Categories

Archives

Billet

Recrutement

Billet publié le 26/04/2006

Nous avons, au département de sociologie de l’université Paris 8, outre des collègues qui écrivent dans Libération, un recrutement, pour un poste de maître-sse de conférences, sur un “profil fléché”, “rapports sociaux de sexe“. La procédure a commencé et les dossiers ont été répartis cet après-midi. Il fallait répartir quelques 90 dossiers de candidature (en deux exemplaires chacuns) à 16 rapporteurs (il y a deux rapporteurs par dossier).
Voici une photo “avant/après” :
Recrutements université Paris 8
mise à jour : les résultats de notre travail.

[yarpp]

11 commentaires

Un commentaire par LN (26/04/2006 à 21:00)

et c’est seulement maintenant que vous vous y mettez ? :-)
Je suis un peu surprise par les différences des procédures de recrutement entre scientifiques et littéraires, pour un truc gouverné par un même arrêté ministériel, logiciel, etc. Du coup le renseignement devient indispensable : bon courage aux outsiders…
Chez les scientifiques, lettres de recommandation et publicité maximale : on attend la visite des candidats au labo concerné, le calendrier est public, c’est le boulot du président de la commission de spécialistes de répondre aux sollicitations des candidats.
En lettres — entre autres bizarreries — tout est ultra-secret : j’ai essayé hier de savoir quel jour se tiendraient les auditions pour un poste de MCF sur lequel je suis candidate, eh ben c’est confidentiel…
Curiouser and curiouser.

Un commentaire par coulmont (26/04/2006 à 21:17)

Il n’était pas possible de répartir les dossiers avant : il fallait d’abord qu’ils soient envoyés et que l’université soit ouverte (voir ce texte : fermeture administrative de l’université).
Les dates ne sont en rien confidentielles au département de sociologie de Paris 8 (vous pouvez vous rapporter à une annonce publique. Le président de la commission de spécialistes répond aussi aux questions des candidat-e-s.
En revanche, les auditions préalables à l’audition finale sont interdites (que ce soit bon ou pas, c’est une autre question). Il n’est donc pas possible d’< < attendre la visite des candidats > > sous peine d’annulation de la procédure.
Vous devriez insister pour connaître la date des auditions aux postes où vous êtes candidate. Les associations de sciences politiques — si cela se trouvait être votre discipline — comme l’ANCMSP et l’AFSP recensent dates et composition des commissions.

Un commentaire par L'utopiste (26/04/2006 à 22:39)

A Strasbourg cette thématique fait l’objet de beaucoup de conférences… peut-être un candidat local dans le lot ?

Un commentaire par ln (27/04/2006 à 13:25)

“Les associations de sciences politiques — si cela se trouvait être votre discipline — comme l’ANCMSP et l’AFSP recensent dates et composition des commissions. ”
ça prouve bien qu’ils se prennent pour des scientifiques :-))
Et je n’ai pas non plus trouvé trace de composition des commissions : encore une vraie différence entre disciplines… (je suis en 22e section, histoire moderne et contemporaine).

Un commentaire par égalité des chances (15/05/2006 à 13:53)

Cher Baptiste,
Que j’ai bien rigolé lorsque j’ai vu la pile de dossiers AVANT/APRES. Quel dur labeur pour la pauvre commission…Tous les candidats (sauf les naïfs) et les ex-candidats devenus MCF savent bien comment se déroulent le choix des auditionnés. Un simple clic sur internet et l’on découvre que tous les auditionnés sont des locaux, ou appartiennent à des unités rattachées à Paris 8, à l’exception peut-être de Lapeyre. On remarque que 6 candidats sur 7 ont eu Mme Danièle Kergoat dans la composition du jury de thèse…avec tout ça votre photo AVANT aurait même pu comporter 6 milliars de dossiers ça n’aurait pas changé grand chose au résultat final. VIVE LA FUITE DES CERVEAUX

Un commentaire par coulmont (15/05/2006 à 16:07)

