Categories

Archives

Archive for 2012

Des proximités commerciales entre sociologues

Le site amazon propose des choses intéressantes. Non seulement mes livres, mais aussi les livres des collègues, et, souvent, une liste d’auteurs “similaires”. Ainsi, si vous allez sur la page du Coulmont, vous verrez que “les clients ont aussi acheté les livres de ces personnes” :

Aujourd’hui — car cette liste est mouvante — “je” me retrouve associé à d’illustres sociologues. Mais ce n’est pas réciproque. Sur la page du Bourdieu, “je” n’apparais pas comme lui étant associé.
Mais bon… amazon nous propose une sorte de trou de serrure par lequel apercevoir un réseau de relations commerciales entre auteurs.
On peut essayer de recomposer une partie de ce réseau (en agrandissant le trou de la serrure).

Cliquez pour télécharger un fichier PDF zoomable

Dans ce réseau, tel qu’il est ici reconstitué (en partant de la page “Coulmont” et en récupérant tous les liens d’ordre 2 — les voisins des voisins du Coulmont), fait sens : par exemple, les économistes ont tendance à se retrouver associés aux économistes (même si, ici, c’est une branche particulière, plutôt régulationniste, qui apparaît) :

Le point de départ importe : partir de “Coulmont” ne donnera pas tout à fait le même réseau de relations que partir de Louis Pinto ou du Lord Voldemort de la sociologie française… Mais quel que soit le point de départ, les “communautés” que l’on peut repérer semblent faire sens, de manière disciplinaire (sociologie, histoire, économie, philosophie) ou même entre sous-disciplines (sociologie de la culture, sociologie économique…).
Le tout a été réalisé avec R. Je peux mettre le code en ligne, mais je n’en suis pas très fier, c’est du code bidouillé et redondant.
Pour aller plus loin, je vous conseille le blog Data Sciences Sociales de Ollion et Hobeika.
mise à jour (31/10/12) : une visualisation plus interactive est proposée ici

Fantômette endeuillée

Le décès du créateur de Fantômette, Georges Chaulet, a été annoncé aujourd’hui.
Fantômette était une héroïne complexe : ligotée, et sexuée.
Mise à jour : Quelques réactions : Fantômette c’était moi, sur Slate par C. Pudlowski, le journal d’un lecteur, Tribute to Fantomette par C. Bousquet, un challenge fantômette (whatever that means…), ici, un souvenir féministe par C. Beauvais, et un article synthétique sur l’oeuvre de Chaulet (qui ne se limite pas à Fantômette). D’autres réactions CaptainBooks, scrapo,

La lutte des graffs

Depuis quelques temps, un artiste multiplie ces dessins :

(voir aussi ici)
et il décline ces dessins en pendentifs et t-shirt (le « street-art » n’est pas directement rentable, mais il est rentabilisable).
Ces dessins sont devenus l’objet d’une lutte, non pas des services de nettoyage de la ville de Paris — qui, j’imagine, n’apprécient pas trop les graffitis — mais d’un groupe de riposte féministe :

[cette] imagerie […] nous semble dangereuse car sacralisant l’image du fœtus. Son dessin confond très clairement fœtus et bébé («areuuh», vraiment ?) et le discours qui accompagne son œuvre semble présenter le fœtus comme symbole qui dépasserait la question du choix des femmes

Ce groupe utilise donc les foetus-de-trottoir comme support matériel de leurs revendications :

Une cartographie des foetus est disponible, qui vous permet de trouver votre foetus à graffiter (c’est le côté “open-data” du féminisme 2.0)
J’appelle ça la lutte des graffs.

L’anonymisation automatique des enquêtés

Les sociologues anonymisent leurs enquêtés : c’est une des différences avec le journalisme. Mme Dupont deviendra Mme Ponteau, ou alors Geneviève Pruvost deviendra Mme Genevost. Dans un des seuls articles existant sur la question, Anonymiser les enquêtés, Emmanuelle Zolesio donne quelques conseils.
La question a pris d’autant plus d’importance, ces dernières années, que se développaient des impératifs de protection de la vie privée : “confidentialité et anonymat sont (…) les deux faces d’un même problème” écrivent Béliard et Eideliman (cités dans Zolesio).
Il y a un peu plus d’un an, une collègue [Muriel D., ou Mme Murmon] m’écrivait, après avoir reçu Sociologie des prénoms :

je cherchais des outils internet pour anonymiser des enquêtés! Je cherchais notamment s’il n’y avait pas des données de type Besnard en ligne, et je suis rapidement arrivé à ton blog, à ta discussion sur les prenoms et aux sites que tu conseillais (ah, pas mal, ces sites, mais rien ne saurait remplacer un “anonymisateur” que tu vas inventer bientôt j’en suis sûre : un petit programme dans lequel les sociologues rentrent une liste de prénoms d’enquêtés, et qui sort une liste de prénoms anonymisés en tenant compte de la génération, de l’origine sociale etc!

