Categories

Archives

Archive for 2012

Changer de prénom : journée d’études

J’organise le vendredi 11 janvier 2013, de 9h30 à 13h une journée d’études (une demi-journée, en fait) sur les changements de prénom. Toutes les infos (lieu, salle…) sont ici : http://coulmont.com/changer/.
L’entrée est libre, “dans la limite des places disponibles” (mais nous ne devrions pas être très nombreux).
Le but de cette journée d’études est notamment de faire se rencontrer des personnes qui pourraient être intéressées à participer à un colloque, dans un an, qui porterait sur le nom et le prénom en régime “libéralisé”.

La loi du 8 janvier 1993 révisa l’état civil et la filiation, en libéralisant le choix du prénom et en facilitant les changements de prénom. La France semble s’inscrire maintenant dans une conception libérale du droit au nom et au prénom, dans laquelle importe au plus haut point la manifestation de la volonté. Mais cette libéralisation est partielle. Elle reste soumise aux nouveaux centres d’intérêts de l’État (sécurisation de l’identité et des papiers d’identité, informatisation de l’état civil…), elle s’inscrit aussi dans une jurisprudence foisonnante et dans des usages individuels ou collectifs des catégories de l’état civil comme catégories narratives ou identitaires.

Est-ce un signe de libéralisation qui ne serait que partielle ? : Des parents qui souhaitaient appeler leur enfant “MJ” [M immédiatement suivi de J, le tout en majuscules] ont vu leur demande refusée et par un juge aux affaires familiales et par la Cour d’appel d’Amiens : j’en reparle prochainement…

Une certaine actualité

L’ouverture prochaine du mariage aux couples du même sexe a redonné une petite actualité [exemple 1, exemple 2] aux articles issus de ma thèse, voire à ma thèse elle-même, qui portait sur les controverses, au sein d’églises américaines, autour du mariage des couples de deux hommes ou de deux femmes .
J’ai donc mis en ligne (ou vérifié leur disponibilité) la quasi-totalité des textes que j’ai rédigés et publiés sur ce sujet (des articles un peu anciens, rédigés vers 2005-2007, publiés avant 2009).

Coulmont B. (2003), « Églises chrétiennes et homosexualités aux États-Unis, éléments de compréhension ». Revue française d’études américaines, [95], p.73–86.
Coulmont B. (2003), « Géographie de l’union civile au Vermont ». Mappemonde, [71], p.13–18.
Coulmont B. (2004), « Devant Dieu et face au droit ? ». Critique internationale, [25], p.43–52.
Coulmont B. (2004), « Les Églises américaines et les nouvelles formes de mariages ». Matériaux pour l’histoire de notre temps, [75], p.5–16.
Coulmont B. (2005), « Do the Rite Thing: Religious Civil Unions in Vermont ». Social Compass, 52[2], p.225–239.

Coulmont B. (2005), « Entre droit, norme et politique : un procès ecclésiastique contemporain ». Droit et société, [59], p.139–148.
Coulmont B. (2006), « Jeux d’interdits ? Religion et homosexualité ». Archives de sciences sociales des religions, [136], p.103–114.
Coulmont B. (2006), « Entre le débat et le banal, le mariage religieux des couples du même sexe aux États-Unis ». In A. Cadoret et al. eds. Homoparentalités : approches scientifiques et politiques. Paris, Presses Universitaires de France, pp. 87–94.
Coulmont B. (2007), « Bons à marier ? Rite d’institution et institution d’un rite ». In B. Perreau ed. Le choix de l’homosexualité. Paris, EPEL, pp. 173–195.
Coulmont B. (2008), « États-Unis. Le mariage religieux des couples de même sexe ». In É. Fassin et al. eds. Mariages et homosexualités dans le monde. L’arrangement des normes familiales. Paris, Autrement, pp. 73–82.
Coulmont B. (2008), « Mariage homosexuel, religion et État aux États-Unis ». In F. Rochefort ed. Le Pouvoir du genre. Laïcités et religions 1905-2005. Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 217–228.
Coulmont B. (2010), « Un dessin vaut mieux que mille mots ». In Dossiers d’études. Les transformations de la conjugalité : Configurations et parcours. Paris, Université Paris Descartes, Caisse nationale des allocations familiales, pp. 48–54.

De quoi “sociétal” est-il le nom ?

