Categories

Archives

Le management par les honneurs

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire Le management par les honneurs à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 13 février 2016, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?

Ce billet trouve son origine dans la fréquence des vanités universitaires, des CV mentionnant palmes et honneurs. On en trouve des exemples ici ou encore ici. Les travaux formidables d’Olivier Ihl m’ont aidé à mieux comprendre cette pratique politique de remise des honneurs et de mise en avant des honneurs reçus. Son livre, Le Mérite et la République, aborde l’État non par ses fonctions de punition, mais à travers le versant enchanté de la récompense : bons points à l’école, prix d’excellences, légions d’honneur.
Vous trouverez en ligne nombre d’articles librement disponibles : Pour une histoire matérielle des récompenses, Hiérarchiser des égaux ou encore Gouverner par les honneurs.
Une autre petite surprise a été de constater l’ancienneté de ces pratiques dans le monde universitaire. Un petit détour chez Léonore, la base des dossiers de la Légion d’honneur mise en ligne par les Archives nationales nous montre les dossiers de :

Il y a des centaines de milliers de dossiers chez Léonore, on y trouvera donc aussi celui de Valentin Louis Georges Eugène Marcel Proust(dit Marcel Proust).

Cinquantes nuances de trop

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 14 octobre 2015, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?
J’ai choisi cette semaine de mentionner un texte de Kieran Healy, Fuck Nuance (“Au diable les nuances”), communication présentée au dernier congrès de l’association américaine de sociologie. Kieran Healy est sociologue à Duke University. Il est l’auteur de travaux sur la visualisation des données, par exemple sur les décès par arme à feu aux Etats-Unis. Je signale aussi ce billet, “De l’usage des métadonnées pour retrouver Paul Revere”.
Vous trouverez sur son site d’autres informations.

Sa communication a suscité plusieurs réactions, à l’extérieur de la sociologie notamment :

  1. http://chronicle.com/article/Is-Nuance-Overrated-/232771/
  2. http://publishingarchaeology.blogspot.fr/2015/09/against-nuance.html
  3. http://www.env-econ.net/2015/09/fuck-nuance.html
  4. http://secondlanguage.blogspot.fr/2015/09/fact-and-nuance-3.html
  5. http://bigthink.com/neurobonkers/the-problem-with-nuance-for-the-sake-of-nuance
  6. http://thesphinxblog.com/2015/09/09/bollocks-to-nero/
  7. http://dailynous.com/2015/09/02/a-bias-against-simplicity/
  8. https://redflag.org.au/article/nuance-hell-drug
  9. http://taylorholmes.com/2015/09/09/our-extreme-nuancing-trend/

et en français sur Slate par Aude Lorriaux : http://www.slate.fr/story/106247/fuck-nuances-sciences-humaines-surplace

Quinze Cartes Blanches — Bilan d’étape

bilancartesblanchesDepuis près de deux ans, j’écris, toutes les six semaines, pour le cahier “Sciences” du journal Le Monde une “Carte blanche”. J’y ai pris la succession de Pierre Mercklé. 3500 caractères sur un thème sociologique. Le temps est venu d’un mini-bilan.
J’ai écrit 15 textes en deux ans. Ces textes portent sur des articles publiés récemment, ou une question liée à l’actualité. J’y expose le travail d’un sociologue ou de son équipe. J’ai cherché à diversifier les thèmes et les méthodes. Une petite moitié des “Cartes blanches” exposent des travaux reposant sur des méthodes dites “qualitatives” (entretiens, observations), le reste sur des méthodes “quantitatives”. Le thème le plus fréquent est lié à la description du travail sociologique, suivi des questions de famille et de sexualité.
J’y ai cité le nom de 49 sociologues et assimilés (on y trouve quelques économistes, par exemple). Les sociologues les plus fréquemment cités sont Emile Durkheim (à deux reprises), Max Weber (à deux reprises) et Etienne Ollion (à deux reprises). 19 de ces sociologues sont étatsuniens (au sens où ils travaillent dans une université nord-américaine). 29 sont français (même principe de classication). Et Weber est allemand. Je suis limité ici par mes connaissances linguistiques: il n’y a qu’en français et en anglais que je suis capable de bien lire. Mon allemand est rustique, et mon roumain presque oublié.
12 femmes ont été citées, et 37 hommes l’ont été, ce qui est loin de respecter la parité (dès qu’on l’oublie, elle disparait). Mais ces 12 femmes sont souvent les auteures centrales de la chronique, celles dont les travaux sont exposés (alors que de nombreux hommes, Tarde, Weber, Sorokin, Krugman… ne sont cités qu’en appui au texte).
Si les “Cartes Blanches” reprennent à la rentrée, il va falloir que je diversifie un peu plus mes connaissances et mes centres d’intérêt.

