Categories

Archives

Une lente décroissance

Le graphique suivant est une manière de représenter la première vague de décès de la covid19.

Certains pays ont atteint et dépassé un pic de décès. Mais il semble bien que la décroissance soit plus lente que l’augmentation. On peut le voir pout l’Italie, l’Espagne, la France… La courbe n’est pas symétrique.

Cela se voit moins quand on trace tous les pays sur le même graphique.

Je me suis donc amusé à centrer et réduire les vagues. C’est à dire à les aligner sur un maximum de 1 (la courbe atteint la valeur 1 le jour du maximum de décès) :

Et à caler toutes les courbes sur le jour du maximum, pour les synchroniser :

Si on trace ensuite la courbe moyenne, on peut remarquer qu’en effet (quand on considère que chaque pays a le même poids), la décroissance est plus lente que la croissance :

Et en vidéo, ça donne ceci :

Dataconfinement (1) : la chute

Confinement ou pas, les différents compteurs, de voitures, de vélos, d’avion, de gigaoctets, et les différents capteurs (de pollution), continuent de compter et de capter (quand ils ne tombent pas en panne). Parfois des groupes organisent la mise en ligne des comptages (comme le font les animateurs de l’OpenSky Network. À partir de ces comptages, on peut repérer la diminution importante du nombre d’avions décollant ou atterrissant dans les aéroports de la métropole :
 

cliquez pour agrandir

 
Si on s’intéresse à son bilan carbon et aux vélos, moins polluants, on trouvera sur OpenData Paris les résultats des sites de comptage de vélo, mis à jour quotidiennement, apparemment de manière automatique :
 

cliquez pour agrandir

On voit que le trafic vélo était important en janvier, moment de grève à la RATP et à la SNCF contre la réforme des retraites. On peut constater la sévérité du confinement, qui réduit à presque rien la circulation à deux roues. Une légère tendance à la hausse s’observe entre fin mars et fin avril.

 

Les voitures (et les camions, les bus…) sont comptées elles aussi. Mais le fichier n’est mis à jour que mensuellement. Le graphique ci-dessous (que je mettrai peut-être à jour plus tard) s’arrête donc début avril [Il est maintenant mis à jour]. Là aussi l’ordre de confinement a fait chuter la circulation motorisée, à Paris : le maximum du trafic routier de jour n’atteint pas le minimum du trafic de nuit.
 

cliquez pour agrandir

 

Il en va de même pour le volume des données échangées sur le réseau wifi public de Paris. Sans pouvoir se rendre en bibliothèque ou dans un lieu public municipal, ce réseau est inaccessible (sauf aux personnes qui habitent juste à côté de la bibliothèque et qui peuvent se connecter). Là aussi, le fichier est mis à jour mensuellement. On ne repère donc ici que les débuts du confinement. [Mis à jour : on a maintenant les données jusqu’à début mai 2020]
 


cliquez pour agrandir

 
Tout ça a-t-il fait chuter la pollution ? Moins que ce que je pensais. Les capteurs d’AirParif (le réseau de surveillance de la pollution en Ile de France) continuent de sniffer du NOX :
 

cliquez pour agrandir

Le bingo de l’AFS (édition 2019)

Vous ne voulez pas vous ennuyer pendant une communication sur les assistantes-sociales nancéennes parachutistes et unijambistes (Nadia, 24 ans) filles de cadres ? Alors il y a le bingo de l’AFS.

Alors voilà, j’ai commencé le parachutisme après ma rupture. La rupture du tendon dont je t’ai parlé, pas la rupture avec Tom, ça c’était avant. Je pense que c’est en partie parce que mon grand-père était parachutiste, mais dans l’armée. Il a aussi perdu un pied, et son boulot après ça, mais ça l’a pas empêché. (Nadia, 24 ans)

Comme le souligne Nadia avec ses mots, son habitus familial (Bourdieu 1980 ; Lahire 2000 ; Passeron et Bourdieu 1964) a poussé sa socialisation (Darmon 2000) vers les activités physiques, comme un moyen de lutter contre le déclassement (Peugny 2008, Peugny 2009, Peugny 2010, Peugny 2011, Peugny 2012 et… Peugny 2018) .


Cliquez : c’est en PDF !

Le Bingo de l’AFS, édition 2017

Le congrès de l’Association française de sociologie (AFS) a lieu à partir de lundi, à Amiens. J’ai repris une idée de Kieran Healy, parce qu’il faut bien une dizaine d’années pour qu’une innovation traverse l’Atlantique.
Voici donc le premier Bingo de l’AFS :

Cliquez pour télécharger et imprimer

Les règles sont simples, et vous gagnez à tous les coups. Par exemple un autocollant avec un 𝞅 ça compte.

