Categories

Archives

Un peu d’imputation

Les résultats électoraux publiés sur opendata.paris.fr sont de bonne qualité : ils proviennent directement du bureau des élections de la ville de Paris. Mais il y a de petites bizarreries dans le nombre de votes par procuration de quelques bureaux de vote. C’est assez habituel : le nombre de votes par procuration ne change pas le résultat, et il ne fait pas partie des données scrutées avec attention (le nombre de voix reçues par les candidats, le nombre de votants…). C’est une donnée annexe, d’un peu moins bonne qualité.
Par exemple, les bureaux 10-1 et 16-46 ont indiqué zéro vote par procuration au premier tour des présidentielles. Tous les autres bureaux de vote ont au moins 9 procurations. Et les bureaux qui ont moins de 15 votes par procurations se trouvent tous dans les 18e, 19e ou 20e arrondissements. Les bureaux immédiatement adjacents au 10-1 et au 16-46 ont eux aussi bien plus de procurations.
J’ai donc été vérifier les listes d’émargement, à la préfecture de Paris. J’ai compté les procurations. Et en effet, le 10-1 a vu 81 procurations au premier tour, et le 16-46 a vu 44 votes par procuration. Aurai-je pu prédire ces chiffres et m’épargner un aller-retour en métro ?


Comme le montre le graphique ci-dessus, dans les deux bureaux concernés, le “vrai” taux de procuration ne devrait pas être zéro, mais plutôt 3% pour l’un et 4,5% pour l’autre.
Au lieu d’une régression sur une seule variable, on peut prendre en compte simultanément d’autres variables. L’idée est ici de se servir des corrélations assez fortes entre variables : taux d’abstention, proportion de votes Fillon ou Macron, taux de bulletins nuls… pour assigner une valeur probable au taux de procurations au premier tour.

Si l’on fait cette régression en enlevant les bureaux “problématiques”, alors on obtient 6,3% de procurations pour le bureau 10-1 et 4,6% pour le bureau 16-46. Soit, en valeur absolue : 74 procurations pour le 10-1 et 44 pour le 16-46. On tombe pipe-poil sur le vrai nombre pour le bureau du 16e, on est en dessous de 7 votants pour le bureau du 10e arrondissement. Pas mal !

Le problème se repose pour le second tour : certains bureaux ont des nombres de procurations très improbables, près de 400. Et d’autres assesseurs semblent avoir au contraire oublié un 1 devant le chiffre 11 ou 27. Et encore un bureau à zéro procuration.

Pour estimer le nombre de procurations réelles dans ces bureaux (que je n’avais pas pu identifier avant ma visite à la préfecture), je peux utiliser les résultats du second tour (vote Macron, abstention, bulletins nuls), mais aussi ceux du premier tour : ainsi le vote Fillon au premier tour est assez prédictif, ainsi que, bien entendu, le recours à la procuration au premier tour.

Une première régression permet d’identifier les bureaux aux chiffres aberrants : ce sont les bureaux dont le taux de procuration prédit est très éloigné du taux de procuration observé. On les enlève du jeux de données, on répète la régression, et on affecte à ces bureaux le taux de procuration prédit par cette nouvelle regression.

Cette procédure va faire augmenter artificiellement le « R^2 » de la régression, puisqu’on enlève les points aberrants et qu’on les remplace par des points prédits. Heureusement, cela ne porte que sur moins de 10 bureaux sur les 896 bureaux parisiens. Et ça permet de tracer des cartes un peu plus jolies.

Des recours différents à la procuration

Le graphique suivant est complexe, mais le résultat est intéressant : la procuration des « beaux quartiers » n’est pas celle des autres quartiers parisiens.

cliquez pour agrandir

Examinons-le pas à pas.
Tout d’abord, j’ai calculé, pour chacun des 896 bureaux de vote parisiens, la composition par âge (18-25 ans, 26-35 ans… jusqu’aux 65 ans et plus). L’idée est de regarder si la procuration est plus fréquente, par exemple quand les jeunes électeurs sont en forte proportion, ou au contraire si c’est quand les électeurs âgés sont bien représentés. On voit alors qu’il n’y a pas de corrélation entre fréquence d’une classe d’âge et fréquence de la procuration, sauf concernant les 55-65 ans : plus cette classe d’âge est importante, moins il y a de procurations.