On ne pose pas ses coudes à table, on tient son couteau de la main droite… et on ne dit pas “sociétal”. C’est ainsi que l’on se montre comme sociologue civilisé. Et c’est un fait : le sociologue qui utilise “sociétal”, c’est simple, est un charlatan, par définition.
C’est du moins ce que l’on apprend très tôt. Sociétal dans une copie, c’est le zéro assuré. “Jargon”.
Mais c’est plus complexe : car “sociétal” est souvent utilisé (souvent par les mêmes qui utilisent “drastique”). Voici ce que montre google N-gram (je reprends une idée de Gérôme T*) :

Sur le corpus anglophone :
societal-en
Et sur le corpus francophone :
societal-fr
(On verrait la même évolution sur le corpus germanique).

Il faudrait pouvoir expliquer cette hausse. Mais avant cela, une archéologie du terme s’impose. L’on trouverait, aux marges de la sociologie, quelques usages dans le premier XXe siècle. Mais c’est surtout Talcott Parsons qui diffuse ce mot. Il semble l’utiliser dans les années 1950, puis, de manière croissante, dans les années 1960 : la “societal community” est ce qui assure l’intégration. Pour quelles raisons en est-il venu à utiliser “societal” plutôt que “social”. Probablement pour des raisons similaires au trio Maurice/Sellier/Silvestre, dans “Politique d’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne” (1982) qui trouvent ce mot utile dans le cadre d’une comparaison internationale entre systèmes d’éducation. Dans ce livre l’accent est mis sur les relations d’interdépendance, dans les deux pays, entre l’organisation de la formation professionnelle et générale et les comportements des entreprises. En gros les auteurs essaient de comparer des relations entre systèmes (systèmes d’éducation, entreprises, organisations, systèmes de qualification des travailleurs). Ils vont essayer de développer ce qu’ils appellent “l’analyse sociétale” qui s’intéresse aux relations entre grosses entités (systèmes) par différence avec le social (qui serait plutôt l’ensemble des interactions entre individus, si je me souviens bien). Le “sociétal”, c’est le niveau “méso”, ni micro, ni macro.
Il n’était probablement pas nécessaire d’utiliser ce mot.
Mais il a eu une résonance au delà de la sociologie : vers 1995 est fondée la revue “Sociétal”, qui est une sorte de lien entre syndicats patronaux et monde de l’expertise universitaire. Comme Futuribles, “Sociétal” se réfère à Bertrand de Jouvenel.

J’ai bien conscience de la rapidité des raccourcis dans ce billet. J’espère que mes collègues sauront m’indiquer où trouver d’autres pistes permettant de comprendre et l’échec “intra-sociologique” du terme sociétal et la réussite médiatique du même terme.

Mes conditions de travail (3)

Il y avait, dans Le Monde, un article sur les “campus cinq étoiles” de certaines universités américaines. C’est assez simple de faire un article sur les Etats-Unis… c’est apparemment plus compliqué de faire un article sur une université française. En tout cas, l’université dans laquelle je travaille n’a pas encore eu les mêmes honneurs. Mais un journaliste de France 24 s’est déplacé French university professors decry a failing system et en français ici. Le directeur du département de philosophie y décrit les “trois salles de classe défraîchies, dont deux sans fenêtres” qui sont affectées à l’enseignement en philo.
Pour aider d’autres journalistes, voici un petit état des lieux.
Commençons par l’organisation de la scolarité : nous bénéficions, dans l’université où je travaille, depuis plus de deux ans, d’un logiciel, “apogée”. Ce logiciel ne fonctionne pas. Pas du tout. Et l’organisme qui a créé ce logiciel, l’AMUE, le rend obsolète en cherchant à en créer un autre. Du coup : l’AMUE n’assure plus le suivi technique, à ce que j’ai compris (ce qui inquiète certains présidents d’université).
Donc, pour me répéter, mais certains ont du mal à l’entendre, Apogée ne fonctionne pas du tout. Un “pré-audit”, plus de deux ans après l’installation, est en cours. Sur twitter, l’un des membres du cabinet de la Présidence me demande d’être juste : deux “groupes de travail” ont été créés. Reste que, au quotidien, rien ne marche. Mais soyons juste : deux groupes de travail ont été créés.
Voici un document, qui, sur onze pages, décrit les problèmes dans un seul département, le département de sociologie.

