Categories

Archives

Archives de la catégorie : 'France'

Line ? un prénom de coiffeuse !

J’avais apprécié la lexicologie commerciale de Mathieu Garnier (@matamix). J’ai donc téléchargé les données disponibles sur infogreffe (greffes des tribunaux de commerce). Et j’ai exploré la fréquences des prénoms dans les intitulés des entreprises (dans les données de 2013). Pour des raisons d’efficacité (il y a plus d’un million d’entreprises et plus de 25 000 prénoms en usage en France) j’ai restreint la recherche aux prénoms donnés à plus de 1000 bébés en France depuis 1930. Y a-t-il beaucoup de « Maxime Coiffure » et de « Les Pâtisseries de Marie » ? Beaucoup de « Alain Bernard Consultant » ?

Le premier tableau montre que la fréquence d’apparition des prénoms dans les intitulés varie beaucoup. Les entreprises de “Conseil en systèmes et logiciels informatiques” n’utilisent pas les prénoms (à peine 3%). Alors que les salons de coiffure, oui, beaucoup. Et ce n’est pas juste à cause des franchises “Jean-Louis David”. L’opposition est visible entre d’un côté les sociétés de consulting, de gestion, d’informatique. Et de l’autre les sociétés de maçonnerie et du soin (habillement, coiffure).

Secteur d’activité Pourcentage de prénoms Nombre d’entreprises
Conseil en systèmes et logiciels informatiques 3 12181
Ingénierie études techniques 4 19260
Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion 6 39605
Activités des sociétés holding 6 41272
Activités des marchands de biens immobiliers 7 12729
Agences immobilières 8 21148
Location de terrains et d autres biens immobiliers 9 17901
Restauration de type rapide 9 16462
Hôtels et hébergement similaire 9 15151
Commerce de voitures et de véhicules automobiles légers 9 12167
Restauration traditionnelle 10 45400
Activités comptables 10 10221
Entretien et réparation de véhicules automobiles légers 11 19570
Travaux d installation électrique dans tous locaux 12 18526
Boulangerie et boulangerie-pâtisserie 15 10775
Commerce de détail d habillement en magasin spécialisé 15 15023
Travaux de maçonnerie générale et gros oeuvre de bâtiment 16 24676
Travaux de peinture et vitrerie 16 11826
Travaux de menuiserie bois et pvc 16 14647
Coiffure 20 17434
Travaux d installation d eau et de gaz en tous locaux 21 12159
Données Infogreffes 2013, Réalisation B. Coulmont

Si l’on se penche sur les prénoms eux-même alors on trouvera Jean, Pierre, Michel, Philippe et Bernard dans les intitulés de plus de 1500 entreprises chacun. Les premiers prénoms féminins sont Marie (15e position) et Marine (20e position)… Mais Marine n’est pas toujours un prénom, c’est aussi un adjectif… Ces 40 prénoms les plus fréquents dans les intitulés commerciaux sont donc très, très, très masculins.

Prénom Nombre d’entreprises Prénom Nombre d’entreprises
1 JEAN 4534 DANIEL 917
2 PIERRE 2914 PAUL 913
3 MICHEL 2326 LOUIS 908
4 PHILIPPE 1761 MARC 886
5 BERNARD 1491 ANDRE 885
6 ALAIN 1379 CHRISTIAN 879
7 LAURENT 1344 NICOLAS 854
8 MARTIN 1193 BRUNO 820
9 PASCAL 1119 DIDIER 795
10 PATRICK 1067 VINCENT 779
11 ERIC 1067 DENIS 723
12 OLIVIER 1065 ROBERT 708
13 CHRISTOPHE 1054 GERARD 703
14 FRANCOIS 1053 STEPHANE 688
15 MARIE 1035 FRANCK 650
16 DAVID 1026 DOMINIQUE 630
17 JACQUES 1024 RICHARD 628
18 CLAUDE 978 FREDERIC 619
19 THIERRY 963 GILLES 602
20 MARINE 957 GEORGES 590
Données Infogreffe

On peut aussi mettre en rapport le nombre de bébés nés avec tel prénom et le nombre d’entreprises qui portent un tel prénom dans leur intitulé. Il devrait y avoir un rapport : plus la population d’Enzo augmente, plus le nombre de « Enzo Coiffure » ou « Enzo Consulting » devrait augmenter. C’est en effet le cas : il y a beaucoup de Michel en France, et beaucoup de « Michel Michel Maçonnerie ».