Ensuite j’ai décomposé ces quartiers suivant l’importance du vote pour François Fillon. La géographie sociale parisienne fait que ce sont dans les “beaux quartiers” de l’Ouest (7e, 8e, 16e, nord du 15e, sud du 17e…) que les votes pour Fillon étaient nombreux. J’aurai pu prendre la proportion d’électeurs à particule, ou la proportion d’électeurs ayant plus de deux prénoms, ou un autre découpage géographique… et les résultats auraient été proches.

Dans les “beaux quartiers” (ici les points bleus, la ligne bleue est une droite de régression) le recours à la procuration est généralement indépendant de la proportion de telle ou telle classe d’âge. Sauf pour les quartiers qui comptent une proportion importante de jeunes électeurs : dans les beaux quartiers, plus il y a de jeunes, plus le recours à la procuration est important. Et la relation s’inverse pour les quartiers populaires (ceux qui n’ont pas voté Fillon, en rouge ici) : plus il y a de jeunes électeurs, moins il y a de procuration. Une hypothèse : dans les quartiers de l’Ouest parisien, un “jeune électeur” est en vacances, en stage, ou étudiant… loin de Paris. Il donne procuration à ses parents. Dans les quartiers populaires, c’est moins souvent le cas.

Ces relations s’inversent quand les trentenaires et les quadragénaires sont nombreux. Dans les beaux quartiers, leur part n’est pas corrélée au recours à la procuration. Mais dans les quartiers où le score de F. Fillon est faible, alors la part de ces trentenaires et quadra est positivement liée à la fréquence de la procuration. Et c’est encore plus vrai dans les quartiers où le score du candidat de l’UMP était très faible. Ces classes d’âges sont-elles plus mobiles en dehors des “beaux quartiers” ? Ou alors, si l’on réfléchit en ayant en tête les comportements des mandataires, il est possible de penser que ces classes d’âge recueillent plus fréquemment les procurations des plus jeunes et des plus âgés, qu’elles servent de “pivot” permettant aux plus jeunes et aux plus âgés de voter tout en étant absents.

Sans avoir accès aux informations sur les procurations individuelles (il faut pour cela aller recueillir les listes d’émargement, ce que j’ai commencé à faire), il est difficile d’aller plus loin dans le raisonnement et la mise à l’épreuve des hypothèses.

Procuration et type de vote

À Paris, tout le monde ne vote pas par procuration. Par définition, les abstentionnistes ne votent pas par procuration. Et plus il y a d’abstentionnistes dans un bureau de vote [techniquement, à l’extérieur du bureau de vote, bien entendu], moins il y a de procurations : c’est dans les quartiers où l’on participe beaucoup que l’on vote par procuration. De la même manière, là où le vote est fréquemment blanc ou nul, il y a peu de procurations.
Là où les « petits candidats » font leur meilleur score, c’est là où il y a peu de votes par procuration. Mais cette relation se vérifie aussi pour de nombreux candidats : en 2017 à Paris, la fréquence de la procuration est inversement reliée au score local des candidats Le Pen, Hamon, Mélenchon, Arthaud et Poutou… On voit ainsi que la droite de régression (et une régression locale) est orientée vers le bas : dans les zones où il y a eu beaucoup de procurations, il y a eu relativement peu de votes pour Jean-Luc Mélenchon.


cliquez pour agrandir

La relation est inversée pour Macron et Fillon : là où il y a eu beaucoup de procurations, c’est là où ces candidats ont fait leurs meilleurs scores. En 2012, les choses étaient un peu différentes. Il y avait eu plus de procurations au premier tour à Paris, et seul le candidat Sarkozy était associé à une corrélation positive.

Un enthousiasme débordant

« Par procuration, mais pas par défaut » : quelques pages qui décryptent le vote par procuration, à partir des données de l’Enquête électorale française du CEVIPOF (ENEF). Il apparaît bien comme une modalité préférentiellement choisie par des jeunes, des cadres, des diplômés du supérieur…
Mais ce que j’ai trouvé de plus intéressant, c’est le niveau d’intérêt des mandataires, celles et ceux qui reçoivent une procuration : ce sont des enthousiastes. J’imaginais, peut-être un peu naïvement, que les mandants (celles et ceux qui ne peuvent voter et qui font une procuration) étaient les plus enthousiastes (les plus intéressés par la politique en général, les plus décidés à voter, les plus intéressés par l’élection en particulier), notamment parce qu’ils doivent faire la queue, remplir un formulaire, etc… Mais non.
Mais alors pourquoi un tel enthousiasme ?