Etat des lieux “apogée”, département de sociologie, novembre 2012 [pdf]

• Des jurys paralysés, réduits à naviguer à vue et à éponger les erreurs

– Impossibilité de tenir le jury en février 2011.
– Jurys paralysés en juin et septembre 2011 : président et membres mobilisés plusieurs jours jusqu’à 21h ; diplômes délivrés contenant de nombreuses erreurs
– Nouvelle impossibilité de tenir le jury en février 2012 en raison d’une modélisation non terminée.
– Jury de juin 2012 paralysé : 25 licences délivrées manuellement ; aucun passage traité.
– 242 mails d’étudiants entre fin juillet et mi novembre 2012 identifiant chacun entre 1 et 6 erreurs, soit autour de 750 problèmes à traiter manuellement, par le secrétariat, les responsables de formation, de jury et la cellule Apogée.
– Jury de septembre 2012 paralysé : voir « Liste non exhaustive des problèmes Apogée » ; production d’attestations de passage manuscrites.

Une collègue, dans un autre département, s’est amusée à composer les “Œuvres complètes” d’apogée [pdf], à mettre bout à bout les mails reçus au sujet d’apogée. La lecture de ce document est aussi édifiante.
De fait se sont mis en place, dans toute l’université, des procédures parallèles à apogée, pour pouvoir assurer le suivi de la scolarité des étudiantes. C’est principalement en recourant à des “fichiers Excel” bricolés, département par département, que l’on arrive à travailler, c’est à dire — pour faire bref — pouvoir assurer à tel étudiant que oui (ou non) il est diplômé (ou ne l’est pas, pour telle ou telle raison).

Mais l’on me signale que deux groupes de travail ont été créés.

*

Je ne sais pas s’il y a un groupe de travail sur les toilettes universitaires (j’attends que l’on me renseigne sur ce point). Peut-être bien que l’achat ou la location de locaux dans “Paris intra muros” pour héberger le quartier-général du PRES-Paris-Lumière pourrait être doté d’un ordre de priorité plus élevé (mais je fais ici du mauvais esprit).

Historiquement, et surtout à partir du XIXe siècle, l’accès aux toilettes publiques et semi-publiques a été perçu comme un moyen de favoriser ou de restreindre les mouvements de certaines populations. Les résistances à la construction de toilettes publiques pour les femmes dans l’Angleterre victorienne sont bien connues (Wilson 1991). Combinées avec la montée de l’hygiénisme (qui conduit à rendre délictueux d’uriner ou de déféquer dans l’espace public), l’absence de toilettes publiques visait à restreindre l’accès des femmes à ce même espace public (Kogan 2010).
L’accès des travailleurs à des sanitaires permettant le respect de leur dignité fut aussi au centre de luttes aujourd’hui oubliées. Un seul exemple, le transport des migrants au début du XXe sicècle (Douki 2011) : l’un des combats de mouvements de défense des migrants étaient que ces populations pauvres et migrantes puissent bénéficier de meilleures conditions de transport pendant leur long voyage en bateau vers l’Amérique; évidemment la question des toilettes décentes et nombreuses étaient déjà posée, comme un moyen élémentaire pour rendre le transport plus sûr (faire baisser les risques de contagion) et aussi pour « humaniser » les conditions de transport.

Se joue-t-il quelque chose du même ordre dans l’université dans laquelle je travaille ?

Aujourd’hui, malgré leur mobilisation, les ouvriers de la “cellule logistique”, du “service technique immobilier” ou de l’entretien ne peuvent plus assurer le bon fonctionnement de ces toilettes. Ils ne sont pas assez nombreux, et ils se retrouvent face à une situation qui dégénère plus vite qu’il n’est possible de l’améliorer.

Un exemple : le bidouillage de verrous (dans les toilettes du bâtiment C)

Une conséquence néfaste de cela, c’est la privatisation des toilettes. Un peu comme dans le monde capitaliste, où se déploient des modes privés d’appropriation du profit, la lutte des classes se déploie, dans mon université, autour de l’appropriation de l’hygiène (un bien commun, produit collectif, mais disponible pour certains seulement). Celles et ceux qui le peuvent installent donc des verrous, des panneaux, des interdits. [Ceci dit, l’appropriation de l’espace collectif semble être, localement, une forme ancienne : Gérard G*, “l’homme au slip”, monopolise une salle de cours à lui seul.]

toilettes-privees-b2
Cette privatisation a pour effet de faire “refluer” les étudiants et étudiantes vers les quelques toilettes encore disponibles… qui se retrouvent sur-exploitées et qui ne peuvent visiblement pas gérer de tels “flux”.
Ces difficultés ne touchent pas que les toilettes en elles-mêmes : il semble que la surexploitation conduise à la destruction des plomberies-mêmes.

