Categories

Archives

Archive for 2017

Ma vie dans l’EDP (1)

Une demi-journée par semaine, voire un peu plus, je me plonge via Big_Stat à l’INED dans l’Echantillon démographique permanent (EDP). Le but : comprendre “l’inscription ailleurs”, le fait d’être inscrit ailleurs que sur son lieu de résidence. C’est quelque chose de fréquent : cela concerne près d’un.e inscrit.e sur cinq.

Première découverte : l’EDP est découpé en “bases études”. Chaque base-étude contient l’ensemble de l’EDP, pour un millésime donné (avec les informations rétrospectives, recensements, etc…). Mais attention : les identifiants individuels de l’EDP-2012 ne sont pas ceux de l’EDP-2014. Première demi-journée de perplexité, avant de comprendre, et de tout reprendre à zéro.

Deuxième découverte : le lieu d’inscription électorale, quand ce n’est pas le lieu de résidence, n’est pas un lieu abandonné. C’est un lieu investi. Si on n’a pas été radié, c’est qu’on a encore (parfois) des attachements dans ce lieu. Une des bases de l’EDP porte sur les mariages. Et on peut regarder où se marient (en 2014) les personnes qui, en 2014 par exemple, sont “inscrites ailleurs” que sur leur lieu de résidence. Ca fait peu de monde (il faut sélectionner les individus EDP recensés en 2014, français, majeurs, inscrits sur les listes électorales, mais “inscrits ailleurs” que sur leur lieu de résidence, et qui se sont mariés en 2014). Nous partîmes 4 millions, nous arrivâmes 600.

     Femmes Hommes Effectifs
2012 27,5   19,5   600
2014 26,5   19,4   620

J’ai aussi fait le calcul pour 2012 aussi. Un quart des femmes, un cinquième des hommes (inscrits ailleurs et qui se marient) choisissent comme lieu du mariage non pas le lieu de résidence, mais le lieu de l’inscription électorale.

Alors certes, les effectifs ne sont pas énormes. Il faut que je fasse la même opération de sélection avec, par exemple, les recensements de 2008 à 2014. Il faudrait aussi que je travaille sur le lieu de résidence antérieur, ou sur les lieux d’inscription postérieurs au mariage : car le mariage est peut-être le dernier moment d’inscription ailleurs (le moment où certains arrêtent d’être inscrits chez leurs parents et où, enfin, ils s’inscrivent là où ils résident).

Viens chez moi, j’habite chez une copine…

… chantait Renaud il y a quelques années.
Cette chanson relevait, avec humour, qu’un «chez soi», c’est parfois chez un.e autre. Il n’est pas simple de saisir cette forme de résidence, mais on peut l’approcher à partir des listes électorales parisiennes. En effet, un champ, sur ces listes, donne la possibilité d’indiquer que l’on habite « chez Madame Dupont » ou « chez Monsieur Durand », que son nom n’est pas sur la boîte aux lettres, n’est pas sur d’autres documents, mais qu’on est joignable au 45 rue des Fleurs, « chez Madame Durand ».
Ces «chez» sont sur ces fichiers, explorons-les.
Ils ne sont pas nombreux : seulement 1,3% des inscrits. Mais comme il y a beaucoup d’inscrits, ça fait quand même près de 17 000 individus.
On peut voir qu’être “chez quelqu’un d’autre” est le fait des plus jeunes : Entre 19 ans et 40 ans, plus de 1,5% des inscrits ont un chez-soi chez l’autre. Plutôt des femmes, à cet âge. Mais après 35 ans, ce sont les hommes qui sont plus souvent que les femmes dans cette situation.

La proportion diminue avec l’âge, après 24 ans, à mesure qu’on se construit un chez soi chez soi.

Les inscrites qui habitent chez quelqu’un d’autre, pour la moitié d’entre elles, habitent chez un homme. Les inscrits, eux, sont près de 6 sur 10 à habiter chez une femme :

Sexe de la personne inscrite, sexe de la personne hébergeant
Sexe Autre cas Hébergeuse Hébergeur
F 5.7 43.9 50.4
M 6.3 57.1 36.6
Source : Listes électorales

À croire que ces hommes, en effet, “habitent chez leur copine”.

Aux jeunes âges, ce sont surtout des femmes qui habitent chez une femme. Entre 30 ans et 40 ans, la situation la plus fréquente, c’est une femmes qui habite chez un homme. Et après 40 ans, c’est surtout un homme qui habite chez une femme.

