Categories

Archives

Billet

Procuration et type de vote

Billet publié le 26/04/2017

À Paris, tout le monde ne vote pas par procuration. Par définition, les abstentionnistes ne votent pas par procuration. Et plus il y a d’abstentionnistes dans un bureau de vote [techniquement, à l’extérieur du bureau de vote, bien entendu], moins il y a de procurations : c’est dans les quartiers où l’on participe beaucoup que l’on vote par procuration. De la même manière, là où le vote est fréquemment blanc ou nul, il y a peu de procurations.
Là où les « petits candidats » font leur meilleur score, c’est là où il y a peu de votes par procuration. Mais cette relation se vérifie aussi pour de nombreux candidats : en 2017 à Paris, la fréquence de la procuration est inversement reliée au score local des candidats Le Pen, Hamon, Mélenchon, Arthaud et Poutou… On voit ainsi que la droite de régression (et une régression locale) est orientée vers le bas : dans les zones où il y a eu beaucoup de procurations, il y a eu relativement peu de votes pour Jean-Luc Mélenchon.


cliquez pour agrandir

La relation est inversée pour Macron et Fillon : là où il y a eu beaucoup de procurations, c’est là où ces candidats ont fait leurs meilleurs scores. En 2012, les choses étaient un peu différentes. Il y avait eu plus de procurations au premier tour à Paris, et seul le candidat Sarkozy était associé à une corrélation positive.

Envoyer un commentaire