Quelle demande ! Mais quelle demande intéressante. Et qui simplifierait un peu le travail. Ce mail m’est revenu en tête alors que je cherchais, moi-même, à anonymiser quelques personnes… et que je me suis tourné vers l’outil interactif mis en place après la petite étude sur les prénoms et les résultats au bac : http://coulmont.com/bac/
Et j’ai trouvé que, dans certaines circonstances, cela anonymisait pas mal. La “classification ascendante hiérarchique” réalisée à partir, simplement, de la répartition des résultats au bac groupait ensemble “Samir, Brahim et Said”, et les distinguait bien de “Alix, Jeanne, Josephine et Coline”. En discutant avec une autre collègue récemment, j’ai appris que je n’étais pas le seul à agir ainsi. En effet, me dit-elle, une doctorante du CREST, Joanie Cayouette, avait utilisé l’anonymisateur. Voici ce que Joannie m’écrit :

Dans le cadre de ma thèse en sociologie de l’éducation, qui consiste principalement à étudier, au moyen de leurs dossiers scolaires, les trajectoires d’une cohorte de 530 élèves, j’ai dû anonymiser, pour le moment, près de 120 prénoms d’élèves. Pour ce faire, outre le fait de choisir un prénom de même sexe, j’ai veillé à conserver l’appartenance nationale et/ou religieuse du prénom et, enfin, la connotation sociale des prénoms. Cela peut parfois se révéler particulièrement complexe. L’application coulmont.com/bac/ m’aide principalement pour les élèves au prénom français. Je chercher à partir du prénom de l’élève à anonymiser, un prénom dans la liste des prénoms au même profil. La principale contrainte apparaît lorsque le prénom de l’enquêté est trop rare et n’est pas inclus dans l’application. Il arrive alors que je trouve un prénom « analogue » mais déjà utilisé ou trop proche. À ce moment-là, je cherche à partir de celui-ci. Mais c’est parfois impossible. L’outil se révèle par contre moins adapté pour anonymiser les prénoms d’origine étrangère.

Lorsque j’ai commencé à travailler avec l’application coulmont.com/bac/, j’avais déjà anonymisé plus de la moitié des prénoms (grâce à la consultation de sites prénoms et/ou ma connaissance intuitive des prénoms et/ou en choisissant un prénom d’un élève « comparable » dans la base de données). Je pense qu’il est bon que tous les prénoms ne soient pas non plus anonymisés grâce à l’application puisque, les choix se révélant parfois limités lorsqu’il s’agit de choisir, au sein du groupe de prénoms, un prénom de même sexe et de même origine nationale et/ou religieuse, un risque existe que des enquêtés ou autres personnes refassent le chemin inverse à partir de l’application.

L’intérêt que J. Cayouette a trouvé à l’anonymisateur est lié à la grande proximité entre son objet d’étude (des élèves scolarisés dans le secondaire) et la source des données utilisées (les résultats nominatifs au bac). Il est très probable que, pour des populations plus “anciennes” (sur les maisons de retraites…), l’outil ne fonctionne pas du tout.
Et elle pointe un problème : l’anonymisateur permet parfois de “remonter la chaîne” de l’anonymisation, et de retrouver le prénom de départ. Dans ce cas précis, elle n’a pas d’inquiétude à avoir : dans quelques mois, la liste changera, et les “groupes-prénoms” seront plus larges ou légèrement modifiés, grâce à l’apport des résultats du bac 2013.