Les épreuves classantes nationales : âge, sexe et prestige

Il y a, en France, un concours pour devenir interne en médecine, et les listes des reçus sont publiées au journal officiel chaque année, m’apprend nc233.com qui a étudié les prénom des reçus.
J’ai récupéré les listes pour les trois dernières années.
Comme dans toute épreuve scolaire, on remarque que les plus précoces réussissent mieux :

En 2016, 50 % les candidats nés en 1993 sont dans le “top 1000”, alors que moins de 5% de ceux qui sont nés en 1988 s’y trouvent.

Mais à la différence des épreuves scolaires, les filles réussissent moins bien les “Epreuves nationales classantes” que les hommes. La pénalité est d’environ une demi-année : les filles réussissent autant que les garçons qui ont six mois de plus qu’elles.

Et cette plus grande réussite masculine est visible si l’on s’intéresse à la proportion d’hommes en fonction du rang de classement. Plus on se rapproche du début du classement, plus les hommes sont représentés : quand il y a 45% d’hommes au total, ils sont 60% dans les tous premiers rangs :

Et cette prime masculine se reproduit année après année.
Il est intéresssant de voir que la proportion d’homme augmente aussi vers la fin du classement, mais pas aux toutes dernières places, où il n’y a plus que 40% de garçons. Les femmes, elles, sont plus fréquemment représentées au milieu du classement.

Est-ce lié au refus de féminiser les internats et les spécialités médicales les plus prestigieuses ? Ou est-ce un effet du rendement inégal du rang de classement entre hommes et femmes ? Ne sachant pas comment ces épreuves sont organisées, je ne peux pas répondre.

Les arrêtés d’affectation sont aussi publié, et l’on peut voir qui choisit quoi en fonction de son rang de classement. Les premiers classés obtiennent ce qu’ils souhaitent. Les dernières classées prennent ce qui reste.

Dans le tableau suivant, par exemple, on peut lire que la spécialité “pédiatrie” est féminisée. Alors que la chirurgie générale (que ce soit à Paris, à Lille ou à Lyon) l’est peu. La colonne “max” indique la position du dernier reçu (50 indique que le dernier reçu était dans les 50% les mieux classés). Cela indique l’attractivité de la Discipline*Région : ainsi pour espérer une place en cardiologie ou en anesthésie, il vaut mieux être bien classé. En revanche, pour avoir psychiatrie, pas de problème. Et si on est bien classé, en général, on ne demandera pas “medecine générale” à Caen : personne parmi les 20% les mieux classés, entre 2014 et 2016, n’a demandé cette spécialité (ce qu’indique la colonne “min”).

