Categories

Archives

Billet

E pluribus…

Billet publié le 21/04/2014

Les électeurs français nés à l’étranger constituent une petite partie (environ 10%) de l’électorat : ce sont soit des personnes ayant acquis la nationalité française, soit des électeurs nés français mais dans un pays qui est aujourd’hui un pays étranger, par exemple devenu indépendant, soit des électeurs nés de parents français à l’étranger… J’imagine que d’autres cas sont possibles. L’histoire de la nationalité est complexe.
Les listes électorales indiquent dans quel pays sont nés les électeurs. Voici une carte montrant, par bureau de vote, à Paris, en 2014, le pays de naissance le plus fréquent.
nes-hors-france
Comme l’on peut s’y attendre étant donné l’histoire coloniale (et l’histoire de la nationalité) ce sont les personnes nées en Algérie qui sont les électrices-nées-à-l’étranger les plus fréquentes. Maroc et Tunisie suivent.
Un bureau de vote, dans le 16e arrondissement, a suffisamment d’électeurs nés au Liban pour faire apparaître ce pays. Un autre, dans le 15e, a plus d’électeurs nés en Iran que d’électeurs nés dans d’autres pays.
Cambodge et Viet Nam apparaissent au sud du 13 arrondissement.
Quelques bureaux de vote ont plus d’électeurs nés au Sénégal que d’électeurs nés dans d’autres pays.
Cette première exploration est insuffisante : il faudrait probablement regrouper plusieurs pays ensemble, ou indiquer par l’intensité des couleurs des fréquences…