Sociologie des prénoms

Pour quelles raisons le prénom que l’on porte dit autant de choses sur nous-mêmes… et sur les personnes qui nous l’ont donné ? Comment sont-ils choisis et utilisés ? Comment l’empire de la mode (c’est à dire des variations du goût socialement déterminé) a-t-il remplacé l’emprise de la parenté ? Pourquoi les « Léa » de maintenant seront-elles, demain, les « Mauricette » d’aujourd’hui ?
En deux siècles, le prénom, outil étatique d’identification, est devenu support personnel d’identité : le prénom de l’état civil est de plus en plus perçu comme exprimant le moi profond. Et en même temps la ronde des prénoms obéit à la mode : certains prénoms sont propres à une époque ou à une classe sociale. Les sociologues s’en sont donc souvent servis : au niveau macro-social pour étudier l’affaiblissement des identités religieuses, la dilution de caractéristiques liées à la migration ou certaines formes de ségrégation ; au niveau micro-social pour comprendre la répartition du pouvoir dans la famille ou le monde du travail à partir des usages quotidiens du prénom.

Références : Coulmont (Baptiste), Sociologie des prénoms, Paris, La Découverte, coll. “Repères”, 2011
ISBN : 978-2-7071-5778-2
n° de série Repères : 582 (Plus de précisions sur le site de La Découverte)
Disponible : sur amazon, decitre, fnac, ou dans une librairie indépendante ou dans une autre librairie indépendante.
Disponible aussi en version électronique sur cairn.info ou sur Google Books

 

Interviews sur la sociologie des prénoms :

 

Presse

Libération (22 juillet 2011)
Le Monde (24 avril 2012, changements de prénoms)
Le Monde (11 juillet 2012, prénoms et bac)
20 Minutes (15 juillet 2011)
Commerce international (juillet 2011)
20 minutes (30 mai 2012, changements de prénoms)
La Tribune de Genève (8 août 2012, prénoms suisses)
20 Minutes (édition suisse) (8 août 2012, prénoms suisses)
Le Parisien / Aujourd’hui en France (4 avril 2013, prénoms et bac)
Le Parisien (11 décembre 2013, noms et prénoms)
Libération (16 décembre 2013, noms et prénoms : fluidité et droit)
Libération (10 mars 2014, changer de prénom)

 
 

« Il est (…) très réjouissant de trouver de temps en temps des livres sérieux accessibles quand même au grand public qui ne fouille pas les revues souvent très spécialisées » Louis Duchesne, www.lesprenoms.net
 

« Un petit livre très riche, qui rend enfin disponibles les analyses très fines et profondes faites par les sociologues (…) » La Revue française de généalogie, octobre 2011, p.10
 

« Le prénom est à la fois contrainte et espace de liberté. Outre son originalité l’intérêt de cet ouvrage est d’éveiller la curiosité aussi bien celle du débutant que celle du sociologue ou de l’historien chevronné. » Jean-François Blanchard, Lectures.revues.org
 

« One of the (many) things I like about sociology is that it deals with such a variety of topics. Take first names, for instance, as very clearly explored by Baptiste Coulmont in his book, Sociologie des Prénoms. » The Global Sociology Blog
 
 

Solution au test de la page 68

En 2008, nombre de naissances

Prénom	Filles	Garçons
SOANE	50	34
SASHA	377	432
THAIS	622	32
NIL	24	46
MEDINE	58	32
MAELANN	25	25
MAHE	86	367
MADY	22	30
LOIS	123	311
EDEN	480	168

 
En 2011, nombre de naissances

Prénom	Garçons	Filles
Eden	581	529
Ely	31	32
Gwenn	22	14
Janis	21	36
Jasmin	15	5
Loann	142	42
Maelann	18	17
Mailey	9	14
Meryl	15	58
Tais	42	81

 

Sommaire (avec quelques liens)

Introduction

I / Le prénom saisi par l’État

L’invention du prénom
Fluidité des pratiques de nomination locales et fixation étatique – Autour de la Révolution
L’intégration des individus
L’émancipation des esclaves – Prénom et nation [blog] [blog]
Les évolutions récentes
La francisation [blog] – Le changement de prénom [blog] – La libéralisation du choix [blog] [blog]
Conclusion

II / Le prénom, un bien de mode

Comment le prénom est devenu un bien de mode
Du prénom hérité au prénom choisi – L’accélération du XXe siècle
Un jeu entre classes sociales [blog] [blog]
Le rôle de la sociabilité
Des goûts de classe imperméables ? [blog]
Une sociologie « endogénéiste » de la culture
Conclusion

III / Les usages sociologiques

Une démarche « durkheimienne »
Un indicateur du sexe
Les prénoms mixtes ou épicènes [blog]
Un indicateur de la structure de la parenté ou des changements dans la parenté
Le prénom et la sociologie de la famille – Un indicateur « anthropologique » de la parenté, les deuxièmes prénoms [blog]
Un indicateur de l’opinion publique
Un indicateur de l’intégration ? De l’assimilation ? De la discrimination ? [blog]
Les prénoms des enfants des immigrés – Reconstituer des populations à partir du prénom [blog]- Le « testing »
Un indicateur de l’appartenance religieuse
L’entrée en (nouvelle) religion – Religion : changer le stock des prénoms donnés aux enfants – Sécularisation et prénoms religieux
Conclusion

IV / Les usages sociaux des prénoms

« Choisir » un prénom
Une question de sociologie de la famille [blog] – Les enfants des couples « mixtes » – Le prénom et la personne
Les usages du prénom
Prénoms et moqueries [blog] – Un terme d’adresse professionnel – Famille et informalité [blog]
Nommer d’autres êtres et nommer autrement [blog] [blog] [blog]
Les surnoms – Les animaux domestiques [blog]
Conclusion

Conclusion / Une trace ambiguë