Categories

Archives

Billet

Universités en grèves

Billet publié le 02/02/2009

Le 2 février, tout s’arrête…
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/02/universits-jour.html
http://libelyon.blogs.liberation.fr/info/2009/02/les-enseignants.html
http://www.libemarseille.fr/henry/2009/01/grve-des-profs.html
http://universitedemocratique.blogspot.com/
http://www.sauvonsluniversite.com/ (a des petits problèmes de site en ce moment)
http://www.rue89.com/2009/02/01/chers-etudiants-voici-pourquoi-je-ne-donnerai-pas-vos-notes-0

Le syndicat AutonomeSup appelle au blocage des universités (enfin… des conseils universitaires)

… et des motions votées par les sections du Conseil national des universités :

La Section 04 (Science politique) du CNU demande expressément :
1° le retrait du projet actuel de décret modifiant celui du 6 juin 1984 (n°84-431) fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs. Ce projet crée les conditions propices à une gestion locale arbitraire des activités exercées par les enseignants-chercheurs, qui accentuerait les inégalités et les tensions entre personnels, disciplines et établissements, au détriment de la recherche scientifique et de la formation des étudiants ; il revient sur l’une des dimensions fondamentales de notre métier qui consiste, à partir de nos activités de recherche, à élaborer nos enseignements dont le volume horaire ne saurait en aucun cas excéder le niveau actuel de 192hTD ; il réduit l’autonomie des enseignants-chercheurs par rapport aux instances administratives et remet gravement en cause leurs libertés académiques et leur indépendance scientifique.
2° La reconnaissance du rôle du CNU, seule instance nationale d’évaluation représentative des enseignants-chercheurs , dont le rôle ne saurait se réduire à celui d’une simple instance consultative ou de recours à l’encontre de décisions prises par les organes dirigeants des universités.
Ce retrait doit être le point de départ d’une concertation nationale visant à assurer le renouveau et le développement de l’Université, mais aussi à donner aux enseignants-chercheurs les moyens et le statut garantissant l’accomplissement de leurs missions.

Parmi d’autres protestations, celle de la 19e section (sociologie et démographie) :

CNU 19e section – Motion 1
Les membres de la 19e section du CNU, réunis le 22/1/2009, ont décidé la rétention des résultats des évaluations concernant les qualifications à fin d’obtenir le retrait du décret n° 84-431 du 6 juin 1984 sur les statuts des enseignants-chercheurs.
Ils demandent aux autres sections de procéder de la même manière.
CNU 19e section – Motion 2
Les membres de la 19e section du CNU demandent le retrait du projet actuel de modification du décret n°84-431 du 6 juin 1984 sur les statuts des enseignants-chercheurs.
Ce texte confère aux exécutifs locaux des établissements d’enseignement supérieur des pouvoirs exorbitants qui fragilisent les équilibres de la recherche et de l’enseignement au mépris de l’intérêt scientifique et de celui des étudiants.
Ils réclament que soit restitué au Conseil National des Universités son rôle d’instance collégiale de gestion des carrières des enseignants-chercheurs.

J’allais oublier… : un prix nobel, Albert Fert critique sévèrement, très sévèrement, les projets en cours : réforme dangereuse et hypocrite ! (lire sur fabula.

2 commentaires

Un commentaire par Pas de TD cette semaine (ni de notes) « Blog de Joël Gombin (02/02/2009 à 12:08)

[…] Le blog de Baptiste Coulmont […]

Un commentaire par Baptiste Coulmont (02/02/2009 à 15:13)

Un correspondant m’annonce que la 22e section du CNU (Histoire et civilisations, histoire moderne et contemporaine) s’est aussi prononcée :
Résolution de la 22ème section du Conseil National des Universités
Les membres de la 22ème section du CNU, jugeant inacceptables la méthode de la réforme en cours et les dispositions qu’elle prévoit, décident la rétention administrative des résultats des qualifications des enseignants-chercheurs jusqu’à la réunion de la seconde session qui leur a été imposée. Ils rejoignent le mouvement national de protestation du jeudi 29 janvier 2009.
Ils demandent :
Le retrait du projet actuel de décret modifiant celui du 6 juin 1984 (n°84-431) fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs. Ce projet crée les conditions propices à des décisions locales arbitraires qui accentueront les inégalités et les tensions entre personnels, disciplines et établissements, au détriment de la recherche scientifique et de la formation des étudiants ; il revient sur l’une des dimensions fondamentales de notre métier, consistant à élaborer à partir de nos activités de recherche nos enseignements, dont le volume horaire ne saurait en aucun cas excéder le niveau actuel ; il réduit l’autonomie des enseignants-chercheurs par rapport aux instances administratives et remet gravement en cause le caractère collégial de l’Université, garant des libertés académiques et de l’indépendance scientifique.
La reconnaissance du rôle du CNU, seule instance nationale d’évaluation représentative des enseignants-chercheurs : le CNU ne saurait se réduire à une simple instance consultative ou de recours.
En conséquence, les membres de la 22ème section exigent que soient respectés les principes et dispositions suivants :
– que la moitié du contingent annuel des promotions demeure de la compétence exclusive du CNU ;
– que les avis conformes du CNU en matière d’évaluation, de gestion des carrières et de promotion sur la base de critères scientifiques aient un caractère contraignant vis-à-vis des instances administratives compétentes ;
– qu’une part significative du contingent annuel des primes d’excellence scientifique soit attribuée par le CNU ;
– que le CNU soit doté des moyens collectifs et individuels nécessaires à ses missions.
Motion votée à l’unanimité des membres de la 22ème section, le 28 janvier 2009.