Comme vous le constatez, mes réflexions au sujet de l’anonymisation automatisée ne font que débuter. Si vous êtes sociologue (professeur émérite à Harvard ou étudiante de master à Reims, ou l’inverse), et si vous avez utilisé http://coulmont.com/bac/, dites-moi ce qui vous a été utile, ce que vous souhaiteriez voir intégré à l’anonymisateur, etc…

Prénoms et bourgeoisie

Chaque année depuis… oh, au moins 1967 (mais surtout depuis la fin des années 1990), le Figaro publie un palmarès des prénoms à partir du “carnet”, c’est à dire les annonces de naissance publiées par les parents.
Voici un exemple d’annonce du “Figaro” :

Où un couple versaillais y annonce la naissance (et surtout le prénom) de leur sixième enfant. On remarquera le caractère rare de la plupart des prénoms (Aimery étant peut-être le moins rare).
Et ce sont des prénoms rares, même pour le Figaro, dont le palmarès est reproduit ici (source: Carnet des prénoms, 2013):

Mais : “Erminie” et “Aimery” se trouvaient dans une liste de prénoms recommandés par Le Figaro dans le “Carnet des prénoms 2012“. Ce carnet n’est peut-être pas qu’un reflet de ce qui se passe, il est peut-être aussi un guide pour le choix, quand plus aucune règle n’existe sinon celle — problématique — du goût parental.

Quand la bourgeoisie (et l’aristocratie) se met en scène, elle utilise aussi les prénoms. Vous trouverez sur le tumblr de la “ligue [parodique] des officiers d’état civil” une contrepartie “populaire” à ces choix bourgeois, publiée dans la presse locale.

Pour les années précédentes : 2011, la bourgeoisie par les prénoms, 2010, prénoms bourgeois, 2008…;

La rentrée à Paris 8, édition 2012

Rarement rentrée universitaire aura été aussi catastrophique. A Paris8, depuis deux ans, un logiciel est censé géré toute la scolarité des étudiants, mais il n’est pas fonctionnel. « Apogée » — le nom de ce machin — a été mis en place aux forceps, sans période d’adaptation, et depuis deux ans, des problèmes, qui n’avaient pas été réglés en septembre 2010, s’accumulent, se multiplient, d’ajoutent, se diffractent, forment des rhizomes…
Un exemple : l’année dernière, un bon étudiant avait accumulé suffisamment de crédits pour être inscrit en 3e année de licence… Mais « apogée » n’arrivait pas à additionner ses crédits. Donc : pour apogée, l’étudiant ne pouvait pas être en L3, mais pour le département de sociologie, cet étudiant avait bien la possibilité de suivre les cours, de passer les examens, etc… Cet étudiant a donc obtenu sa licence (selon le jury), mais comme le logiciel ne lui permettait pas l’inscription administrative en 3e année de licence, l’étudiant devrait se réinscrire cette année pour qu’apogée puisse faire l’addition de ses crédits.
Des problèmes comme celui-là, 175 étudiants les ont signalés, par écrit, au secrétariat de la licence de sociologie. Ces 175 problèmes généraux forment plus de 500 problèmes “atomiques” : question de note non entrée, de notes “qui ne remontent pas”, de crédits non pris en compte etc… Mes collègues ont résumé cela sur le site du département de sociologie.

Parce qu’apogee ne fonctionne pas, depuis deux ans les différents départements ont du développer en interne des solutions leur permettant d’assurer le suivi de la scolarité et des études des étudiants. Tel département a mis en place un fichier Excel relié tant bien que mal à apogee, tel autre gère l’entièreté des crédits “à la main” (dans des fichiers papiers), tel autre a choisi de ne se fier qu’à Apogee (vaille que vaille)… Et parfois, d’une année sur l’autre, les solutions imaginées ont du être modifiées, parce qu’elles ne permettaient plus de gérer la complexité.

Voici comment un collègue me résume la situation dans un autre département :

J’ai parlé vendredi avec le malheureux maître de conf qui en […] s’occupe d’Apogée. Ils n’utilisent pas Apogée, font tout sur excel et introduisent seulement les moyennes globales au niveau du L 1, du L 2 puis du L 3. Quand aux étudiants d’autres disciplines, ils leurs donnent des bouts de papier…

Comprenez bien ceci : les étudiants de ce département ont donc bien leurs crédits, et leur diplôme, mais plus aucune trace des cours individuels qu’ils ont pu suivre. Pour l’instant, ça marche, les diplômes sont délivrés. Mais dans 5 ans, 10 ans ou 15 ans cela posera problème.

Dans n’importe quelle organisation, face à ces bricolages, des discussions auraient eu lieu, des personnes embauchées pour aider les départements à faire la transition d’un logiciel vers un autre. Mais pas à Paris 8.