  • Voter est coûteux (en temps, en déplacement…) pour un rendement faible : que vaut sa toute petite voix individuelle ? Mais le rendement double pour les mandataires : ils sont porteurs de deux voix, la leur et celle de leur mandant. Doublement du rendement. Doublement de l’utilité de son déplacement. Création d’enthousiasme ! C’est la version pour économiste.
  • La confiance accordée par le mandant ou la mandante apporte de la satisfaction. « Vote pour Fillon. Je te fais confiance. » L’échange du secret (celui du vote) a un effet psychologique qui se traduit par une forme d’enthousiasme à l’idée de satisfaire la confiance qui nous a été faite. La version pour psychologue.
  • Le pouvoir détenu sur celle qui nous a donné sa voix pourrait aussi être une des pistes à suivre. « J’ai tout pouvoir sur cette voix. » La version libidinale.
  • C’est un effet de sélection. Face à divers choix possibles, les mandants ont sélectionné celui ou celle qui apparaît la mieux disposée à voter. « Théo BOF ? Non. Léa MOUAIS ? Non. Cléo WAOUH ? Ah oui. » On ne donne qu’aux plus enthousiastes du lot. La version à ne pas oublier.
  • L’enthousiasme préexiste, et il est même à l’origine de la procuration. « Quoi, tu n’es pas là dimanche ? Voter c’est important. En plus Mélenchon il a le meilleur programme ! Sérieusement. C’est facile de faire une procu. Ca te prendra même pas 15 minutes. Tu vois, tu télécharges et hop. T’as plus qu’à aller au commissariat. Non, c’est facile. Je t’y emmène. Là oui, tout de suite ! » La version dispositionaliste.
  • Ce n’est qu’un effet de la composition socio-démographique du groupe des mandataires : un peu plus âgés, plus “cadres sup”, plus diplômés, avec un peu plus d’enfants… que la moyenne. Si l’on compare à composition égale, il n’y a plus de débordement d’enthousiasme. L’enthousiasme n’est ici qu’un mirage. C’est la version toute-chose-égale-par-ailleuriste.

Tant d’hypothèses à tester ! N’est-ce pas formidable ?
Vous pouvez lire l’étude (sans la mise à l’épreuve des hypothèses) sur https://www.enef.fr/les-notes/

Procuration, mobilisation

Au premier tour des régionales de 2015, 10578 Parisiennes et Parisiens ont votés par procuration (ils ont du trouver environ 10500 électeurs pour voter à leur place). Au second tour, ce sont 18104 personnes qui ont voté par procuration à Paris. Presque le double. Et comme il faut un nombre équivalent de personnes mandatées pour mettre le bulletin dans l’urne, ce sont environ 36 000 votes qui sont concernés par la procuration.
Cette augmentation des votes par procuration entre les deux tours ne sont pas réparties aléatoirement sur l’espace parisien. C’est surtout dans les bureaux de votes qui avaient déjà vu un grand nombre de procurations au premier tour que l’augmentation est la plus forte, mais on repère aussi que dans les arrondissement de l’Ouest (8e, 17e, 16e) le recours à la procuration avait été faible au premier tour, il est fort au second tour.
procurationsparisdiffreg2015

Les votes par procurations à Paris (régionales 2015)

Le premier tour des élections régionales de décembre 2015 a suscité relativement peu de votes par procuration (moins de 2% des votes exprimés). Mais la géographie parisienne des votes par procurations en décembre 2015 ressemble à celle des élections européennes de 2014 : plus de procurations au centre de Paris.

procurationsparisregionales1
cliquez pour agrandir

 

Il y en avait eu deux fois plus lors des Européennes de 2014 (mais elles avaient eu lieu le 25 mai, c’est à dire à un moment où il est agréable de partir en week-end dans sa maison de campagne).

procurationspariseuropeennes
cliquez pour agrandir

La carte des procurations lors des élections présidentielles et législatives n’est pas tout à fait la même : les procurations sont alors bien plus importantes à l’Ouest qu’à l’Est.