L’anomie contre-attaque

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 29 avril 2015, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?

  1. L’article que j’évoque dans ma “carte blanche” est Bringing Anomie Back In: Exceptional Events and Excess Suicide de Mark Anthony Hoffman, Peter S. Bearman, publié dans la revue Sociological Science
  2. Cette revue a une politique intéressante : les articles qui lui sont soumis sont soit acceptés tels quels, soit refusés. Il n’y a pas de «revise and resubmit» (remarquons toutefois qu’il y a des formes de «conditional acceptance».
  3. Sur les débats Durkheim/Tarde, il existe une immense littérature. Les Lois de l’imitation de Tarde sont disponibles sur Gallica. Idem pour le texte du Suicide de Durkheim qui consacre un chapitre à l’étude de l’imitation. On trouvera une réponse de Tarde aux arguments de Durkheim dans Borlandi (Massimo), Cherkaoui (Mohamed) (dirs.). Le suicide, un siècle après Durkheim. Paris, Presses Universitaires de France, 2000. Réponse qui était restée à l’état de manuscrit. Ce texte «Contre Durkheim à propos de son Suicide» est disponible sur le site des Classiques des sciences sociales.
  4. Quelques morceaux d’un cours que je donne à Paris 8 sur Le Suicide de Durkheim

L’Autolib’, révélatrice de la sociologie postmoderne

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 11 mars 2015, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?

Une des revues dirigées par Michel Maffesoli, Sociétés (publiée par De Boeck) a publié sans le savoir un canular rédigé par deux sociologues, Arnaud Saint-Martin et Manuel Quinon, sous le titre « Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sensation à Paris ». Article potache et sans queue ni tête, mais qui a été évalué comme un véritable article de sociologie par la revue en question.
Sur le Carnet Zilsel, ASM et MQ racontent le processus ayant mené à la rédaction de ce pastiche.
Pour aller plus loin :

  1. Petite liste des pastiches des prétentions scientifiques
  2. A few words in English on Crooked Timber
  3. Michel Maffesoli visé par un canular par Sylvestre Huet
  4. Chronique d’Yves Gingras sur Radio Canada(mp3)
  5. “Billet” de Guillaume Erner sur France Inter (mp4 audio)


20150309-autolibcassee

Mise à jour (suite de la revue de presse) :

  1. La revue Sociétés piégée par deux sociologues
  2. Édition scientifique : Maffesoli piégé par un faux article sur educpro
  3. Des universitaires trollent le magazine de sociologie “Sociétés” avec une étude complètement bidonnée sur les inrocks.com
  4. Interview des auteurs dans La Tête au carré sur France Inter
  5. De science certaine, par Yves Surel
  6. Un canular jette le trouble, dans le journal suisse Le Temps
  7. Le canular des automobilités par P. Dubois
  8. Les grilles de l’évaluation en sciences sociales sur le gril, par Genevieve Koubi
  9. L’Autolib: un canular sociologique (Agence Science Presse)
  10. Série d’articles sur le Polit’Bistro : 1-L’entre-soi éditorial des revues de sociologie et 2- Quelques mesures de la concentration éditoriale en sociologie et 3- Un “stress test” des revues de sociologie connectées par leurs auteurs
  11. L’imposture, c’est… par Pierre Mercklé
  12. So-kalled research… sur Retraction Watch
  13. Comment confondre les imposteurs: les vertus critiques du canular par Bernard Lahire
  14. La “science poubelle” révélée au grand jour sur le site de la Libre Belgique
  15. Blog Rédaction Médicale : “devant cette double erreur, c’est peut-être la revue entière qui devrait être rétractée”
  16. Canular intellectuel: deux chercheurs piègent une revue de sociologie, sur Philosophie Magazine
  17. Interview de Michel Maffesoli dans Le Monde (18/03/2015)
  18. Le sociologue, le marteau et la fausse monnaie, par Michel Dubois sur le Carnet Zilsel (21/03/2015)
  19. Réinventer la sociologie, seul contre tous, article de Sarah Diffalah sur le NouvelObs (21/03/2015)
  20. Just kidding? The latest academic ‘hoax’ and its consequences for cultural studies, par Clémentine Beauvais
  21. Michel Maffesoli, « expert » sociologique de pacotille (27/3/2015), par Blaise Magnin sur acrimed
  22. L’hystérie…, interview de M.M. sur atlantico (29/3/2015)
  23. L’Affaire Maffesoli, interview de William Genyies sur atlantico (29/3/2015)
  24. Monsieur Maffesoli, la sociologie est bien une science ! par A. Saint-Martin et M. Quinon, sur Le Monde (1/4/2015)
  25. La meilleure blague de l’histoire de la sociologie, interview de ASM et MQ, sur vice.com (2/4/2015)
  26. Science poubelle : Un canular fait couler beaucoup d’encre, sur Radio Canada (3/4/2015)
  27. Quelques réflexions au sujet de la nouvelle affaire Maffesoli, sur anthropiques (1/4/2015)
  28. Un canular sociologique, et après?, par Arnaud Saint-Martin et Manuel Quinon, dans Le Monde (29/4/2015)

Cols blancs et cols bleus se marient-ils vraiment ?

