la cabine, il n’y a presque rien. Mais y’a des personnes pour se foutre de celui qui travaille là, ou bien qui n’est pas poli. Il éjacule sur l’écran. Il faut attendre un peu, mettre un peu le chauffage, et laisser sécher.
source : entretien réalisé par N.F. et A.C.

Mettre le chauffage et laisser sécher, transformer l’excrétion en quasi-poussière, c’est mettre la souillure à distance, mais cela risque d’accentuer odeurs et inconfort pendant un moment, et conduire aux scènes décrites par le guide de la France Coquine.

Le scrouyou

Dans une décision peu remarquée (sauf ici et ) , l’OAMI (l’Office de l’Harmonisation dans le Marché Intérieur) a autorisé l’usage européen de la marque “Screw You” pour des objets vendus en sex-shop (préservatifs, sex-toys et pompes à sein de classe 10). L’Office avait tout d’abord, en 2004, refusé, arguant que

By letter dated 3 November 2004 the examiner informed the appellant that the trade mark was not eligible for registration pursuant to Article 7(1)(f) of Council Regulation (EC) No 40/94 of 20 December 1993 on the Community trade mark (‘CTMR’) (OJ EC 1994 No L 11, p. 1; OJ OHIM 1/95, p. 52). The examiner stated that the word ‘screw’ was, among other things, a coarse slang term equivalent to the word ‘fuck’ and the expression SCREW YOU was a profane expression used to insult a person.
source : décision R0495_2005-G (PDF)

Dans la décision de première instance, c’est sur la notion de moralité publique que l’Office s’appuyait. “ (…) the Office could not accept for registration a trade mark which offends public decency or generally accepted principles of morality
Le requérant a alors souligné la subtile différence entre “fuck” et “screw”, moins violent (“screw you” a été utilisé dans le dessin animé “Les Simpsons” sans susciter d’émois particulier). L’Office, par une décision de seconde instance, est d’accord, et souligne même que

In relation to artificial breasts and breast pumps of a type that is normally sold exclusively in sex shops, the Board considers that the relevant consuming public is unlikely to be perturbed by the use of the term SCREW YOU as a trade mark.
[En ce qui concerne les seins artificiels et les pompes à poitrines d'un type vendu habituellement exclusivement en sex shop, le Bureau considère que le public-consommateur idoine n'a que peu de risque d'être perturbé par l'usage du Scrouyou en tant que marque.]

Est-ce une défaite de la moralité publique ? La décision est une demi-mesure, proposant des standards de moralité différents suivant les espaces commerciaux.
Pour aller plus loin : Les implications légales du mot “fuck” : Christopher M. Fairman, “Fuck” (March 7, 2006). ExpressO Preprint Series. Working Paper 1087.
Mise à jour : Le Petit Musée des Marques du juriste Frédéric Glaize, propose une explicitation bien plus détaillée que la mienne : “Screw You” : appréciation de l’ordre public et des bonnes moeurs par l’OHMI

France Culture : Guerres culturelles américaines

J’étais invité, ce matin, d’une émission de France Culture (coordonnée par Frédéric Martel) sur les Guerres Culturelles américaines, avec Pascal Riché (de Libération), Philippe Roger de l’EHESS et Justin Vaisse. Ma prestation ne m’a pas totalement convaincu, mais les autres invités rattrapent l’affaire. L’émission (qui, outre le débat d’une heure, propose deux documentaires sur la politique culturelle américaine) est podcastée, grâce à un fichier MP3 de 185 mégaoctets (sic) ! [Ou alors, vous avez un fichier mp3 beaucoup plus petit, 13méga, ici : Les Guerres culturelles continuent (partie "débat" uniquement).]
Mise à jour : Une émission remarquée par Guillemette Faure

