Categories

Archives

Billet

Adorée Villany, danseuse nue

Billet publié le 13/12/2009

Quelques pages dans le livre de Jean Da Silva, Du Velu au Lisse : Histoire et esthétique de l’épilation intime, m’ont appris qu’au début du XXe siècle avaient eu lieu plusieurs procès contre des danseuses nues.

Ainsi, en 1908, Mlle Germaine Aymos est poursuivie, avec le directeur des Folies-Pigalle après une action de la “Ligue contre la licence des rues”. Les attendus du tribunal sont intéressants. Les juges de la 9e chambre soulignent que « les parties sexuelles [de la danseuse] étaient dissimulées par un morceau de taffetas de soie rose » et que « M. le commissaire de police mentionne, selon les termes mêmes de son rapport, qu’il a pu observer que la demoiselle Aymos était “rasée aux aisselles et au pubis” ». Pour les juges « cette précaution (…) loin de prêter à la nudité un élément obscène, était de nature, au contraire, à atténuer son caractère licencieux »
Ceci pourrait surprendre et amuser : il était prêté aux poils un aspect obscène que l’épilation, ou le rasage, faisait par nature disparaître.
Le procès, intéressant, peut être suivi en partie dans un ouvrage, Le nu au théâtre, publié en 1909 et disponible sur Gallica. Vous y trouverez cette photo de Germaine Aymos :
germaine aymos
Le rasage des poils pubiens, cependant, n’est pas ce qui a sauvé la danseuse. Les juges remarquent qu’elle est une “artiste de talent” et qu’elle a le soutien de Jules Claretie, « membre de l’Académie française dont l’autorité et la sincérité en matière artistique et théâtrale ne peuvent être mises en doute ». [voir aussi un article dans le Mercure de France, 16/08/1908]
Si l’on se penche un peu plus près sur les attendus, et si l’on compare avec un procès qui a lieu au même moment (où plusieurs actrices sont condamnées), on peut penser que ce qui a sauvé Mlle Aymos fut l’absence de mouvements. Elle était nue, certes, mais elle ne bougeait pas et semblait être une statue. Alors que deux femmes qui se caressent se « livrent à des gestes qui évoquent dans l’esprit des pratiques lesbiennes », d’après les mots du président Pacton (Le Nu au théâtre, p.278). On trouvera un commentaire comparant ces deux procès dans un article de Georges Claretie (le fils de Jules Claretie mentionné plus hautLe Figaro, 28/07/1908).

Les danseuses nues continuent à être poursuivies après 1908. Certaines semblent même construire leur carrière sur la nudité. C’est probablement le cas d’Adorée Villany, jugée en 1911 à Munich et en 1913 en France.

La Bibliothèque du Congrès possède plusieurs photographies de Villany dans ses oeuvres :
mcmahanphoto_2082_180959582
Voir aussi ce cliché la montrant dans la “Danse de Phryné”.
Georges Claretie, décidément spécialiste — comme son père — de la défense des danseuses nues, rend compte, dans le Figaro, en mai 1913, de ce procès
villany figaro Villany défend la nudité théâtrale comme le seul moyen à sa disposition d’exprimer des sentiments intenses : pour incarner la sur-douleur elle dit avoir besoin d’être nue. Elle obtient le soutien d’un peintre. Mais elle est condamnée à 200 francs d’amende : ses représentations, bien qu’en principe “privées” étaient accessibles à tous (pour le prix de 5 f.) et une série de prospectus vantant la “danse ultra-moderne” de Villany avaient été envoyés.

villany-matin
Un autre article, dans Le Matin, mai 1913

*

Et alors ? Alors c’est tout.

6 commentaires

Un commentaire par Abel (13/12/2009 à 18:25)

Vous avez écrit “George” Claretie au lieu de Jules, au milieu de votre article, fort sympathique.
Abel

Un commentaire par Baptiste Coulmont (14/12/2009 à 10:14)

>Abel : Merci ! Je me suis grâce à vous aperçu qu’il y avait deux Claretie : Jules, le père, académicien, et Georges, le fils, journaliste…

Un commentaire par Jean Da Silva (29/12/2009 à 19:31)

« La guerre du nu » soit les exhibitions suivies de procès des premières danseuses nues a été pour partie exposée d’un point de vue juridique par Marcela Iacub dans son ouvrage récent : Par le trou de ma serrure.
C’est en effet un épisode intéressant de l’histoire de la nudité en France, Grande Bretagne et Allemagne

Un commentaire par Jean Da Silva (29/12/2009 à 19:34)

« La guerre du nu » soit les exhibitions suivies de procès des premières danseuses nues a été pour partie exposée d’un point de vue juridique par Marcela Iacub dans son ouvrage récent : Par le trou de la serrure.
C’est en effet un épisode intéressant de l’histoire de la nudité en France, Grande Bretagne et Allemagne

Un commentaire par Jean Da Silva (29/12/2009 à 19:38)

Le titre exact est moins personnel que je ne l’ai orthographié; il s’agit de Par le trou de la serrure: une histoire de la pudeur publique XIX-XXI siècle.

Un commentaire par LORETI Jessica (16/01/2010 à 23:47)

eh bien voilà nous y sommes.
“cette précaution (…) loin de prêter à la nudité un élément obscène, était de nature, au contraire, à atténuer son caractère licencieux” .
tout est dit.
le paradoxe est formulé.

c’ést en grande partie sur ça que je veux travailler et en particulier sur le thème des poils d’aisselles feminins.
je sens que cette discution va grandement m’interesser…
sympathique coincidence en tout cas ! :D