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 4 février 2015, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?

J’ai choisi de parler cette semaine du livre de Jessi Streib (Duke University), The Power of the Past : Understanding Cross-Class Marriages (lien amazon, kindle). La thèse dont est issue le livre est en accès libre : The Power of the Past : Class, Marriage and Intimate Experiences with Inequality (pdf) (University of Michigan, 2013).
Je cite aussi en passant un article récent de Milan Bouchet-Valat, qui n’est pas en accès libre mais un travail plus ancien l’est.
Le livre de Streib s’intéresse à l’envers de l’homogamie, aux couples mariés composés d’une personne issue des classes supérieures et d’une personne issue des classes populaires, aux Etats-Unis. Elle parle donc de “blue collars” et de “white collars”. Elle montre avec finesse ce qu’elle nomme les différences de “sensibilités” face au monde :

Those from different classes shared their lives but not their ideas of how to live them, their resources but not their ideas of how to use them, and their children but not their ideas of how to raise them. This book locates these and other differences in sensibilities — default ways of thinking about everyday events, such as how to use resources, divide labor, and raise children. This focus moves away from the more common connection that sociologists make between class and culture—that of a focus on tastes.
(Streib, Power…, kindle-190)

Elle justifie l’étude des “sensibilités” en soulignant plusieurs aspects : les sensibilités sont moins circonscrites (“containable”) à un seul domaine que les goûts, et elles sont liées à l’acquisition de ressources :

Sensibilities may be linked to resource acquisition as institutions implicitly reward different types of sensibilities. Generally, institutions such as workplaces and schools reward sensibilities that are most associated with the middle class.
(kindle-207)

Astérix chez les économistes

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 17 décembre 2014, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?
Ma “Carte blanche” dans Le Monde porte aujourd’hui sur une étude très intéressante de Fourcade, Ollion et Algan, sur l’arrogance des économistes américains : “The Superiority of Economists”. Cette étude relie le sentiment de supériorité des économistes à leur organisation professionnelle — qui encourage cette arrogance.
Il est amusant de voir que, la même semaine, aux Etats-Unis, deux économistes se sont révélés très arrogants : J. Gruber, qui a déclaré que la loi sur la protection sociale d’Obama devait son salut à “la stupidité des électeurs”, et B. Edelman, qui a menacé d’un procès un restaurant chinois dont la livraison était supérieure de 4$ au prix mentionné sur le site internet.
Anecdotes, certes, mais anecdotes amusantes.
Plus sérieusement, si j’ai choisi d’évoquer cette étude, c’est qu’elle utilise de nombreux indicateurs (citations, origine des directeurs des associations professionnelles, salaires…) pour objectiver une forme évanescente d’identité professionnelle.
Le plus souvent, quand des sociologues étudient le travail scientifique, c’est dans une optique plus structurelle. Il existe ainsi des travaux sur les économistes (Lebaron, ou Fourcade ou encore Le Gall) et des travaux sur les biologistes (Latour et Woolgar)… Mais à ma connaissance ces travaux ne cherchent pas à rendre compte d’une réputation collective.

Des étrangers votent-ils (vraiment) ?

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 5 novembre 2014, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?
J’ai choisi cette semaine de présenter une étude, Do non-citizens vote in U.S. elections? : “est-ce que les non-citoyens votent aux élections étasuniennes ?”
Cet article a un grand intérêt : à partir d’une enquête de grande ampleur portant sur les pratiques électorales aux Etats-Unis, les auteurs repèrent des non-citoyens qui déclarent pourtant être inscrits et voter. Les auteurs présentent leurs résultats ici.
Cet article a suscité de nombreux commentaires (avant même sa publication) : What can we learn about the electoral behavior of non-citizens from a survey designed to learn about citizens? ou encore Methodological challenges affect study of non-citizens’ voting, que l’on pourrait résumer ainsi : puisque l’enquête par sondage à l’origine de l’article portait explicitement sur les citoyens, est-elle adaptée à ce que souhaitent étudier les auteurs de l’analyse secondaire (portant sur les non-citoyens) ?
D’autres enquêtes (sur les dons d’argents aux partis politiques (par des citoyens ou des non-citoyens) ne permettent pas de confirmer les résultats de Richman, Chattha et Earnest.
Les auteurs de l’article ont répondu aux critiques, toujours sur The Monkey Cage : Do non-citizens vote in U.S. elections? A reply to our critics. (The Monkey Cage est décidément un blog très intéressant et il permet le débat rapide entre politistes étatsuniens).