Attractivités des spécialités et des régions
Région Spécialité min max N % Hommes
1 Aix-Marseille. pédiatrie 1 51 50 8
2 Ile-de-France. dermatologie et vénérologie 0 76 52 15.4
3 Lyon. pédiatrie 0 73 51 15.7
4 Ile-de-France. pédiatrie 1 76 253 17.8
5 Ile-de-France. gynécologie obstétrique 1 42 94 18.1
6 Lille. pédiatrie 1 49 65 20
7 Nancy. psychiatrie 7 100 52 25
8 Rennes. médecine générale 0 95 322 30.7
9 Besançon. médecine générale 6 100 237 31.2
10 Aix-Marseille. psychiatrie 5 88 76 31.6
11 Grenoble. médecine générale 4 97 328 31.7
12 Lyon. médecine générale 3 98 555 32.4
13 Nantes. médecine générale 3 90 348 33.9
14 Ile-de-France. pneumologie 1 27 58 34.5
15 Montpellier. médecine générale 1 97 475 34.9
16 Angers. médecine générale 4 97 346 35
17 Bordeaux. psychiatrie 15 92 68 35.3
18 Tours. médecine générale 10 100 263 35.7
19 Ile-de-France. médecine générale 0 100 1730 36.1
20 Strasbourg. médecine générale 4 99 413 36.1
21 Bordeaux. médecine générale 0 98 577 36.4
22 Toulouse. médecine générale 1 98 472 38.3
23 Ile-de-France. psychiatrie 2 91 308 38.6
24 Nice. médecine générale 2 95 247 40.1
25 Saint-Etienne. médecine générale 4 97 234 40.2
26 Aix-Marseille. médecine générale 4 99 653 40.3
27 Clermont-Ferrand. médecine générale 2 100 258 40.7
28 Nancy. médecine générale 17 100 398 40.7
29 Toulouse. psychiatrie 2 96 73 41.1
30 Lyon. psychiatrie 4 75 72 41.7
31 Ile-de-France. médecine interne 0 27 93 41.9
32 Ile-de-France. médecine du travail 29 100 57 42.1
33 Brest. médecine générale 6 99 284 42.3
34 Ile-de-France. gastro-entérologie et hépatologie 0 27 66 42.4
35 Lille. psychiatrie 6 93 120 43.3
36 Rouen. psychiatrie 15 98 62 43.5
37 Ile-de-France. biologie médicale 4 99 55 43.6
38 Ile-de-France. oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale 2 28 55 43.6
39 Rouen. médecine générale 12 100 296 43.6
40 Ile-de-France. neurologie 0 29 64 43.8
41 Poitiers. médecine générale 5 96 368 43.8
42 Lille. médecine générale 1 99 715 43.9
43 Océan-Indien. médecine générale 13 97 169 45
44 Reims. médecine générale 17 100 236 46.6
45 Limoges. médecine générale 10 100 130 46.9
46 Caen. médecine générale 20 100 271 47.6
47 Antilles-Guyane. médecine générale 8 96 212 49.1
48 Dijon. médecine générale 8 100 244 50.4
49 Ile-de-France. oncologie 0 34 76 52.6
50 Poitiers. psychiatrie 6 99 57 54.4
51 Amiens. médecine générale 16 100 246 54.9
52 Ile-de-France. ophtalmologie 0 47 90 55.6
53 Ile-de-France. radiodiagnostic et imagerie médicale 0 22 155 56.1
54 Lyon. anesthésie-réanimation 0 23 50 58
55 Ile-de-France. cardiologie et maladies vasculaires 0 21 141 58.9
56 Montpellier. chirurgie générale 1 51 61 59
57 Lille. anesthésie-réanimation 1 38 60 60
58 Ile-de-France. anesthésie-réanimation 0 41 193 60.6
59 Ile-de-France. santé publique 3 97 51 62.7
60 Ile-de-France. anesthésie réanimation 0 39 92 66.3
61 Lille. radiodiagnostic et imagerie médicale 0 22 57 66.7
62 Lyon. chirurgie générale 2 44 64 67.2
63 Lille. chirurgie générale 1 50 96 67.7
64 Aix-Marseille. chirurgie générale 0 52 66 68.2
65 Ile-de-France. chirurgie générale 0 72 190 68.4
Source : Légifrance

Et un bonus pour celles et ceux qui sont arrivés jusqu’ici : la proportion de candidats “précoces” (qui ont au moins un an de moins que le gros du peloton) par spécialité. 17% des internes en “néphrologie” sont des précoces, et ce n’est que 2,7% des internes en médecine générale (les plus nombreux).

Proportion de candidats précoces
Spécialité % précoces Effectif
santé publique 1.4 222
médecine du travail 1.7 293
médecine générale 2.8 11027
biologie médicale 3.2 339
médecine physique et de réadaptation 3.2 311
endocrinologie, diabète, maladies métaboliques 3.3 246
psychiatrie 3.4 1546
gynécologie-obstétrique 4.7 214
anesthésie réanimation 6.1 460
chirurgie générale 6.4 1260
oncologie 6.6 392
cardiologie et maladies vasculaires 7.1 644
pneumologie 7.1 366
pédiatrie 7.3 995
gynécologie obstétrique 7.5 456
anesthésie-réanimation 8 922
rhumatologie 8.1 271
neurologie 8.6 373
radiodiagnostic et imagerie médicale 9 787
gastro-entérologie et hépatologie 9.1 397
dermatologie et vénérologie 9.4 299
oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale 9.5 262
ophtalmologie 12.6 461
médecine interne 14.7 409
néphrologie 17 265
Source : Légifrance

La « mise au pas » de l’Annuaire statistique

zilsel-couv-1Le premier numéro de la revue Zilsel publie un article de Everett C. Hughes que j’ai traduit il y a quelques années : La Gleichschaltung de l’Annuaire statistique allemand.
Dans cet article datant du début des années 1950, le sociologue étatsunien étudie les conséquences de l’arrivée au pouvoir des Nazis sur la production statistique allemande. Il se concentre particulièrement sur les modifications des catégories religieuses et raciales.
C’est un article que j’apprécie fortement. Hughes s’intéresse d’abord aux données statistiques parce qu’elles lui apprennent des choses sur l’Allemagne : les différentes éditions de l’Annuaire statistique permettent de repérer l’Aryanisation de l’Allemagne. Mais il s’intéresse aussi aux marges de manoeuvre des statisticiens : si leur “mandat” est la description quantifiée du monde sociale, ils ont une certaine “licence” au détachement du politique. On remarque ainsi, dans cet article, la place particulière que joue la Prusse, jusque 1939. Mais cette licence s’efface progressivement : les statisticiens sont, au fil des années, “mis au pas” (gleichgeschaltet).

