Categories

Archives

Billet

Consuming sex…

Billet publié le 23/02/2010

L’article que j’ai écrit avec le géographe Phil Hubbard est maintenant disponible sur le site du Journal of Law and Society. C’est sur “Wiley InterScience” et l’accès est payant, mais en ce moment, un accès gratuit pendant 30 jours après inscription est en cours.
Il y a d’autres articles intéressants, sur le “mainstreaming” de l’industrie du sexe ou sur les danseuses de bars en Inde.

4 commentaires

Un commentaire par Régis (24/02/2010 à 3:51)

cela vous fait en plus un papier en premier auteur, mais une fois de plus, vous avez une façon gourmée de raconter des cochonneries qui vous éloigne de l’Académie des Sciences morales et poitiques, pour ne rien dire de celle des Inscriptions et Belles-Lettres. Ni travail original, ni travail de synthèse, votre article fait la danse du ventre entre ces deux genres scientifiques.
Si tu manques de nouveaux sujets, dans ta sphère de référence je te conseillerai deuxthématiques:
– la paillardise publiée dans le milieu médical au temps de l’OBM: pourquoi, comment a-t-elle survécu?
– les modes de prise en charge de la dysérection chez les patientds atteits de cancer uro-génital: qelle demande et quels résultats?

Un commentaire par Baptiste Coulmont (24/02/2010 à 9:53)

Régis : je ne sais quoi penser de tes commentaires. Ils peuvent être lus comme insultants (ou ironiques, mais je ne lis pas toujours l’ironie). Dans l’incertitude, j’effacerai les prochains si je ne les comprends pas.

Un commentaire par Séduire sans bouger » Blog Archive » Vrac #77 totalement exacerbé (25/02/2010 à 2:41)

[…] Via Baptiste Coulmont et pour les plus acharnés d’entre vous, une revue en ligne en anglais traitant de la […]

Un commentaire par Régis (03/03/2010 à 2:52)

Baptiste: loin de moi la volonté d’être désagréable et encore moins insultant. C’est de l’humour améthyste (le rouge sang qui vire au boudin noir). Les deux thématiques abordées surtout la seconde sont très dans le vent et il y aurait vraiment un très gros travail de terrain à effectuer pour un groupe de sociologues. On a mis les onco-psychologues sur certains sujets, mais ils sont butés et surtout ne s’intéressent qu’à des patients qui parlent facilement. Evidemment la femme qui pleurniche sur ses douleurs axillaires après curage ou l’asymétrie de ses mamelons est prolixe et bonne cliente. Or le psychologue manifeste un besoin permanent d’être aimé. Je pense que le sociologue qui partique une plus nette distanciation vis-à-vis des sujets et des cas me paraît plus adapté dans les problématiques que j’ai explicitées.
Quant à la danse du ventre entre travail original et travail de synthèse je l’ai suffisamment pratiquée en 1996-7 pour en connaître les subtilités (excellente façon de publier a posteriori des résultats jamais détaillés dans un étude orginale)
Cordial salut
Régis