So “hot” it’s on fire : un pyromane dans le sex-shop

adult bookstore on fire floridaLe client d’un sex-shop de Floride, après avoir passé un moment dans une cabine vidéo, déclare au vendeur que, suite à son plaisir coupable, pour être en paix avec sa “conscience coupable”, il est obligé de mettre le feu au magasin. Il retourne dans la cabine, lui met le feu à l’aide d’essence et met ensuite le feu au reste du magasin en s’éloignant tranquillement.
J’ai eu l’occasion de parler des problèmes posés par le nettoyage des cabines (et du sale boulot associé), et là, la solution est radicale (et prise en charge par le client lui-même). On a aussi l’impression de voir une sorte d’exorcisme fou. Les télévisions locales américaines en font bien entendu leurs gros titres, avec nombre de jeux de mots et de double entendres.
Lien vers les reportages, format Quicktime : A Porn Shop Inferno

Police: Man With ‘Guilty Conscience’ Sets Sex Shop Fire
Authorities in Miami are searching for a man captured on surveillance video setting fire to an adult sex store minutes after leaving a porn video booth and telling a clerk he had a “guilty conscience.”
Investigators said a man recently visited the Bird Road Adult Shop located at 74th Ave. in Miami after 3 a.m. and entered a video booth.
The report said the man left the video booth, walked up to a clerk and said he was sorry and that he had a “guilty conscience.” The man then allegedly told the clerk that he was going to have to burn the building down.
The man was videotaped dumping a flammable liquid into the aisles and into his video-viewing booth and then setting the liquid on fire.
The clerk tried to pull the man out of the booth, but the customer continued to spread flammable liquid, and set the rest of the shop on fire, police said.
As flames spread around the store, customers and employees fled.
“With the flames that you can see from the video, very, I mean with the accelerant he used, (it was a) very explosive situation,” Miami Detective Robert Williams said. “You have people from these booths running through the flames.”
“Running for their lives?” a reporter asked.
“Running for their lives in order to get out of this building,” Williams said.
Police are still searching for the man. Arson of an occupied building can carry a life prison sentence.

Dans le même ordre d’idée :

Porno For Pyros: Arson At Bird Road Porn Shop
Caught On Camera: Arsonist Setting The Fire
Jawan Strader
Reporting
(CBS4 News) MIAMI Police want to know why a man walked into a Bird Road adult book store, apologized to a clerk on duty, and then, drenched the place with a flammable liquid and set the store full of people on fire. First, though, they have to find him. (…)

Le travail de vendeur de sex-shop n’est pas de tout repos !

Pluton et les astrologues.

Les astrologues vont-ils suivre les astronomes et enlever Pluton de leurs jolis diagrammes ?

les astrologues ne se font pas trop de mouron. Sûrs de leur fait et de leur business, ils préfèrent vivre cette déclassification, basée sur des critères scientifiques, comme un épisode de plus dans la bataille qui les oppose aux astronomes. Ces derniers étaient un millier à voter la relégation jeudi, à 15 h 30. «Etrange, 15 h 30, c’est exactement quand Pluton était dans sa zone de levée», constate Yves Lenoble.
source : libération

Même réaction du côté des astrologues américains :

“Whether he’s a planet, an asteroid, or a radioactive matzo ball, Pluto has proven himself worthy of a permanent place in all horoscopes,” says Shelley Ackerman, columnist for the spirituality Web site Beliefnet.com.
source : St Paul Pioneer Press

Les astrologues ont même des blogs, où ils organisent la résistance :

Astrologically speaking, we will still use him in our charts. We will not be shrinking our palette of planets. Astrologers are not so whimsical as to throw him out- we know better. It’s taken several decades to figure out his role as it relates to Astrology, and he has become a potent and invaluable part of an Astrological interpretation- transformer, healer and symbol of what lies in the subconscious (individual and, especially, collective). Besides, Scorpio is unlikely to give up its very own ruling planet without a fight.
source :Astrology a la carte

On se demande comment faisaient les astrologues avant 1930 (et la découverte de Pluton) et, plus récemment, quand des corps célestes plus gros que Pluton ont été découverts.