Victorine Benoît

En cherchant d’anciennes listes nominatives de bacheliers, je suis tombé sur cet entrefilet, publié dans Le Figaro en 1875 :

victorinebenoit1
lien vers l’article sur Gallica

Le destin de cette bachelière fut-il de servir de “répétiteur” à ses enfants ?
Parce qu’il n’y a pas eu beaucoup de bachelières en 1875, il est assez aisé de retrouver son identité : il s’agit de Victorine Françoise Henriette Benoît. Elle obtient une bourse, en 1877, pour étudier la médecine. : elle obtient 300 francs, pendant plusieurs années.
« Sans vouloir encourager les femmes dans l’étude du grec et du latin », la commission départementale recommande une bourse annuelle de 1000 francs :
victorinebenoit1000
source : Procès verbaux des séances du conseil général de la Vendée (23/12/1877)

Sur twitter, @hellaime m’indique qu’on retrouve Victorine Benoît en 1883 : elle a soutenu une thèse de médecine à Paris De la paralysie spinale infantile [lien].
Et Le Figaro rend compte de cette soutenance, en saluant la jeune doctoresse “Française, Française et Vendéenne” :
victorinebenoit2
lien vers l’article sur Gallica

Le Journal des Débats nous précise même que Victorine est d’une “honorable famille vendéenne”.
Une lettre de remerciements a été publiée par le conseil général de Vendée :
victorinebenoit3

Un journal féministe, La Femme (juin 1884) nous donne, quelques années plus tard, quelques informations sur les sœurs de Victorine, Gabrielle et Adèle, qui obtinrent toutes deux aussi le baccalauréat.

En 1886, le quotidien Gil Blas lui consacre un long portrait : Sous “Mademoiselle X… Docteur-Médecin” se cache de manière évidente Victorine Benoît (aînée de cinq enfant, père décédé, sœurs bachelières, originaire d’une région de l’Ouest, etc…) :
victorinebenoit-portrait
cliquez pour agrandir

Vers 1889, elle cherche à obtenir un poste de médecin des écoles primaires de filles, à Paris :

victorinebenoit4
lien vers l’article sur Gallica

On retrouve, un peu plus tard (en 1896), Victorine Benoît exerçant rue Miromesnil à Paris. Elle fait donc partie des rares doctoresses à exercer la médecine.
Avant cela, on pouvait la voir décrite comme une examinatrice, en 1892 :
victorinebenoit5
lien vers l’article sur Gallica

ou comme une personne “prodigant des soins intelligents et dévoués aux jeunes filles des écoles”.
Je n’ai pas trouvé aisément d’informations postérieures à 1896, mais selon la Préfecture de police elle exerce toujours, en 1918, rue de Miromesnil (à 71 ans). Les listes indiquent “Mlle” : Victorine Benoît ne s’est pas mariée.

Il y a 33 ans, jour pour jour, à Paris 8

L’un des événements marquant de l’Université dans laquelle je travaille, Paris 8, est l’anniversaire de la « Lettre du 25 mars ». Des réunions publiques, des colloques, des minutes de silences sont organisés un peu partout pour se souvenir, se recueillir et apprécier.
Nous venons de fêter cette année le 33e anniversaire de la Lettre, en visitant les lieux mentionnés. Rien n’a changé: Paris 8 est toujours fidèle à l’esprit de Vincennes.
Ci-dessous, la Lettre :
1982-toilettes-1

1982-toilettes-2

La Lettre du 25 mars (1982), en PDF

Le Grand Remplacement

Au cours du XXe siècle, les parents des bébés nés en France ont remplacé Simone par Léa, Robert par Théo. Ce grand remplacement orthographique est bien visible :
total
Cliquez pour élargir le graphique

En 1900, le E était la lettre la plus utilisée dans les prénoms des bébés nés en France (21% des lettres des prénoms étaient des E). En 2011, les A représentent 17% de l’ensemble des lettres utilisées dans les prénoms, et les E dans 13%.
Les Y ont cru jusqu’à constituer 2,5% des lettres utilisées. Les R passent de 10% à environ 3%.

Méthode : Si 3 bébés qui naissent en France en 1910, que 2 d’appellent BOB et que l’autre s’appelle BILL, alors le total des lettres est de 10 (BOB, BOB,BILL), soit, classé par fréquence d’apparition B,B,B,B,B,O,O,L,L,I. Les B représentent alors 50% des lettres utilisées dans les prénoms, les I 10%.

