Categories

Archives

Billet

Publicités

Billet publié le 22/01/2005

Les associations dont le but est l’égalité devant la loi des couples de sexes différents et des couples du même sexe s’appuient en partie sur la presse pour diffuser leur message. L’une des tactiques est d’insister sur le caractère banal, quotidien, mais aussi responsable, non-menaçant des couples de gays ou de lesbiennes, en se concentrant sur leur conformité sociale. Ainsi cette publicité diffusée par le Human Rights Campaign, l’association nationale LGBT la mieux financée.
Publicité du Human Rights Campaign, novembre 2003
L’on a là Jo et Teresa, deux femmes, élevant trois enfants dans un cadre bucolique mais familial. Cette tactique vise à humaniser les couples du même sexe, et à souligner que les groupes défendant les “valeurs familiales” — c’est à dire s’opposant l’égalité devant le mariage — ont pour action de détruire certaines familles.
A cette tactique — qui cherche à illustrer le concept de famille gaie — s’oppose une autre tactique, qui cherche à impliquer une majorité (hétérosexuelle) silencieuse. Un groupe de l’Idaho, récemment, a diffusé, localement, cette publicité Publicité du groupe 'Your Family Friends and Neighbors', Idaho, 2005

dont le message, pas très subtil, pose que c’est l’insécurité familiale ou amoureuse des conservateurs qui les pousse à s’opposer à l’ouverture du mariage.


L'ordinateur vous recommande:

  1. New York Marriage
  2. De quoi “sociétal” est-il le nom ?
  3. Militants de la Bible
  4. Après le Canada
  5. Géographie
  6. Mon passage à la radio
  7. Justice Kennedy et les lois étrangères
  8. Janet T. Neff
  9. Télé 2 Opera…
  10. Politiques de l’alliance : les créations d’un rite des fiançailles catholiques

-->

1 commentaire

Un commentaire par cossaw (24/01/2005 à 10:11)

Dans le cas du premier, il est effecitvement important de faire remarquer que les familles “homoparentales” (je n’aime pas trop ce terme, mais passons), se sont pas différentes des familles “hétéroparentales” ; surtout dans le but de démystifier et de montrer qu’il ne s’agit pas de gens anormaux, dans le sens presque pathologique du terme.

Ne serait-ce pas, pour le second, la même stratégie qui avait conduit certains à estimer que les homophobes sont en réalité des gays, lesbiennes, voire trans non assumés ? Il s’agissait de dire : “je suis suffisamment confiant envers ma propre orientation sexuelle et ma propre identification à mon genre pour comprendre et accepter que d’autres n’aient pas les mêmes identifications que moi…” et autres concepts du genre… il y a certainement des personnes pour lesquelles c’est le cas, mais on imagine que ce n’est pas la seule et unique raison…