Mais certains prénoms sont sous-représentés : Il y a en France très peu de « Mohamed et Associés », de « Biscuiterie Rolande » et de « Les beaux dessous de chez Ginette ». En revanche, les prénoms Lambert, Loup, Alma, Alizé, Ben, Gaia, Neo… sont moins des prénoms que des intitulés d’entreprise. L’exemple parfait est probablement “Fleur” : qui n’est pas « Fleur Dupont, Fleuriste », mais « A Fleur de Peau, épilation ». Idem avec Franco et Urbain…

Prénoms peu utilisés pour les intitulés d’entreprise   Prénoms très utilisés pour les intitulés d’entreprise
Prénom Nombre de naissances
depuis 1930
Nombre d’entreprises Rapport   Prénom Nombre de naissances
depuis 1930
Nombre d’entreprises Rapport
1 MOHAMED 69464 2 34732   LAMBERT 1542 275 6
2 JEANNINE 144328 6 24055   LOUP 1260 171 7
3 ROLANDE 20660 1 20660   ALMA 1167 150 8
4 MAURICETTE 37708 2 18854   ALIZE 1787 191 9
5 LILIANE 99379 6 16563   BEN 1759 175 10
6 JANINE 49451 3 16484   GAIA 1196 120 10
7 TITOUAN 16050 1 16050   NEO 1664 174 10
8 CHRISTIANE 219952 16 13747   HARMONIE 2058 212 10
9 JOSIANE 118708 10 11871   FRANC 1014 94 11
10 RAYMONDE 57134 5 11427   FRANCO 2160 174 12
11 JOCELYNE 102799 9 11422   ROCH 1643 139 12
12 MICHELINE 77311 7 11044   URBAIN 1288 106 12
13 GINETTE 87742 8 10968   FLEUR 4195 314 13
14 CLAUDETTE 43114 4 10778   CRYSTAL 1033 75 14
15 JOSETTE 128881 12 10740   OLLIVIER 1053 71 15
Données Infogreffes, Réalisation B. Coulmont

Il resterait à repérer dans quel secteur d’activité les prénoms “sous-représentés” (Mohamed, Rolande…) sont fréquents. Ce que je n’ai pas encore fait.

Terminons avec les prénoms les plus fréquents par secteur d’activité. C’est souvent “Jean”. Et “Pierre” dans les métiers de l’immobilier ou ceux de la pierre (eh oui). Les Line coiffeuses ne sont pas les “Info-Line” des sociétés d’informatique. La restauration rapide fait preuve de l’exubérance la plus grande : Lou, Sam, Rose & Ben… « Lou Kebab » ? Et les coiffeuses, en effet, s’appellent Line.