Géographie des prénoms en Turquie

Le Turkish Statistical Institute publie des données intéressantes sur les prénoms les plus donnés en Turquie : j’avais commencé à les analyser avec Elifsu Sabuncu. Et je viens de m’apercevoir (suite à un article de Julie Desbiolles dans le Le Petit Journal . com) que les données sont ventilées par “province” dans certaines publications [comme : Istatistiklerle Çocuk 2013 (ISBN.978-975-19-5976-8)].

Commençons par les prénoms des garcons :
turquie-2013-garcons
Que retenir de ce patchwork ? Que les prénoms de la cote et des frontières occidentales (Emir et Cinar) ne se retrouvent pas (en première position) à l’Est.

Poursuivons avec les prénoms des filles :
turquie-2013-filles1
Plus d’unanimisme là : les parents turcs apprécient le prénom Zeynep, qui est presque partout le prénom le plus donné aux bébés filles en 2013.
Pour saisir des différences régionales, il faut regarder les rangs suivants. Le 2e prénom le plus donné nous donne la carte suivante : Elif est souvent le 2e prénom le plus donné. Et dans les régions où Elif est le prénom le plus donné, alors Zeynep est le 2e prénom le plus donné.

turquie-2013-filles2

En 2013, le prénom Ecrin — un prénom relativement neuf en Turquie — est le prénom le plus donné, ou le 2e prénom le plus donné dans les provinces de l’Est. Il apparaît au 3e rang dans de nombreuses provinces. Il manque des données sur la fréquence de ces prénoms, et sur leur évolution temporelle pour pouvoir en dire plus.

Elles sont Charlie

Ou alors ils sont Charlie. Leur naissance a eu lieu après le 7 janvier. On trouve leur trace dans les “Carnets du jour” publiés par la presse quotidienne.

*

charlie-02

*

charlie-03

*

charlie-01

*

charlie-06

*

charlie-05

*

charlie-04

*

charlie-07

*

charlie-08

*

charlie-09

*

charlie-bracelet

Rappelons, à tout hasard, qu’avant même les attentats, Charlie était un prénom mixte en forte croissance :
charlie-insee

Mises à jour :
charlie-10

*

charlie-11

*

charlie-12

*

charlie-13

*

charlie-14

*

charlie-15-cliniquebourgoin

*

charlie-16

*

charlie-17

Quelques idées de cadeaux

En 1896 Charles Delbret, dit Claverie, est entendu par un juge, Monsieur Espinas. Claverie, en effet, ne vendait pas que des Bas élastiques pour varices, mais aussi des Appareils spéciaux pour l’usage intime des deux sexes. Et ça, ça pouvait parfois poser quelques petits problèmes, que la justice était chargée de résoudre.
onanisme-0
Et il éditait un catalogue. L’on y trouve quelques idées de cadeaux (pour elle comme pour lui, car, en 1896 déjà, les cadeaux étaient genrés).
onanisme-1
ou encore
onanisme-2
Je comprends qu’il soit difficile, à quelques jours de Noël, de commander par correspondance de tels jouets. Mais le magasin est ouvert ! (Même les dimanches et fêtes, car en 1896, on était socialiste moderne : pas de vacances, pas de congés payés, pas de sécurité sociale…)
onanisme-3
Et n’ayez pas peur, les “clients répondant à un sentiment fort compréhensible désir[a]nt ne pas être vus en rentrant chez nous” ont la possibilité d’utiliser une “entrée particulière”.
Les vitrines du magasin, en effet, suscitaient parfois l’amusement des passants, comme l’indique ce rapport de surveillance policière : « à différentes reprises on a pu constater que des passants s’arrêtaient devant sa porte et se montraient en riant des articles spéciaux en caoutchouc et en baudruche d’un usage trop intime pour être publiquement exhibés. »
onanisme-4
Des articles spéciaux en caoutchouc ? Comme ceux-ci peut-être : des “excitateurs”…
onanisme-5
Décidément, nos arrières-arrières-grands-parents avaient le choix au moment de Noël.
onanisme-6

S’il est compliqué de se déplacer jusqu’en 1896, il est toujours possible, aujourd’hui, de visiter la Maison Claverie, toujours située au 234 Faubourg Saint Martin.
onanisme-7

Source : Archives de Paris, D2U6 110, Delbret. C’est le travail de Maxence Rodemacq (L’industrie de l’obscénité. Commerce pornographique et culture de masse à Paris (1855 – 1930), Univ. Paris 1, dit. Kalifa) qui m’a dirigé vers ce dossier de procédure.