Prénoms d’entrepreneurs : Sébastien le boucher, Mohamed le taxi

La base SIRENE a été mise en ligne sur data.gouv.fr et elle contient notamment les prénoms de près de 4 millions d’entreprises ayant un entrepreneur à prénom.
Au cours des dernières années, le prénom “Marie” est devenu l’un des plus fréquent parmi les chefs et cheffes d’entreprises. En revanche, “André” et “Michel”, eux, ne sont plus répandus parmi les personnes ayant créé leur entreprise récemment.
prenomsirene
On remarque, avec un certain délai, les modes : “Nicolas”, prénom à la mode vers 1980 (c’est un des prénoms les plus donnés) se repère chez les entrepreneurs à partir des années 2000, quand des dizaines de milliers de “Nicolas” entrent sur le marché du travail.

Si l’on s’amuse à regarder quels sont les prénoms fréquents par secteur d’activité, pour les entreprises créées récemment, alors on retrouvera Jean, Marie et Nicolas un peu partout. Mais on repèrera aussi “Mohamed” à la tête des entreprises de “Transports terrestres et transport par conduites” et de “Poste et courrier” (avant ce que l’on a appelé “l’übérisation des banlieues”). On repèrera aussi les activités où les hommes sont majoritaires et ceux où les femmes le sont : activités administratives, activités liées à la santé, “autres services personnels”.

Prénoms les plus fréquents par secteur NAF
NAF 1 2 3
Culture et production animale, chasse et services annexes JEAN MARIE NICOLAS
Sylviculture et exploitation forestière JEAN MARIE MICHEL
Industries alimentaires SEBASTIEN DAVID CHRISTOPHE
Industrie de l’habillement MARIE ISABELLE NATHALIE
Autres industries manufacturières MARIE NATHALIE ISABELLE
Réparation et installation de machines et d’équipements JEAN CHRISTOPHE PHILIPPE
Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné JEAN PHILIPPE MICHEL
Travaux de construction spécialisés JEAN DAVID SEBASTIEN
Commerce et réparation d’automobiles et de motocycles SEBASTIEN DAVID JEAN
Commerce de gros, à l’exception des automobiles et des motocycles JEAN NICOLAS PHILIPPE
Commerce de détail, à l’exception des automobiles et des motocycles MARIE NATHALIE JEAN
Transports terrestres et transport par conduites MOHAMED JEAN CHRISTOPHE
Activités de poste et de courrier MOHAMED THOMAS ALEXANDRE
Hébergement MARIE JEAN CATHERINE
Restauration JEAN CHRISTOPHE MARIE
Production de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision ; enregistrement sonore et édition musicale NICOLAS JULIEN GUILLAUME
Programmation, conseil et autres activités informatiques NICOLAS JULIEN SEBASTIEN
Activités auxiliaires de services financiers et d’assurance JEAN NICOLAS CHRISTOPHE
Activités immobilières JEAN PHILIPPE MARIE
Activités juridiques et comptables MARIE ANNE JEAN
Activités des sièges sociaux ; conseil de gestion JEAN PHILIPPE MARIE
Activités d’architecture et d’ingénierie ; activités de contrôle et analyses techniques JEAN NICOLAS PIERRE
Publicité et études de marché JEAN NICOLAS JULIEN
Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques NICOLAS JEAN JULIEN
Services relatifs aux bâtiments et aménagement paysager JEAN DAVID SEBASTIEN
Activités administratives et autres activités de soutien aux entreprises MARIE NATHALIE ISABELLE
Enseignement NICOLAS MARIE JEAN
Activités pour la santé humaine MARIE ANNE SOPHIE
Activités créatives, artistiques et de spectacle MARIE JEAN NICOLAS
Activités sportives, récréatives et de loisirs NICOLAS SEBASTIEN JULIEN
Réparation d’ordinateurs et de biens personnels et domestiques JEAN DAVID SEBASTIEN
Autres services personnels MARIE NATHALIE STEPHANIE
Insee, Base Sirène. Création postérieures à 2007

Il y a beaucoup de doubles comptes (un même entrepreneur pouvant avoir, assez souvent, plusieurs entreprises, plusieurs établissements, plusieurs magasins… à son nom).