Prénoms les plus fréquents dans les intitulés d’entreprise par secteur d’activité
Secteur 1 2 3 4 5
1 Boulangerie et boulangerie-pâtisserie JEAN MARIE PIERRE OLIVIER PHILIPPE
2 Commerce de détail d habillement en magasin spécialisé JEAN MARIE ROSE MARINE PIERRE
3 Entretien et réparation de véhicules automobiles légers JEAN MICHEL ALAIN BERNARD CHRISTOPHE
4 Travaux d installation électrique dans tous locaux JEAN MICHEL PHILIPPE PIERRE PASCAL
5 Travaux de menuiserie bois et pvc JEAN MICHEL PHILIPPE PASCAL PIERRE
6 Commerce de voitures et de véhicules automobiles légers JEAN MICHEL PIERRE CHRISTOPHE LAURENT
7 Ingénierie études techniques JEAN MICHEL PIERRE ALAIN BERNARD
8 Activités comptables JEAN PHILIPPE MICHEL PIERRE BERNARD
9 Travaux d installation d eau et de gaz en tous locaux JEAN PHILIPPE MICHEL DAVID ALAIN
10 Hôtels et hébergement similaire JEAN PIERRE MARIE JACQUES MARINE
11 Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion JEAN PIERRE MICHEL PHILIPPE ALAIN
12 Travaux de maçonnerie générale et gros oeuvre de bâtiment JEAN PIERRE MICHEL PHILIPPE BERNARD
13 Travaux de peinture et vitrerie JEAN PIERRE PHILIPPE MICHEL LAURENT
14 Conseil en systèmes et logiciels informatiques LINE JEAN OLIVIER MICHEL ERIC
15 Restauration de type rapide LOU SAM ROSE JEAN BEN
16 Coiffure MARIE JEAN LINE NATHALIE SOPHIE
17 Activités des marchands de biens immobiliers PIERRE JEAN LAURENT ANDRE MARCEAU
18 Restauration traditionnelle PIERRE JEAN LOU MARIE LOUIS
19 Activités des sociétés holding PIERRE JEAN MICHEL PHILIPPE BERNARD
20 Agences immobilières PIERRE JEAN MICHEL LOUIS MARTIN
21 Location de terrains et d autres biens immobiliers PIERRE JEAN MICHEL MARTIN FRANCOIS
Données Infogreffe. Réalisation B. Coulmont

La réussite scolaire des jumeaux

Les résultats nominatifs au bac sont passionnants. On peut y lire la traduction scolaire d’inégalités sociales. Les candidats qui ont 3 ou 4 prénoms, par exemple, ont 2 points de pourcentage en plus de mention Très Bien. Les candidats ayant un nom à particule ont 6 points de pourcentage de mention Très Bien en plus. Les candidats ayant un an d’avance ou plus ont 22 points de pourcentage de mention Très Bien en plus (32% contre 10%).

Et je me suis aperçu aussi que certains candidats qui ont le même nom de famille et le même nombre de prénoms étaient de plus né le même jour et passaient le bac dans la même académie. Des jumeaux ? C’est assez probable (surtout quand ces noms de famille sont rares). Considérons-les, pour l’instant, comme des jumeaux.

La proportion de naissances gémellaires est, à la fin des années 1990, d’environ 15 naissances pour 1000 (cf un article sur les naissances gémellaires en France). La proportions de jumeaux passant le bac (général et technologique) en 2016 est de 15 pour 1000 candidats. A priori, c’est assez proche, ce qui semble confirmer que les “jumeaux” repérés à partir du trio nom-naissance-académie-(nombre-de-prenoms) sont bien d’anciennes naissances gémellaires arrivées jusqu’au bac.

Regardons comment se répartissent ces jumeaux en fonction des séries au bac (pourcentages en colonnes). J’ai du grouper les séries où les candidats sont peu nombreux, car le nombre de jumeaux est, quand même, relativement faible. L’analyse ci-dessous ne porte que sur les personnes ayant un nom de famille assez rare (j’ai enlevé les 150 noms de famille les plus fréquents pour éviter le paradoxe des anniversaires).

jumeaux non-jumeaux
BacES 26 23
BacL 8 11
BacS 50 39
TechnoAutre 7 14
BacSTMG 8 13

On repère deux choses. Les jumeaux se trouvent plus fréquemment que les autres candidats (non jumeaux) dans les séries du bac général, et donc moins souvent dans les séries du bac technologique. Et cette différence se perçoit aussi dans le détail : La moitié des jumeaux passent un bac S, ce n’est le cas que de 4 “autres candidats” sur 10.

Comment se répartissent les mentions des jumeaux et des autres candidats ? Là aussi les résultats sont intéressants. C’est à croire que les jumeaux décrochent beaucoup plus de mentions Très Bien que les non-jumeaux.

jumeaux non jumeaux
2e Session 9 14
Admis 24 30
Admis AB 29 28
Admis B 21 17
Admis TB 17 11

Alors que 11% des candidats ont une mention Très Bien, c’est le cas de 17% des jumeaux, qui ont aussi plus souvent des mentions Bien.

