Categories

Archives

Billet

Voyelles, consonnes, lettres et genre.

Billet publié le 01/04/2016

Les prénoms donnés aux garçons et ceux qui sont donnés aux filles n’ont pas la même structure. Les filles reçoivent des prénoms qui ont aujourd’hui un peu plus de voyelles que de consonnes : Aurélie (5 voyelles et 2 consonnes) ou Léa (2 voyelles et une consonne) sont de bons exemples. L’écart se maintient tout au long du siècle alors même que le ratio, pour chaque genre, évolue : Quand les prénoms féminins se consonnantisent, les prénoms masculins se voyellisent (ou l’inverse).

ratiovoyellesprenoms

Et les prénoms “mixtes” : eh bien c’est entre les deux. Les prénoms donnés aux deux sexes, comme Camille, ou encore Charlie ou Sasha, ont un peu plus de consonnes, mais pas autant que l’ensemble des prénoms de garçons.

Il n’en va pas de même pour la longueur moyenne des prénoms : prénoms masculins et féminins ont désormais la même taille moyenne, mais les prénoms “mixtes”, eux, sont beaucoup plus courts.

longueurprenoms

Les lettres les plus données restent grosso-modo les mêmes au cours du siècle, avec quelques modifications, comme l’augmentation de la fréquence des “Z”, récemment, et des “Y”, de manière plus ancienne, chez les filles.

lettresrang-fem

lettresrang-masc

Note : Le prénom “Dominique” a été enlevé du corpus des prénoms mixtes. Pour aboutir aux moyennes, le nombre de lettres d’un prénom est pondéré par le nombre de naissances : un prénom comme Théodore (donné à peu d’enfants en 2011) n’aura pas le même poids que Paul (bien plus fréquemment donné).

1 commentaire

Un commentaire par Jay Livingston (01/04/2016 à 14:46)

Un mot a disparu du commentaire precedent.

Aux Etats-Unis, les prénoms avaient suivi un chemin pareil en ce qui concerne le ratio voyelle/consonne. Peut-être que vous avez vu le blogpost il y a deux jours chez Sociological Images. Chez les garçons ça commence a changer en 1965, pour les filles, dix ans après.