Il y a plus de six mois maintenant, un collègue adressait une lettre au président de l’université, dont voici un extrait :

” (…) la seule inscription, manuelle, des étudiants aux cours de sociologie dans Apogée aura mobilisé 5 personnes (3 secrétaires et 2 enseignants-chercheurs) à plein temps sur 10 jours, et ce sans tenir compte des situations problématiques et du temps nécessaire à leur résolution. Une telle procédure, extrêmement consommatrice en temps, demandant d’attendre la fin du semestre et nécessitant une très grande vigilance ainsi que la mobilisation intense des enseignants-chercheurs, n’est pas envisageable comme procédure habituelle. C’est un mode de gestion ponctuel d’une situation de crise (…)
Pendant ces dix jours, deux tutrices, de 9 heures jusque 21 heures ont porté à bout de bras cette procédure. La survie de notre licence ne repose que sur l’investissement quotidien, de bonne foi et à plein temps de ses deux responsables, au détriment de toute autre tâche, qu’elle soit d’enseignement ou de recherche, ainsi que sur la bonne volonté de deux tutrices dont ce n’est assurément pas le rôle. A ce stade, je peux témoigner de l’état d’épuisement des troupes et de ma grande inquiétude “

Ce collègue n’aura pas été entendu : il lui a été dit que tout allait bien dans le reste de l’université… alors que d’autres départements, un peu avant ou un peu après, faisaient le même signalement. Il ne faut pas me croire sur parole : mais lisez simplement la profession de foi d’un candidat à la vice-présidence du CEVU de Paris8, anciennement membre du Conseil d’administration, qui ne mentionne à aucun moment les problèmes liés à ce logiciel… alors que le CEVU est spécifiquement en charge de la “vie étudiante”. [Notons qu’il ne mentionne pas non plus la situation des toilettes, mais qu’il met en avant la politique d’excellence du “PRES”. Signe d’un changement, peut-être, ce candidat n’a pas été élu…]

Au département de science politique, mes collègues ont rendu publique une déclaration au sujet d’apogée : après avoir « procéd[é] manuellement à l’inscription pédagogique des étudiant-e-s. Nous réitérons notre demande que soient prises des mesures permettant d’arriver à une solution rapide et définitive de ces problèmes »

Comment comprendre l’absence de prise considération de ces demandes anciennes ? Dès décembre 2011 sur le bondyblog des étudiants rendent compte de leurs problèmes. Et lors de cette rentrée, plusieurs sites internet en parlent :
http://yahoo.bondyblog.fr/201209140217/fac-de-paris-8-un-passage-en-annee-superieure-compromis-par-un-logiciel/http://yahoo.bondyblog.fr/201209181356/les-deboires-dun-etudiant-pour-se-reinscrire-a-la-fac-de-saint-denis/http://mcetv.fr/mon-mag/1909-la-reinscription-a-luniversite-paris-8-ou-la-desillusion-des-etudiantshttp://www.mediaetudiant.fr/vie-etudiante/logiel-complique-inscription-etudiants-paris8-11896.php

Il se murmure maintenant que la nouvelle direction de l’université accepterait un “audit”… mais l’on murmure aussi que cela risque d’être un audit “interne”.

*

Arrivés ici, vous, lectrices habituées de ce blog, ne comprenez pas pourquoi cette rentrée serait catastrophique. C’est que la situation, cette année, est différente des années précédentes. Depuis 2009, à Paris8 (comme dans les autres universités françaises), nous bénéficions du “plan licence”, qui nous a permis d’accueillir dans des conditions minimales des étudiants de plus en plus nombreux — dont les détenteurs d’un bac professionnel. Cette année, comme l’écrit Camille Peugny, ce plan est supprimé :

Pire, cette année, à Paris comme ailleurs, plus de plan licence. Nous devons donc fonctionner avec vingt charges de cours de moins que l’année dernière, mais autant d’étudiants. Message nous est transmis que nous avons vécu « au-dessus de nos moyens » artificiellement pendant les trois années du Plan licence et qu’il faut redevenir raisonnable. Des cours en amphi sont ainsi rétablis dès le premier semestre de la première année de la licence, mais des cours en amphis sans amphis : les étudiants seront parfois 80 ou 90 dans des salles pouvant accueillir 35 personnes. Pour faire face, on nous incite alors à faire des démarches intensives pour récolter de la taxe d’apprentissage qui désormais devra financer les charges de cours supplémentaires (en plus du service des titulaires). Mais évidemment, cette dernière ne suffira pas. Le message, au final, visiblement assumé par mon université, est le suivant : il faut diminuer les capacités d’accueil. En clair, ne plus accueillir tous les étudiants qui veulent s’inscrire dans notre formation. Un pas supplémentaire est donc franchi : nous ne pouvons plus accueillir tout le monde, et nous accueillons mal ceux que nous accueillons. Voilà où en est la France de 2012 : incapable de former tous les jeunes qui le souhaiteraient.