Les deux choses sont liées : c’est au bac S que les mentions Très Bien sont les plus fréquentes. Il faut donc examiner si, pour chaque série, cette différence se repère.

Séries et mentions
2e Session Admis Admis AB Admis B Admis TB
Bac ES
  jumeaux 10 24 31 21 14
  non-jumeaux 15 29 28 18 10
Bac L
  jumeaux 10 24 30 21 14
  non-jumeaux 15 31 28 17 10
Bac S
  jumeaux 7 19 26 23 24
  non-jumeaux 12 24 25 21 17
Techno Autre
  jumeaux 11 40 30 14 4
  non-jumeaux 15 36 32 14 4
Bac STMG
  jumeaux 15 36 35 12 1
  non-jumeaux 17 40 32 10 1
Résultats nominatifs, Bac 2016

C’est le cas. Quelque soient les séries, les jumeaux ont de meilleurs résultats au bac (un peu plus de mentions Très Bien, un peu moins de passages à l’oral).

Comment expliquer cette différence ?

  • les jumeaux ont de bons gènes de la réussite scolaire ? Bien sûr, c’est génétique tout ça.
  • les jumeaux peuvent s’épauler l’un l’autre et bénéficier d’un soutien fraternel : si Eden ne comprend pas, Loïs pourra l’aider
  • les jumeaux bénéficient d’un encadrement parental meilleur à la suite du choc lié à la naissance conjointe de deux personnes
  • les jumeaux sont plutôt issus de couples plus âgés et leur plus grande réussite est la conséquence de la plus grande intégration sociale des parents (relativement plus aisés que les parents les plus jeunes)
  • les « jumeaux » ici repérés ne sont pas de véritables jumeaux : je n’ai sélectionné que les “jumeaux” qui passaient le bac ensemble… Si, dans un couple de jumeaux, l’un a redoublé, alors aucun des deux n’est pris en compte (ce qui conduit, mécaniquement, à sélectionner parmis ceux qui réussissent). Si, dans un couple de jumeaux, l’un passe un bac général ou technologique et l’autre un bac professionnel, aucun des deux n’est pris en compte. Et l’on peut imaginer d’autres effets de sélection conduisant à ne retenir que celles et ceux qui réussissent déjà plus.

C’est à mon avis la dernière interprétation qu’il faut privilégier, dans un premier temps. Ces jumeaux à la réussite exceptionnelle sont des mirages de la sélection.

Monsieur de l’Isle

Certaines personnes, en France, possèdent un petit signe distinctif, une particule dans leur nom de famille : un “de”, un “du” ou un “d'”, voire un “des”. Moins d’un Français sur 100 en possède une.
Des indices variés laissent penser que cette particule est prestigieuse. Quand des personnes possèdent un nom à rallonge, de la forme “Coulmont de la Gastine”, un jeu identitaire est possible. Se définir publiquement comme “Coulmont” ou choisir au contraire “de la Gastine”, un beau nom de Vicomte. Il me semble que c’est souvent “de la Gastine” qui est utilisé au quotidien. Ainsi Philippe Le Jolis est-il connu sous le nom de Philippe de Villiers.
Mais peut-on trouver des preuves plus solides de ces prétentions à la distinction ?
Les demandes de changement de nom de famille, que publie chaque jour le Journal officiel, sont intéressantes. Elles sont nombreuses, mais surtout elles indiquent, du point de vue des demandeurs, une préférence. Molière l’écrivait déjà en 1662, il existe des particules de vanité :

« Je sais un paysan qu’on appelait Gros-Pierre
Qui n’ayant pour tout bien qu’un seul quartier de terre,
Y fit tout à l’entour faire un fossé bourbeux,
Et de Monsieur de l’Isle en prit le nom pompeux. »

C’est que la quasi-totalité des nobles titrés, en France, ont un nom à particule. Et on estime à plus de 97% la proportion des adhérents de l’Association de la noblesse française possédant une particule. Si tous les nobles avaient des cheveux verts, ce signe, même partagé par d’autres personnes, non nobles, prendrait une signification particulière. Certaines personnes se coloreraient les cheveux en vert : «C’est parce qu’il y a des gens qui veulent à toute force entrer dans la noblesse que le mécanisme de la noblesse marche», écrivait Pierre Bourdieu. Car à la différence de la caste, fermée, la noblesse accepte, avec parcimonie, les prétendants.