Le second tour des élections régionales devrait voir plus de procurations, si l’on en croit la presse (Le Figaro, Le Parisien, 20 Minutes) : il semble en effet qu’à Paris (mais aussi Toulouse ou Arras ou Ajaccio et Grenoble) de nombreuses personnes cherchent à établir des procurations. Il y en avait aussi eu beaucoup au second tour des présidentielles de 2002.

Et voici, comme autre point de comparaison, une carte similaire pour le premier tour des municipales de 2014 à Paris. Des petites différences se repèrent : certains arrondissements sans aucun suspens électoral (16e, 20e, 19e, 13e…) voient peu de votes par procuration.
procurationsparismunicipales

Journée d’étude sur les “virtuoses du vote”

Vendredi 14 novembre 2014, à partir de 9h, je co-organise avec Lucie Bargel (Université de Nice) une journée d’études sur les virtuoses du vote, celles et ceux qui non seulement vont voter, mais qui, en outre, votent « à leur manière » : dans une autre commune que celle de leur résidence, ou bien sans se présenter au bureau de vote, ou encore en ré-agençant les listes candidates.

Le programme-affiche en PDF est là.

Et le programme est aussi sur une page dédiée (avec les résumés des communications). Il y aura des présentations sur des pratiques aussi étranges que le “panachage” de listes (encore possible dans certaines communes), sur le vote blanc (qui demande une certaine virtuosité pour ne pas devenir un vote nul : un message comme “ceci est un vote blanc” en fait un vote nul), sur les votes en dehors du lieu de résidence, sur la procuration, etc… En s’intéressant au vote comme acte concret, acte matériel, nous allons revisiter ensemble ce que l’on appelle la compétence politique.

Le tout se tiendra au 59 rue Pouchet (75017 Paris), dans la toute nouvelle salle de conférences.

Le vote par procuration (au niveau de l’individu)

Après avoir analysé le vote par procuration à l’échelle du bureau de vote, tournons-nous maintenant vers les individus, les votants. Il est possible de travailler sur ces actes de vote car les listes d’émargement, pendant dix jours après les élections, sont accessibles à tout électeur. J’ai travaillé sur trois bureaux de vote parisiens après les municipales et les européennes.
Ces données sont riches : il est possible de déceler certaines des caractéristiques de celles et ceux qui ont recours à la procuration par comparaison avec celles des inscrits et des votants du même bureau de vote.
Mais comme la procuration implique deux personnes, le ou la mandant, le ou la mandatée (ou mandataire), commençons l’analyse par ce couple. Plus tard, nous nous intéresserons au sexe. Débutons par l’âge.
procuration-age
cliquez pour agrandir

Premier panneau : la différence d’âge entre mandaté et mandant est stable en fonction de l’année de naissance des mandants. Sur ce panneau, +20 signifie que le mandaté (né en 1954 par exemple) est plus âgé que le mandant (né en 1974 dans ce cas). Comme ni mandatée ni mandante ne peuvent avoir moins de 18 ans, les plus jeunes tendent à donner procuration à une personne plus âgée.
Deuxième panneau, avec les mêmes données : ici l’on s’intéresse à l’âge du mandaté en fonction de l’année de naissance des mandants.
Il me semble que l’on pourrait aisément distinguer deux types de procuration. Les plus nombreuses impliquent des personnes proches en âge : conjoints, frères-sœurs, amis… On les repère autour de y=0 dans le premier panneau, ou sur la seconde diagonale dans le 2e panneau. L’autre type de procurations implique des personnes éloignées par l’âge : enfants et parents probablement. Dans ce cas, mandaté et mandant sont bien différents : la procuration n’est, sur ce point, pas neutre.

Géographie de la procuration

Les votes par procuration, à Paris, lors des Européennes de mai 2014, ont été plus fréquents dans les arrondissements centraux.
procuration-europeennes-2014
[Alors que, lors des Présidentielles ou des Législatives, septième, huitième et seizième ont un recours plus intense que d’autres arrondissements… Petite modification, donc, à prendre en compte.]

La procuration au premier tour (Paris, municipales, 2014)

Centre et périphéries à Paris : le recours à la procuration fut peu important au premier tour des municipales. Il fut plus important dans les arrondissements centraux.
procurations-paris-municipales-t1
cliquez pour agrandir