Pour cette raison, la rentrée sera catastrophique : pas d’outil de suivi de la scolarité et perte de vingt cours (l’équivalent de 800 heures de cours supprimées, rien qu’en licence de sociologie) dans un contexte d’augmentation du nombre d’étudiants.

*

On ne peut même pas terminer sur une note heureuse : Quand Paris 8 est mentionnée sur arte-radio, c’est pour faire l’histoire d’un ancien enseignant, devenu fou, qui habite maintenant dans une salle de cours et qui ère dans l’université. Ceci dit, je vous recommande ce reportage-documentaire.
*

Allez, une note d’humour. Cette photo a été prise par une twitteuse de Paris8. J’y ajoute mon petit commentaire :

L’université qu’on abandonne…

Lisez ce texte de Camille Peugny, co-responsable (avec Livia Velpry) de la licence de sociologie de l’université Paris 8 : Rendez-nous nos mines !

Si je réanime ce blog, c’est pour faire part, assez régulièrement j’espère, de mon expérience de responsable de licence et d’enseignant-chercheur dans une université de banlieue. Pas pour me plaindre de mes conditions de travail ou de la difficulté de la tâche, mais pour rendre compte de ce que devient l’université française, ou du moins celle que l’on abandonne et qui abandonne ses étudiants. La licence de sociologie, à Paris 8, voit ses effectifs croître à nouveau depuis quelques années. Lors de la dernière année universitaire, 290 étudiants étaient inscrits en première année, près d’une centaine de plus que deux ans auparavant.

Allez lire…

De l’impossibilité de travailler

Aujourd’hui s’est tenu — sans pouvoir se tenir — le jury de la licence de sociologie, à l’université Paris 8. Le jury n’a pu se tenir parce que le logiciel “Apogée”, installé en septembre 2010 (il y a donc deux ans), n’est toujours pas opérationnel.
Quatre enseignants-chercheurs se sont réunis, pendant plus de six heures, pour délivrer des licences et permettre aux étudiants de passer à l’année supérieure. Mais il n’y a plus de suivi informatisé des étudiants. Certaines notes disparaissent, les règles de calcul des moyennes sont étranges (par exemple, les notes reçues en seconde session ne sont pas prises en compte)… Quelques étudiants semblent avoir “disparu” pendant un an.
Ce problème dure depuis plus d’un an. J’en avais parlé en février 2011 par exemple. Et il suffit de consulter les archives du site du département de sociologie pour s’apercevoir, par exemple, qu’en juillet 2011 il a fallu délivrer des “attestations formulaires” parce qu’il n’était pas possible de connaître les notes des étudiants. Cette année — plus d’un an après le jury de juillet 2011 — le problème n’est pas réglé, et il a fallu mettre en place une adresse mail spécifiquement destinée aux problèmes de “non-remontée” des notes sur Apogée… et demander aux étudiants de s’inscrire aux cours avec “doodle”. Certains étudiants commencent à porter ces problèmes sur la place publique.
Les responsables des jurys, les secrétariats, les responsables des cursus, non seulement s’arrachent les cheveux, mais doivent consacrer des heures, des jours, des semaines pour rattraper tous les cas individuels rattrapables, en retrouvant une note de seconde session “mal remontée”, en découvrant telle règle de compensation…
Voici, par exemple, une liste d’étudiants ayant fait un signalement précis des problèmes qu’ils ont rencontré (notes “disparues”, erreurs dans la “remontée”, non prise en compte de certaines notes…)

Et ce ne sont là que les étudiants et étudiantes ayant pris le temps de rédiger une lettre de demande, qui ont réussi à identifier le problème les concernant. Nous allons devoir, tout au long de l’année, organiser des permanences pour essayer de comprendre les situations individuelles, identifier la source des problèmes, etc…

Et parce que de nombreux départements, à Paris 8, sont dans cette situation depuis plus d’un an, les problèmes s’accumulent et se multiplient. L’année dernière, seule “une promotion” était concernée, cette année, ce sont “deux promotions”. Les problèmes rencontrés par le département A se répercutent sur les étudiants du département B qui ont suivi des cours dans le département A (par exemple des cours de langue, ou une mineure).
 