Nous recevions ainsi, le 1er octobre 2012, le mail suivant, adressé à “allp8”, qui indique la gravité de la situation :

Madame, Monsieur,
Suite à un incident technique sur les évacuations des sanitaires au bâtiment A (sous-sol), et afin de permettre une intervention rapide et dans de bonnes conditions d’hygiène, nous sommes dans l’obligation de fermer les toilettes du bâtiment A (plots B/C/D) pendant toute la journée du 2 octobre.
Les sanitaires qui restent en fonctionnement sont les suivants :
sanitaires côté Animathèque,
côté l’UFR Arts du rez-de-chaussée au 2ème,
les toilettes SPTE, Recherche,
les toilettes côté Arts Plastiques, MITSIC, ATI,
ainsi que le bâtiment G et L (amphi X/Y).
Merci de votre compréhension.
Le service technique immobilier

Cela conduit, parfois, à déboulonner les urinoirs, pour éviter qu’ils ne soient bouchés en permanence. Le principe (capitaliste?) “Pas de bras, pas de chocolat” s’appliquant ici à autre chose.

J’aimerais bien pouvoir écrire au CHSCT (le comité hygiène, sécurité et conditions de travail) de mon université, mais impossible de trouver, sur le site internet de l’université, sa composition ou son adresse.
Ces conditions de travail difficiles rendent d’autant plus agréable la collégialité: malgré l’absence de toilettes dignes, malgré l’absence de logiciel permettant d’organiser les études… il n’est pas désagréable d’y travailler.

Bibliographie :
Douki, Caroline. 2011. « Protection sociale et mobilité transatlantique : les migrants italiens au début du XXe siècle ». Annales. Histoire, Sciences Sociales 66(2):375-410.
Kogan, Terry S. 2010. « Sex Separation. The Cure-All for Victorian Social Anxiety ». P. 145-164 in Toilet. Public Restroom and the Politics of Sharing. New York (Etats-Unis): New York University Press.
Wilson, Elizabeth. 1991. The Sphinx in the City: Urban Life, The control of Disorder, and Women. Berkeley (Californie): University of California Press.

Osmar : manipuler des données OpenStreetMap avec R

Il y a parfois un intérêt certain à créer des cartes dans un format vectoriel. Je vais ici utiliser le paquet “osmar”, qui permet d’utiliser des données en provenance d’OpenStreetMap, avec le logiciel R.


cliquez pour ouvrir la carte au format pdf

Pour réaliser cette carte, j’ai suivi les instructions présentées dans ce document osmar: OpenStreetMap and R, by Manuel J. A. Eugster and Thomas Schlesinger.
Pourquoi passer par osmar ? L’on trouve des shapefiles extraits de OpenStreetMap sur différents sites (comme cloudmade), mais ces shapefiles commencent à être très lourds, et ils ne contiennent qu’une partie des informations disponibles sur OpenStreetMap.

install.package(osmar)
library(osmar)
src <- osmsource_api()
bb <- center_bbox(3.0775880813598633,50.37404355240673, 1000, 1000)
ua <- get_osm(bb, source = src)
 
#tracer les bâtiments
bg_ids <- find(ua, way(tags(k == "building")))
bg_ids <- find_down(ua, way(bg_ids))
bg <- subset(ua, ids = bg_ids)
bg_poly <- as_sp(bg, "polygons")
plot(bg_poly, col = "gray",border="gray")
 
#tracer une zone "commerciale"
nat_ids <- find(ua, way(tags(v %in% c("commercial"))))
nat_ids <- find_down(ua, way(nat_ids))
nat <- subset(ua, ids = nat_ids)
nat_poly <- as_sp(nat, "polygons")
plot(nat_poly, col = "#ffaaaa11",add=TRUE,border="#ffffff00")
 
#tracer les cours d'eau
nat_ids <- find(ua, way(tags(k %in% c("waterway"))))
nat_ids <- find_down(ua, way(nat_ids))
nat <- subset(ua, ids = nat_ids)
nat_poly <- as_sp(nat, "polygons")
plot(nat_poly, col = "#aaaaff",add=TRUE,border="#aaaaff",lwd=2)
 