Je n’ai pas trouvé de demandes d’abandon de nom à particule, mais j’ai trouvé, en quelques semaines, plusieurs dizaines de demandes visant à prendre une particule. De la même manière que Monsieur Cocu demande à devenir Cossu, que Madame Crotte demande à devenir Madame Crosse, l’on va trouver des Monsieur Lagrange voulant devenir “de la Grange”, ou souhaitant ajouter “du Roy” pour devenir “Lagrange du Roy”.

Voici une liste partielle de demandes récentes, pour lesquelles j’ai censuré certaines informations :

changementdenom-particule
cliquez pour agrandir

Ectoplasme ! Moule à gaufre ! Ambassadeur à particule !

La diplomatie fut longtemps une occupation acceptable pour un aristocrate. Encore aujourd’hui, environ 4% des ambassadeurs français portent une particule (alors que la proportion dans la population française est inférieure à 1%). Une petite base comportant des informations sur 3000 nominations d’ambassadeurs (sur data.gouv.fr) depuis 1944 nous permet de repérer une tendance à la baisse.
ambassadeurs-nobles-1944-2012

[Merci à @Gilda_f pour le titre]

Changer de prénom, interview dans Libération

Aujourd’hui dans Libération, une interview au sujet de Changer de prénom (Presses universitaires de Lyon) :
20160423-libe-coulmont
Baptiste Coulmont : «Changer de prénom a très souvent un lien avec l’identité nationale»

Les changements de prénom ne sont pas nombreux, moins de 3000 par an en France, mais ils révèlent notre rapport contemporains aux catégories d’État, comme l’état civil, qui structurent notre identité publique. On ne change pas de prénom “par hasard”, pas plus qu’on accepte facilement de devoir en changer :

20160413_105306_resized_1
Marion refuse de changer de prénom, son employeur la vire

(même si, dans le monde des centres d’appel délocalisés et externalisés, « Julie », « Romain » et « Nathalie » sont souvent des prénoms d’emprunts).

Son prénom : en changer

changer-prenom-couv-petitJe suis très heureux d’annoncer la publication prochaine de Changer de prénom, aux Presses universitaires de Lyon.
Des informations plus précises (sommaire, documents annexes) seront mis en ligne sur une page dédiée à Changer de prénom.
Voilà qui vient, temporairement, conclure une plongée dans le droit et quelques tribunaux de grande instance, dans les greffes et dans les salles d’audience. Une plongée, surtout, dans des dossiers très riches, qui recèlent de petites biographies justificatrices, des papiers, des actes, des attestations et des témoignages. Ces dossiers constituent l’interface sur laquelle se négocie une revendication individuelle d’authenticité (“Je ne suis pas Johnny, je suis Jehan”) et une authentification institutionnelle (“M. Johnny est autorisé à adjoindre Jehan…”).

Changer de prénom, c’est chercher à « devenir soi-même » (ou redevenir soi-même). De nombreux travaux ont pointé les injonctions contemporaines à être authentique sans insister sur les outils aux mains des personnes cherchant à fabriquer leur authenticité. Pour le dire autrement : changer de prénom n’est pas seulement répondre à la question « qui suis-je ? » (à la question de l’identité ou de l’identification étatique), mais c’est aussi répondre à la question de l’authenticité : « qui suis-je en vérité ? ». Identité et authenticité sont en tension dans les dossiers judiciaires.

Informations complémentaires ici : Changer de prénom

Mais qui se fiance, de nos jours ?