Mutafukaz

Coulmont caricatureDans un monde finalement pas si lointain mais assez étrange, des petites figurines colorées en plastique (des “Qee”) sont collectionnées par des fans (pour les ignorants, voici une gallerie de Qee). Run a créé quelques uns de ces jouets pour adultes. Mais son grand projet semble être une bande dessinée en trois tomes, Mutafukaz, dont le premier volume, Dark Meat City, vient de sortir. J’ai eu la chance de pouvoir le lire presque en avant-première, et avec une dédicace-caricature.
Le plus intéressant, dans ce livre, semble être le fouillis des inspirations (il y a un chat à appareil dentaire sans doigts, des allusions à des présentatrices télé) et l’instabilité de la position de l’auteur : il y a un carnet de travail à la fin du livre, avec certains matériaux utilisés par la suite dans la BD ; l’introduction fait apparaître un narrateur-auteur ; et au milieu du livre “Run” lui-même — ou son double fictionnel — s’amuse à sauver les personnages principaux. Et en plus, il y a une “vraie histoire”. A lire, avec, en parallèle, la critique radicale de Los Angeles par Mike Davis, City of Quartz.

Paris 8 et des blogs, suite

[note : ce billet a été réédité à plusieurs reprises depuis sa publication originale le 31 août. Une liste des blogs de Paris 8 est tenue à jour ici]
La section UNEF de Paris 8 est passé de blogger à un autre promoteur gratuit (elle y perd au change en terme de lisibilité : seuls les skyblogs sont plus affreux qu’over-blog).
Hady Ba est un doctorant de Paris VIII, en philosophie, avec un intérêt pour l’histoire des sciences.
tenshigatooru / komagire est une étudiante en L1 d’Arts plastiques (rentrée le 9 octobre, attention).
Automatic-lover entre lui aussi à Paris 8, en licence de lettres si mes informations sont correctes.
Educ en folie, prochainement étudiante à l’université “de Vincennes” à Saint-Denis
Les “anciens” :
Le Département de sociologie, “RSS since may 2005
Dirty Denis, en master de sociologie ;
Vu d’Ailleurs, idem (et Antoine Doyen, qui semble être définitivement passé de la sociologie à la photographie)
Je suis toujours à la recherche de blogs d’étudiants ou d’enseignants de Paris VIII, donc n’hésitez pas à en proposer en commentaires.
(J’ai il y a quelques mois proposé une liste de blogs, une autre liste, et encore une liste, mais ces étudiants blogueurs ont en partie cessé d’écrire.)
Mise à jour
Jenn, étudiante américaine, arrive à Paris :

Second day, waaaay less exciting. I had a hard time waking up, but finally did. It was my first day of orientation. We went over basic information, and on Thursday we will be taking a placement exam to determine our level, and then work on which University we will be attending. Paris VIII, St. Denis sounds like it would be good for me. We’ll see.

Je pense que le “We’ll see” sera fort intéressant !
Talulu, étudiante en Licence de Psychologie à Paris 8.
Le Texte étranger :

Ce blog est conçu pour être un lieu d’échange et d’information pour les étudiants attachés au Master Littérature : Textes, Langues, Théories et au Texte étranger, groupe de recherche du Département d’Etudes Littéraires Anglaises (DELA), de l’Université de Paris 8.

Stéphane Bonnery, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Paris VIII.
Le tout nouveau Blog du département d’anthropologie (sur l’affreux over-blog)… apparemment (et je cite) :

La situation du département au jeudi 7 septembre 2006 peut se résumer en trois points :
1. La Licence d’Anthropologie est ouverte au niveau L3, mais nous accueillerons des étudiants à partir de 90 ECTS, soit 15 EC environ (retirer un dossier d’équivalences au secrétariat).
2. La Maîtrise d’Ethnologie n’est plus ouverte qu’en “extinction de cohorte”, c’est-à-dire que les étudiant(e)s déjà inscrit(e)s à ce niveau pourront se réinscrire pour terminer le diplôme.
3. Le DEA “Anthropologie et sociologie critiques du développement et des échanges” est fermé, et ne subsiste plus que dans le cadre de l’IEDES à Paris I(une convention sera bientôt signée).

Le blog, lui aussi tout nouveau, de Béatrice David, maîtresse de conférence au même département d’anthropologie :

Ce blog s’adresse principalement à quiconque suit ou est susceptible de suivre mes enseignements au département d’Anthropologie de l’Université Paris 8. Cette page personnelle est centrée sur mes activités d’enseignement.
(source