Merci de votre remarque et de votre travail de comparaison. Il faudrait aussi pouvoir compter combien de thèses où D. Kergoat était au jury étaient représentées à la sélection et n’ont pas donné lieu à une audition, combien de candidats “locaux” aussi sans être auditionnés. La spécialité de D. Kergoat étant liée au profil du poste (les rapports sociaux de sexe), il se comprend que certaines des thèses auxquelles elle a participée soient auditionnées (même si votre statistique sur le nombre d’auditionnés ayant eu Kergoat au jury me semble fausse).
Il faut alors souligner, ici, l’inégalité des candidats : certains jurys rédigent bien leurs rapports de thèse (on y lit un résumé de la thèse, ses points forts, ses points faibles, son architecture théorique, les débats intellectuels dans laquelle elle s’inscrit, etc…). Certains jurys rédigent au contraire des rapports insignifiants, ou mal construits, sans que l’on arrive à comprendre ce que le candidat a voulu faire de sa thèse. Avoir un bon jury aide beaucoup (je vous invite à demander à vos camarades leurs rapports de soutenance afin de vous faire une idée de l’inégalité).
De même, en ce qui concerne les unités rattachées à Paris 8 et les candidats, je vous serai reconnaissant de bien vouloir proposer une liste précise : Pruvost (EHESS) et Clair-Coale (Paris 5) n’y seraient pas, ni Lapeyre (Toulouse). Gardey… pas sûr. Certains autres ont fait leur thèse dans un laboratoire, le “GTM”, dont la spécialité est les rapports sociaux de sexe (qui est le profil du poste). Les auditionné-e-s ne sont pas des locaux.
Je peux aussi vous assurer que la sélection des dossiers s’est faite dans le respect des candidat-e-s. Un exemple : Systématiquement, les rapporteur-e-s ont refusé d’étudier les dossiers des candidats qui leur étaient connus (de part une présence à un jury, l’appartenance à un même labo…).
Nous avons passé cinq heures à discuter des mérites de chaque dossier (ce qui ne laisse, il est vrai, en moyenne que quelques minutes par dossier). Le résultat auquel nous avons abouti n’a rien d’une manipulation secrète (les rapports sont d’ailleurs consultables, et la procédure de consultation est décrite sur le site internet du département). J’invite les candidat-e-s à demander consultation de leurs rapports.
Si vous regardez, d’ailleurs, les 7 derniers recrutements au département de sociologie, depuis 2003, vous constaterez d’ailleurs qu’aucun n’était un-e local-e.

Un commentaire par égalité des chances (18/05/2006 à 17:03)

ET MON OEIL!!!!!!, sacré Baptiste et ça c’est quoi ???
http://www.senat.fr/rap/r01-054/r01-05435.html#toc181
pas de fumée sans feu.
Bon courage à votre candidat
B.B

Un commentaire par coulmont (18/05/2006 à 17:32)

Vous ne semblez pas avoir lu ma réponse, en me dirigeant vers un rapport du sénat sur le recrutement local. Je constate aussi que vous ne répondez pas à mes questions (évitant ainsi de rectifier vos propos…)
Bien entendu que le recrutement local existe (vous pouvez d’ailleurs lire à ce sujet les articles de Godechot et Mariot) ! et que les procédures de recrutement sont souvent obscures. Nous essayons justement à Paris 8 de soumettre cette procédure au regard public.
Et encore une fois, ce ne fut pas une candidate locale qui fut recrutée

Un commentaire par Laurence (19/05/2006 à 15:49)

Bonjour,
A propos de transparence et d’information à Paris 8 (dont je pense qu’elle est quand même réelle si je compare à ma propore université …): cela fait une semaine que j’ai demandé (par email après avoir essayé une fois par téléphone) si la commission s’était réunie pour le poste de MCF n°817 (section 20)et que je n’ai aucune réponse …. Il y a des départements plus transparents que d’autres ? ou alors est ce un pb de retard du fait des grêves etc. ? L.

Un commentaire par coulmont (19/05/2006 à 16:03)

Pour répondre à Mlle Laurence : Il y a en effet des départements plus transparents de d’autres. Le département d’anthropologie est quelque peu dysfonctionnel : Vous pouvez lire un résumé des conflits :
http://www.coulmont.com/blog/2005/02/01/anthropologies/
ou
http://www.coulmont.com/blog/2005/04/16/universite-fermee/

Un commentaire par Laurence (19/05/2006 à 16:34)

Merci Baptiste pour cette réponse rapide.
Je ne comprend pas qu’on puisse être encore aujourd’hui dans les vieux débats stériles de la sociologie versus l’anthropologie. Il me semble que le monde contemporain invite à(et rend possible) des regards croisés et complémentaires entre les deux disciplines …bref. Je ne veux pas m’étendre et je ne veux pas faire de bla bla … Encore merci pour cette information. L.