Le Carnet du jour du Figaro est une source formidable qui se prête assez bien à l’enquête (pas seulement sur les prénoms). On peut y reconstituer certaines des relations familiales qui unissent entre elles des fractions diverses des classes dominantes. On peut y constater la place centrale qu’y occupe encore l’aristocratie d’apparence ou l’aristocratie titrée.
Voici un petit graphique, qui montre que près de 40% des faire-part de naissance et 75% des annonces de fiançailles implique une famille à particule. Chiffre à comparer avec la proportion estimée de porteurs de particule en France, plus de 0,5% mais moins de 1%.
carnetfigaro20132015-NF
On y repère aussi d’intéressantes variations saisonnières, qui restent à expliquer.

Durkheim et les statistiques, petite note

François Simiand, dans son compte-rendu du Suicide paru dans la Revue de métaphysique et de morale en 1898 (dans une rubrique intitulée “L’année philosophie 1897”), critique les usages non-réflexifs des données statistiques dans cet ouvrage : “une critique préalable de la valeur respective des statistiques, selon les pays et selon les dates serait en pareille matière toujours souhaitable : tout fait, que quelqu’un a des raisons de dissimuler, est difficilement atteint par la statistique”

La plupart du temps, en effet, Émile Durkheim ne propose aucun examen critique des sources statistiques qu’il utilise. Comme on le voit, cela lui a très tôt été reproché, même au sein du premier cercle durkheimien. Est-ce à dire que Durkheim serait aveugle à la qualité des données statistiques ? Non. Dans Le Suicide, il use à plusieurs reprises d’un regard critique envers les chiffres dont il dispose. Voici quelques exemples :

  • p87. Durkheim récuse la significativit dde chiffres trop faibles qui n’ont pas “toute l’autorité désirable”.
  • p144. « ce qu’on appelle statistique des motifs de suicides, c’est, en réalité, une statistique des opinions que se font de ces motifs les agents, souvent subalternes, chargés de ce service d’information » : les statistiques produites, le plus souvent, ne sont pas dignes de foi car les agents qui les recueillent sont mal formés pour le faire ; Durkheim est de plus très sceptique face à la possibilité d’étudier les opinions.
  • p166. « la statistique du suicide par profession et par classe ne [peut] être établie avec une suffisante précision » : ces données sont complexes à recueillir
  • p168. (note 2)  « l’exactitude de la statistique espagnole nous laisse sceptique » : l’appareil administratif espagnol est beaucoup moins précis que celui d’autres pays, nous dit Durkheim
  • p219. « en temps de crise […] la constatation des suicides se fait avec moins d’exactitude » car l’action de l’autorité administrative est paralysée.
  • p398-400. Durkheim discute de la qualité des statistiques judiciaires et des statistiques de décès : « le nombre des morts par la foudre a encore beaucoup plus augmenté; il a doublé. La malveillance criminelle n’y est pourtant pour rien. La vérité, c’est, d’abord que les recensements statistiques se font plus exactement et, pour les cas de submersion, que les bains de mer plus fréquentés, les ports plus actifs, les bateaux plus nombreux sur nos rivières donnent lieu à plus d’accidents »

Ces critiques sont à la fois radicales (il ne faut pas étudier les « motifs » des suicides, bien qu’ils soient disponibles dans les annuaires statistiques, car ce ne sont que des « appréciations personnelles ») et de détail (tel chiffre est faux, tel autre est mal recueilli). Durkheim n’est donc absolument pas dupe de la qualité des chiffres qu’il utilise. Le Suicide est un ouvrage de combat, et Durkheim va sélectionner les données qui l’intéressent : il ne va critiquer que les données numériques qui lui posent problème.
Vous voudriez en savoir plus : Sociologie du Suicide de Durkheim (document PDF).

Côté prénoms : chiens, mode, assimilations et modélisation

Du nouveau, côté “prénoms”. Deux ou trois mots sur quelques articles parus récemment.