#tracer les parcs
nat_ids <- find(ua, way(tags(k %in% c("leisure"))))
nat_ids <- find_down(ua, way(nat_ids))
nat <- subset(ua, ids = nat_ids)
nat_poly <- as_sp(nat, "polygons")
plot(nat_poly, col = "#99dd99",add=TRUE,border="#99dd99")
 
#tracer les rues, de différentes épaisseurs
cw_ids <- find(ua, way(tags(v %in% c("residential","pedestrian"))))
cw_ids <- find_down(ua, way(cw_ids))
cw <- subset(ua, ids = cw_ids)
cw_line <- as_sp(cw, "lines")
plot(cw_line, add = TRUE, col = "pink",lwd=1)
 
cw_ids <- find(ua, way(tags(v %in% c("secondary"))))
cw_ids <- find_down(ua, way(cw_ids))
cw <- subset(ua, ids = cw_ids)
cw_line <- as_sp(cw, "lines")
plot(cw_line, add = TRUE, col = "pink",lwd=5)
 
cw_ids <- find(ua, way(tags(v %in% c("tertiary"))))
cw_ids <- find_down(ua, way(cw_ids))
cw <- subset(ua, ids = cw_ids)
cw_line <- as_sp(cw, "lines")
plot(cw_line, add = TRUE, col = "pink",lwd=3)

Created by Pretty R at inside-R.org

L’individualisation du social… vraiment ?

Au cours du XXe siècle, nous — Français — nous sommes mis à utiliser le prénom en dehors de l’intimité la plus intime. Dans La Comédie humaine, les prénoms ne sont utilisés que de manière très stratégique. Ainsi, dans Le contrat de mariage (Pléiade, Tome 3, p.567) trouve-t-on un couple qui se connaît depuis au moins six mois. Pour faire signer un contrat, la future Nathalie de Manerville est chargée par sa mère d’être très gentille. Elle va donc s’adresser à son fiancé de cette manière : « Paul, lui dit-elle à voix basse, et elle le nomma ainsi pour la première fois… »
Rien de tel aujourd’hui, où le prénom est d’usage courant. Mais il est toujours utilisé de manière aussi stratégique, par celles et ceux qui cherchent à nous séduire. Mais moins comme terme d’appel que pour sa fonction connotative.
Voici une série de publicités repérées dans le métro au cours des derniers mois.


Le prénom indique l’âge.

Certains prénoms, associés à d’autres indices, peuvent connoter parfois la religion.




Il y a des “Léa” dans plusieurs publicités (au moins deux).


Mais à quoi donc servent les prénoms dans ces publicités ? Effet de réalité : “Lou” existe vraiment, et elle aime vraiment le yaourt ou le fromage de chèvre.

A ne pas utiliser les prénoms, que faudrait-il indiquer pour donner à voir ces caractéristiques sociales collectives (nationalité, âge, genre, religion, origine sociale…) ? Les vieilles publicités fonctionnant sur le principe du témoignage (par exemple, les publicités pour les “Croix Vitafor” et autres fétiches) dans les années soixante / soixante-dix, utilisaient “Mme S* de Cambrai”, “Monsieur T* de Auch”…



Le prénom individualise, certes, surtout qu’il est toujours associé, dans les publicités, à une photographie du visage du porteur de prénom. Mais c’est une individualisation paradoxale : le prénom, ici, ne sert pas à identifier (ce n’est pas sa fonction dénotative qui est recherchée), il sert à classifier. “Léa”, c’est aussi Camille, Lucie et Chloé, et plus largement l’ensemble des jeunes femmes nées entre 1985 et 2000 (mais qui est ainsi exclu quand un tel prénom est choisi ?).

Classes et réseaux

Max Weber commence par définir ce qu’il appelle une “situation de classe”, qui est associée à une “chance typique” résultant de l’accès à des biens et services permettant de se procurer des rentes ou des revenus. Puis il définit la classe sociale comme “l’ensemble de ces situations de classe à l’intérieur duquel un changement est aisément possible, pour une personne donnée, dans la succession des générations” [Economie et Société, Tome 1, Paris, Plon, 1995, coll. Pocket, p.391].
La traduction n’est pas simple, et je ne sais pas ce que Weber écrit dans la version originale. Mais il me semble que l’idée est ici de définir la classe sociale à partir de la mobilité des personnes entre “situations de classe”. C’est le flux entre situations, qui fait se rassembler les situations (et c’est ce rassemblement qui forme des “classes”) : une classe est ici un ensemble d’éléments presque équivalents du point de vue de la mobilité.
Le graphique suivant illustre ce que j’ai cru comprendre. Les points représentent des situations de classe (à partir d’une profession) et les flèches des passages intergénérationnels entre ces situations de classe. Plus le trait est épais, plus ces passages sont fréquents.