En bref : il n’est plus possible de travailler (et ne pensez pas aller aux toilettes).
 
Ou si alors vous décidez d’y aller, ce sera à vos risques et périls. C’est un problème récurrent (voir ces archives). Voici une photographie d’un urinoir pris en photo ce jour, à Paris 8, urinoir non-fonctionnel, dont la réparation a été demandée en juillet dernier — par la procédure officielle, “par intranet, sinon cela ne sera pas pris en compte”. Après signalement, le 2 juillet, j’ai reçu ce mail du service concerné par la réparation : “Votre demande de travaux concernant l’urinoir bouché va être traitée par notre service”… Nous sommes le 18 septembre, je vais devoir refaire une demande de travaux. La photo ne rend pas bien compte de la réalité : l’odeur pestilentielle (imaginez, de l’urine macérant depuis plus de deux mois) est insupportable, même dans les couloirs… et l’hygiène est loin d’être respectée. C’est la rentrée, et voici donc ce que les étudiants découvrent à leur arrivée à l’université… des toilettes bouchées depuis plusieurs mois.

 
Mise à jour du 27 septembre 2012 : Neuf jours après la publication de ce billet, cet urinoir a été débouché. Il aura donc fallu exposer publiquement des toilettes bouchées pour obtenir une réparation, plus de deux mois après un premier signalement.

Le rapport de la 19e section du CNU (sociologie, démographie), édition 2012

La 19 section du Conseil national des universités vient de rendre public son rapport annuel, qui concerne les sessions de qualification (février 2012) et de promotion (mai 2012). Ce rapport sera en ligne sur le site de la section.
Rapport 2012 de la section 19 du CNU (pdf)

Les doctorantes et les docteures candidates à la qualification y trouveront des éléments d’orientation très importants.

La 19e section a, par exemple, cette année, produit des statistiques comparant les taux de succès en fonction des statuts des candidats. Ainsi, avoir obtenu une allocation de thèse modifie profondément les chances :

51% des candidats “allocataires” ont été qualifiés, ce n’est le cas que de 37% des candidats non-allocataires. [Le tableau permet aussi de remarquer que les candidatures des non-allocataires sont plus souvent “non recevables” ou “non reçues”]. Avoir été ATER, avoir été moniteur… augmente aussi les taux de succès.
Je ne peux que vivement encourager celles et ceux qui ont soutenu ou vont soutenir prochainement — et qui souhaitent obtenir une qualification en sociologie ou en démographie — à lire ce rapport, qui contient aussi des conseils pour la rédaction du dossier de candidature.

En liste

Quelques textes à lire :

  1. Pierre Mercklé et l’Hadopi : « Il y a quelques jours, j’ai été sollicité par l’équipe « Economie et Statistiques » d’un grand cabinet d’études[1], qui est commanditée par la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (HADOPI) pour réaliser une étude sur « l’évolution des pratiques de partage et le panier moyen de consommation de biens culturels de l’ère pré-numérique à nos jours »…»
  2. Le Christ dans la banlieue, par Frédéric Dejean. A lire avec l’article tout récent de Damien Mottier Le prophète, les femmes, le diable. Ethnographie de l’échec d’une Église pentecôtiste africaine en France (publié dans Sociologie — note : je suis au comité de rédaction de cette revue)
  3. Synthétiser l’évolution démographique de 36 000 communes, par Joël Gombin
  4. Tout serait endogène, sur orgtheory
  5. Réseau d’amitié et statut social (au lycée)
  6. Sociologie des Enquêtes client-mystère
  7. Le sociologue Jean-François Laé met à profit un séjour à Montréal en réalisant un petit documentaire De la casserole à la prise de parole
  8. La Revue française de sociologie publiera désormais en français et en anglais
  9. La section de “criminologie” du CNU est supprimée
  10. Les Indonésiens d’origine chinoise de Java ont des noms typiquement “sino-indonésiens”, par Benjamin Bailey and Sunny Lie