D’abord un petit article sur les prénoms des chiens des “punk-à-chiens”. Les prénoms des animaux domestiques servent d’indicateurs du parcours de vie des zonards. Ils disent la survie difficile, la loyauté introuvable, l’enfance perdue mais aussi la transgression. « Les Subut, Kéta, Cock, LSD et Cannabis que nous avons rencontrés durant nos enquêtes de terrain témoignent quant à eux, de façon exemplaire, que les pratiques toxicologiques couvrent un éventail très large. »

Blanchard, Christophe. 2015. « Ce que les noms des chiens des sans-abris révèlent de leurs maîtres », Anthropozoologica, vol. 50, no 2 : 99‑107. En ligne, open access, sur http://sciencepress.mnhn.fr/sites/default/files/articles/pdf/az2015n2a3.pdf

Passons aux Etats-Unis, où un papier s’intéresse aux transgenre, en essayant d’estimer leur nombre à partir des changements de prénoms et des changements de sexe dans le fichier nominatif de la Social Security Administration, qui est quasi-exhaustif. Entre 1936 et 2010, plus de 135 000 individus, ayant changé de prénom ou de sexe sont identifiés comme “transgenres probables”, et près de 90 000 étaient vivant.e.s au moment du recensement de 2010. La méthode permet aussi de repérer la temporalité des transitions : « Of those who change both their names and their sex-coding, most update both concurrently, although just over a quarter change their name first and their sex-coding 5–6 years later. Most are in their mid-thirties when they begin to register these changes with the SSA, although transgender women begin the process somewhat later in life. »

Harris, Benjamin Cerf. 2015. Likely Transgender Individuals in U.S. Federal Administrative Records and the 2010 Census, Washington (DC). Center for Administrative Records Research and Applications U.S. Census Bureau. En ligne https://www.census.gov/srd/carra/15_03_Likely_Transgender_Individuals_in_ARs_and_2010Census.pdf

Passons à la Chine, et plus spécifiquement à Beijing. La Révolution culturelle a-t-elle eu un impact sur les prénoms donnés aux bébés ? Pour les auteurs de l’article, à ce moment là, « la politique a figé la mode ». Il valait mieux alors, pour sa sécurité, ne pas faire preuve d’une trop grande exubérance individuelle. Les parents ont donc eu tendance à faire preuve de conformisme et à faire des choix “sûrs”, choix politiques et choix plutôt neutres (en choisissant un prénom relativement répandu).

Obukhova, Elena, Ezra W. Zuckerman et Jiayin Zhang. 2014. « When Politics Froze Fashion: The Effect of the Cultural Revolution on Naming in Beijing », American Journal of Sociology, vol. 120, no 2 : 555‑583.

Retour aux Etats-Unis, et plus particulièrement à la première moitié du XXe siècle, période de forte migration. Quatre articles récents s’intéressent au choix onomastiques des migrants.

Deux articles s’intéressent au bénéfice de l’américanisation. Biavaschi et ses collègues s’intéressent aux naturalisations vers 1930 : les migrants qui changent de prénoms et prennent un prénom courant aux Etats-Unis voient leur salaire augmenter. L’américanisation du prénom a un impact sur la mobilité ascendante. Goldstein et Stecklov, de leur côté, repèrent que les descendants de migrants qui reçoivent un prénom américain ont, toutes choses égales par ailleurs, un salaire plus élevé que ceux qui ont reçu un prénom typique du pays d’origine de leurs parents. Un des intérêts de leur article est de montrer que cet effet perdure quel que soit le nom de famille de la personne : même quand le nom de famille semble allogène, il existe un avantage au prénom américain. Les résultats sont similaires chez Abramitzky et Boustan : «Men given foreign names earned less than comparable sons of immigrant parents in 1940.» Heureusement ! Car ces deux papiers s’appuient sur des sources semblables, le recensement US numérisé.