On peut tester l’idée à partir de nombreuses bases. Parce que j’avais l’enquête TRA sous la main (déjà explorée ici), voici ce qu’une exploration donne, pour le XIXe siècle. Les flèches indiquent que “les pères de telle profession ont souvent des fils de telle profession”. Les couleurs indiquent l’appartenance à une “communauté”, repérée par un algorithme (“walktrap.community”, avec igraph, dans R). [D’autres algorithmes auraient été possibles, mais je ne cherche pas ici à repérer le meilleur découpage.]

On repère bien, en violet, un gros groupe composé de domestiques, de journaliers, manoeuvres, sabotiers et bergers… Un deuxième groupe travaille la terre (fermiers, ouvrier agricole, laboureur) ou les frontières (marins, douaniers)… Les deux groupes verts regroupent des professions “mobiles” mais liées au travail agricole : l’occupation centrale étant “cultivateur” (CVR); et des professions plutôt commerciales immédiatement dérivées du travail de la terre (meunier, maréchal ferrant….) Le groupe bleu est doublement séparé du travail agricole (les professions fournissent des “outils d’outils” : tailleurs, marchand, menuisier, cordonnier, tonnelier) et contiennent des professions “nouvelles” (au XIXe) comme instituteur et employé. Un dernier groupe, en rose, contient les professions financières (rentiers, employés de commerce et négociants), qui fournissent les outils des outils des outils ?
La description n’est pas inutile… reste à savoir si ces “communautés” peuvent sérieusement être considérées comme des “classes”, ne serait-ce qu’au sens wébérien.
Pour aller plus loin, je recommande la lecture des billets de Pierre Mercklé, Réseaux sociaux contre classes sociales ou Les réseaux sociaux contre les classes sociales ? Pour en savoir un peu plus

Refuser le plagiat

Depuis quelques années, en France (mais pas seulement), le plagiat entre universitaires devient une question politique : comment empêcher ces plagiats, et comment lutter contre les plagiaires. Souvent, les universités sont lentes à réagir… et les plagié-e-s se retrouvent seul-e-s.
Et c’est pourtant bien un problème collectif : la pétition suivante, publiée sur le blog de Jean-Noël Darde, de l’Université Paris 8, vise à rendre visible le caractère collectif de ce problème :

«Refusons de fermer les yeux sur le plagiat dans la recherche
À quelques jours de la conclusion des Assises de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, les universitaires et les chercheurs soussignés estiment de leur devoir de rappeler que l’université doit pouvoir garantir la légitimité des diplômes qu’elle délivre. En particulier, elle doit veiller à ce que le plagiat dans les mémoires, les thèses et les publications scientifiques ne puisse discréditer la qualité des formations proposées et de la recherche française.»

La conclusion de la pétition/lettre ouverte est ici :

La sauvegarde de la liberté de la recherche et de la liberté académique dépend de la qualité des diplômes, des publications et des productions. Laisser ces dossiers en l’état ne pourrait qu’aggraver une situation qui tend à laisser penser que l’Université française, persistant dans l’ignorance de l’ampleur du phénomène du plagiat, a renoncé à défendre un niveau d’excellence indispensable pour tenir son rang aux niveaux européen et international.

Je suis réservé sur ce point : cette conclusion a certainement pour but d’alerter les autorités de tutelle (rectorats, ministères), en utilisant le langage de l’excellence. Mais le plagiat pose un autre problème : il ruine la collégialité de la recherche en conférant à des plagiaires le monopole de bénéfices matériels et symboliques qui auraient du revenir aux plagiés. Où est le mal, disent celles et ceux qui, “oubliant” de citer sans oublier de copier, deviennent docteurs, “publiant” ou universitaires ? Le mal est dans la rupture de la confiance collégiale sans laquelle il n’est plus possible de travailler.