De plus d’autres enquêtes, plus ethnographiques, comme celle, excellente, de Sébastien Chauvin à Chicago, Les agences de la précarité, soulignent les différents “éléments de citoyenneté” les “niveaux de citoyenneté”, les “marchés secondaires de la citoyenneté” : “l’existence de ces niveaux de légalité [différents au niveau local, municipal, étatique ou fédéral] se traduit dans la conscience juridique des immigrés sans papiers..” (p.52), “Les migrants irréguliers connaissent également un accès à la citoyenneté formelle elle-même” : “appréhendées diachroniquement, leurs trajectoires documentaires font fréquemment apparaître un enchaînement vertueux d’incorporation bureaucratique au cours duquel un premier élément de citoyenneté obtenu, y compris par la falsification, devient la condition d’une insertion civique croissante, faire de droits de plus en plus formels et de papiers de plus en plus authentiques, bien qu’illégitimes” (p.53).

Tous des menteurs ?

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 5 mars 2014, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?

Parfois les enquêtés mentent… Les questionnaires des enquêtes quantitatives demandent alors aux enquêteurs (qui posent les questions) d’estimer la “bonne volonté” des enquêtés, comme ici à la fin du questionnaire de l’enquête TeO :

TeO-controle

Le cœur de la chronique vise à souligner que, si les enquêtés mentent parfois, ils tendent quand même à être honnête quand on leur demande s’ils ont répondu honnêtement. Le problème des sociologues n’est donc pas que “tous les Crétois sont menteurs”, mais d’arriver à faire quelque chose avec les réponses des 5% de Crétois menteurs (qui disent, quand on leur demande, qu’ils sont peut-être menteurs).
J’avais déjà abordé ce thème dans un vieux billet sur les réticences à répondre : A. Béjin expliquait, dans un article, les procédures de contrôle des réponses. L’article qui m’a donné l’occasion de la chronique de cette semaine m’a semblé intéressant dans la mesure où, au lieu de reposer sur une procédure externe, le contrôle de la parole des enquêtés repose sur eux-mêmes. Une injonction disciplinaire qui, en plaçant les individus en position de sujets, les incite à dire une vérité… Foucault, sort de ce questionnaire !

Faut-il salarier les clients ?

Vous parcourez peut-être ces lignes parce que vous venez de lire le billet publié dans Le Monde, à la une du cahier « Science & Médecine » du mercredi 22 janvier 2014, et que vous avez voulu en savoir un peu plus ?
Quelques explications supplémentaires alors.

Le point de départ de ma réflexion (et le point d’arrivée de la chronique) est cette histoire de contrôle : Bretagne : les clients rapportent leur verre au bar, l’Urssaf réclame 9 000 €, ou encore ici : Un bar doit payer 9 000 euros d’amende pour un verre rapporté au comptoir
Et si la solution était de salarier les clients ?
Solution insolite, mais que quelques publicitaires avaient déjà utilisé, comme il est possible de le constater sur cette ancienne réclame pour un supermarché en ligne, qui montre des clients sous la figure des travailleurs, en utilisant les codes du réalisme socialiste.
houra2
Mais le socialisme soviétique ne proposait pas la fin du travail, il proposait d’autres formes de travail (que cette publicité ne montre pas).
Solution insolite, le salariat du client, mais qui s’inscrit dans une série de réflexions sociologiques sur la “mise au travail des clients” :

  1. Sciences de la Société, N° 82, Mai 2011 : L’activité des clients : un travail ? [où j’ai trouvé la référence de la publicité utilisée plus haut]
  2. Dujarier, Marie-Anne. Le travail du consommateur : De McDo à eBay : comment nous coproduisons ce que nous achetons, La Découverte, 2008
  3. Tiffon, Guillaume. La Mise au travail des clients, Economica, 2013
  4. Ritzer, George : The McDonaldization of Society, traduit en français sous le titre Tous rationalisés
  5. Bernard, Sophie, “Travailler « à l’insu » des clients. Défaut de reconnaissance en caisses automatiques, Travailler, n° 29, 2013/1 DOI:10.3917/trav.029.0119
  6. et aussi : Tiffon, Guillaume, “La pression du flux client” in Bercot et Rahou Le Travail de Service, Anact, 2013, p.131-138 [accès direct au PDF]