Le dernier papier s’intéresse à l’acculturation conservatrice des migrants. Il est souvent apparu que les migrants, quand ils donnent à leurs enfants des prénoms typiques du pays d’accueil, vont avoir tendance à choisir des prénoms un peu démodés. Ils font le choix du classique plutôt que de l’exubérant. Le papier de Zhang et ses collègues porte sur les prénoms de soldats juifs aux Etats-Unis pendant la seconde guerre mondiale. Ils repèrent bien une forme d’acculturation conservatrice, le choix qu’avait fait leurs parents « was both selective (as it was marked by avoidance of names with strong Christian associations) and conservative (as it was marked by a preference for names that were established in popularity relative to newly-popular names). » Mais ces parents n’ont pas choisi des prénoms alors en déclin : des prénoms établis, mais encore en croissance.

Biavaschi, Costanza, Giulietti Corrado et Zahra Siddique. 2013. The Economic Payoff of Name Americanization, Berlin. Forschunginstitut zur Zukunft der Arbeit (IZA). En ligne : http://ftp.iza.org/dp7725.pdf

Zhang, Jiayin, Ezra W. Zuckerman et Elena Obukhova. 2014. A Lack of Security or of Cultural Capital? Acculturative Conservatism in the Naming Choices of Early 20th-Century U.S. Jews, Rochester, NY. Social Science Research Network en ligne : http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2507677.

Abramitzky, Ran et Leah Boustan. 2014. « Cultural Assimilation during the Age of Mass Migration », Working paper, en ligne.

Goldstein, Joshua R. et Guy Stecklov. 2016. « From Patrick to John F. Ethnic Names and Occupational Success in the Last Era of Mass Migration », American Sociological Review: 0003122415621910.

Un petit tour vers l’Allemagne maintenant. L’article de Panagiotidis examine les changements de noms et de prénoms des Spä̈taussiedler, c’est à dire des immigrés d’origine allemande vers l’Allemagne après 1945. L’Allemagne considère en effet comme ethniquement allemands les descendants des Allemands s’étant établis, au cours des siècles précédents, en Pologne, Hongrie, Roumanie… Mais ces descendants “co-ethniques” n’avaient pas souvent de prénoms allemands. L’article s’intéresse alors à la germanisation d’Allemands : un processus parfois fortement recommandé par les agents chargés de l’accueil de ces migrants.

Panagiotidis, Jannis. 2015. « Germanizing Germans: Co-ethnic Immigration and Name Change in West Germany, 1953–93 », Journal of Contemporary History: 50(4), 854-874.

Je signale en fin de billet un article dont je suis le co-auteur, avec Romulus Breban et Virginie Supervie. Cet article modélise la diffusion des prénoms, et cette modélisation permet de distinguer la popularité et la mode, en repérant des phénomènes de mode à toutes les échelles (et pas seulement au niveau des prénoms les plus donnés).

Coulmont, Baptiste, Virginie Supervie et Romulus Breban. 2015. « The diffusion dynamics of choice: From durable goods markets to fashion first names », Complexity: n/a ‑ n/a. En ligne (paywalled) http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/cplx.21748/abstract

Le management par les honneurs

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire Le management par les honneurs à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 13 février 2016, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?

Ce billet trouve son origine dans la fréquence des vanités universitaires, des CV mentionnant palmes et honneurs. On en trouve des exemples ici ou encore ici. Les travaux formidables d’Olivier Ihl m’ont aidé à mieux comprendre cette pratique politique de remise des honneurs et de mise en avant des honneurs reçus. Son livre, Le Mérite et la République, aborde l’État non par ses fonctions de punition, mais à travers le versant enchanté de la récompense : bons points à l’école, prix d’excellences, légions d’honneur.
Vous trouverez en ligne nombre d’articles librement disponibles : Pour une histoire matérielle des récompenses, Hiérarchiser des égaux ou encore Gouverner par les honneurs.
Une autre petite surprise a été de constater l’ancienneté de ces pratiques dans le monde universitaire. Un petit détour chez Léonore, la base des dossiers de la Légion d’honneur mise en ligne par les Archives nationales nous montre les dossiers de :

Il y a des centaines de milliers de dossiers chez Léonore, on y trouvera donc aussi celui de Valentin Louis Georges Eugène Marcel Proust(dit Marcel Proust).