Voter aux Etats-Unis

En France, la procédure de vote a été nationalisée. On vote de la même manière à Strasbourg et à Orléans, à Rennes ou à Ajaccio. Ce n’est pas le cas aux Etats-Unis (voir un billet de 2004 sur le même sujet). L’organisation matérielle du vote n’est même pas confiée aux Etats fédérés, elle est laissée en grande partie aux responsables des “Counties”, les Comtés.
Ainsi dans l’Ohio, le Sécrétaire d’Etat indique sur une page spécifique quel Comté dispose de quelles machines :

A chaque couleur correspond une machine particulière (ou une combinaison de machines).
J’ai retrouvé une carte de 2008 indiquant, au niveau de chaque comté, quel type de vote était en place :

On constatera la grande variété des modes du votes.
Et ces procédures ne sont pas fixes, loin de là : depuis une bonne dizaine d’années, elles sont à la fois “modernisées” (avec le passage à différentes formes électroniques) et “politisées” (notamment autour de la fiabilité des différentes formes de vote). Cela conduit à de nombreux changements d’une année sur l’autre :

La carte précédente indique quels sont les comtés qui, entre 2000 et 2008, ont changé leur équipement de vote : cela se fait rarement pour un Etat tout entier, souvent comté par comté (même si l’on distingue bien des mouvements qui semblent se réaliser au niveau des comtés d’un même Etat).

Pourquoi est-ce si compliqué ? Un élément à garder en tête est le recours important à l’élection directe. Ainsi, si vous êtes à Manhattan, vous aurez, mardi, à voter pour neuf élections différentes, voire plus… et parfois, des partis différents (le parti démocrate et le Independance Party) vont soutenir le même candidat. Vous aurez donc la posibilité de voter pour Gillibrand en tant que soutenue par le Parti Démocrate OU Gillibrand en tant que soutenue par le Independance Party :

cliquez pour voir le bulletin de vote en entier

Dans un tel système, le recours au bulletin simple, comme en France, s’avère compliqué : les opération de comptage seraient longues. D’où, probablement, le recours aux machines, très variées (comme la Shoup Lever Voting Machine, utilisée dans la ville de New York… mais pas dans le reste de l’Etat de NY… sauf à Albany, la capitale).

Un graphe dynamique et interactif avec d3.js

R est un logiciel formidable. Mais d’autres outils sont plus adaptés pour une présentation sur internet. Il existe un ensemble d’instructions appelées d3.js, qui permettent en quelques instructions de mettre en ligne des graphiques interactifs. Pour deux exemples, voir ce réseau de sociologues et ce réseau d’écrivains.

Voici comment faire la même chose, chez vous.
Ce “tutoriel” nécessite quelques connaissances de R et de html.

Le point de départ :
– vous avez créé un graphe, dans R, avec le package igraph. Ce graphe se nomme g2. Il est constitué de “vertices” (des individus par exemple) et de “edges” (des liens entre individus). À chaque individu, vous avez associé un “groupe” : V(g2)$group (il peut y avoir plein de groupes, numérotez-les)
– il s’agit maintenant d’exporter ce graphe (ou une partie), dans un format que d3.js peut comprendre… et d3.js comprend surtout le .json
– le code suivant va enregistrer un fichier .json utilisable par d3.js, en se servant du package RJSONIO

library(RJSONIO)
 
#creation de la partie qui renseigne les "nodes"
temp<-cbind(V(g2)$name,V(g2)$group)
colnames(temp)<-c("name","group")
js1<-toJSON(temp)
#creation de la partie qui renseigne les "liens"
write.graph(g2,"Desktop/edgelist.csv",format="edgelist")
edges<-read.csv("Desktop/edgelist.csv",sep=" ",header=F)
colnames(edges)<-c("source","target")
edges<-as.matrix(edges)
js2<-toJSON(edges)
#concatenation des deux parties
reseau<-paste('{"nodes":',js1,',"links":',js2,'}',sep="")
write(reseau,file="Desktop/reseau.json")

Created by Pretty R at inside-R.org

Ce fichier .json a normalement la structure suivante :

{
"nodes":[
{"name":"Nom1","group":4},
...
{"name":"Nom3","group":3}],
"links":[
{"source":0,"target":1},
...
{"source":138,"target":126}]
}

Ensuite : téléchargez ce fichier reseau.txt, enregistrez le dans le même répertoire que celui dans lequel est enregistré reseau.json. Changez l’extension (remplacez .txt par .html).