Categories

Archives

Billet

Du pain et des toys ? Le boulanger et son sex-shop

Billet publié le 14/01/2007

L’hostilité à laquelle sont confrontés les sex-shops est bien connue. Il n’est même pas besoin de revenir sur cet amendement voté la semaine dernière par les députés et visant à interdire en ville les lieux de ventes de godemichés. Il suffit parfois de lire la presse régionale. Ainsi, en avril 2000 :

Le Progrès – Lyon Samedi 8 avril 2000 Saint-Martin-en-Haut
Un sacré poisson d’avril S. P.
Aucun doute ! L’humour a toujours droit de cité à Saint-Martin-en-Haut. C’est ce qu’a voulu démontrer un petit groupe de joyeux lurons, commerçants de leur état, qui à l’occasion du 1er avril ont décidé de créer un poisson de taille. Tout a été minutieusement préparé : depuis les banderoles et affiches jusqu’aux tracts invitant à signer une pétition : ” Contre la création d’un sex-shop à Saint-Martin “.
Vendredi 31 mars, ils ont été envoyés par courrier ou distribués largement dans les boîtes aux lettres et le samedi 1er avril, jour de marché, un calicot apparaît sur l’ancien café ” Chambe ” indiquant : ” Prochainement, ouverture d’un sex-shop “. Scandale ! Le lieu découvert, il s’agit maintenant de trouver les instigateurs de ce coup médiatique.
Après moult tergiversations et suspicions sur l’identité de : ” Ceux qui ont osé “, petit à petit le rire a pris le dessus et c’est finalement un éclat de rire général qui l’a emporté. L’humour a repris ses droits, prouvant encore une fois que dans les Monts du Lyonnais, il ne faut jamais trop se prendre au sérieux et savoir savourer ces petites plaisanteries qui donnent un peu de piment à la vie des petits villages !

La blague fonctionne ici sur l’idée qu’en cas d’ouverture d’un tel magasin, des “riverains” pétitionneront.
Sex shop Saint Beat Boulanger Parfois, l’affaire est un peu plus complexe. Comme dans cette petite histoire locale, au fin fond de la Haute-Garonne. Dans un village d’à peine 400 habitants, Saint-Béat, le boulanger, en conflit avec le maire, a décidé d’ouvrir un sex-shop.

La double vie de Marc, boulanger et exploitant de sex-shop
dimanche 14 janvier 2007 – Le Bien Public
« Le petit bonheur d’Eva » attire curieux et vrais acheteurs

« Avec ce double travail, je suis passé de 9 heures à 5 heures de sommeil par nuit », résume, faussement contrit, Marc Lahon, boulanger à Saint-Béat (Haute-Garonne) et, depuis cinq mois, exploitant d’un sex-shop à quelques dizaines de mètres de sa boulangerie.
Désormais, du matin au soir, ce solide quinquagénaire passe en quelques enjambées du monde classique des couronnes et baguettes à celui, nouveau pour lui, des lingeries coquines, revues, films pornographiques, et accessoires égrillards allant de la salière phallique « pour épicer vos repas coquins » au « piposlip » brodé.
A la boulangerie de ce village de 400 habitants, « les clients rigolent parfois mais ne sont pas choqués », note Fabienne, la vendeuse, qui « préfère voir ça que des enfants assassinés ». Au départ, l’idée de cet élargissement original d’activités est née d’une seule volonté de l’artisan : embarrasser la communauté de communes, qui a entamé la construction d’un office du tourisme sur un terrain adjacent à sa maison, « à 90 centimètres de (ses) fenêtres et (lui) bouchant le soleil », selon ses dires.
La suite sur http://www.bienpublic.com/actu/france/20070114.BPA0136.html

L’affaire, amusante et exotique, s’est retrouvée dans d’autres organes de presse :

Ici, le boulanger vend du pain et du sexe, La Dépêche du Midi, 07/01/2007, Pierre Mathieu.

Mais que trouve-t-on au « Petit Bonheur d’Eva », dernier né du commerce de Saint-Béat, qui est plus souvent fermé qu’ouvert ? Pour le savoir, il faut attendre que la lumière s’allume, quand le boulanger a fini sa fournée et sa tournée. Car c’est bien le boulanger qui a ouvert le premier sex-shop de cette commune de 397 habitants, dont l’unique rue commerçante sinue le long de la Garonne roulant ses cailloux de montagne.

Au rez-de-chaussée de sa maison d’habitation, les mains encore blanches de farine, Marc Lahon ouvre la porte de ce qui fut une rôtisserie sur un modeste étalage de sex-shop : une vingtaine de dvd, des gadgets pour parties de strip-poker, d’autres accessoires pour tromper la solitude et une douzaine de magazines sous film plastique… « C’est moi qui les ai recouverts, les clients les feuilletaient, mais on n’est pas à la bibliothèque ici », assène le boulanger, qui se fournit sur internet et ne sait pas toujours ce qu’il vend. « L’autre jour, un bonhomme m’a acheté un truc comme ça », raconte-t-il en ouvrant une boîte de carton… Il éclate de rire en comprenant ce qu’elle contient : un faux vagin en caoutchouc rose.
suite de l’article

Il va sans dire que le journal de 13h de TF1 [fichier .mov], toujours à l’affût des petits commerces en crise, a dépéché un journaliste (de même, il faut le signaler, que France3 Midi-Pyrénées) :
Sex shop Saint Beat Boulanger
Reportages au format .mov : le boulanger et son sex-shop

Marc Lahon Boulanger photo Eric Cabanis (AFP/AFP)L’utilisation du sex-shop comme outil de pression dans le cadre d’un conflit local me semble être un cas inédit. Elle montre bien le caractère illégitime du magasin, l’idée qu’il est doté d’une capacité de nuisance intrinsèque : “Vous m’embêtez ? J’ouvre un sex-shop !” Il est fort possible que, dans d’autres conflits, ce sont d’autres installations nuisibles qui ont été choisies (élevages de porcs, déchetteries…), mais je n’ai pas d’exemple en tête. Il est aussi fort possible qu’Erving Goffman, le grand sociologue américain, y aurait vu un usage intéressant d’une forme de “stigmate” (retourné, valorisé ou détourné) utilisé dans un but politique, par un non-détenteur originel du stigmate [et, notons-le, qui est déstigmatisé par les journalistes, qui précisent que le boulanger n’est pas un “obsédé sexuel”].
Cette petite affaire est-elle autre chose qu’anecdotique ? Elle montre aussi — par l’exemple — que l’effort de zonage des sex-shops qui prend appuis sur les écoles (pas de sex-shops à moins de 100 mètres — bientot 200 mètres — des écoles) ne fonctionne qu’en zone densément peuplée et est voué à l’échec dans les petites communes sans école.

Mise à jour (26 janvier 2007)

Mise à jour (19 mars 2007)


L'ordinateur vous recommande:

  1. Notre belle université
  2. Alabama, encore et encore
  3. Il en faut bien un…
  4. Les femmes et les sex-shops
  5. France Culture : Guerres culturelles américaines
  6. Dans “Ouest France”
  7. Sociological studies of the ex-gay movement
  8. France3 – sex shops
  9. Sociologue et freakonomie
  10. Chose utile : Actes de la recherche en sciences sociales sur persee.fr

-->

13 commentaires

Un commentaire par Phil2en1 (15/01/2007 à 19:37)

Sachant qu’il vient de Saint Béhat, l’histoire de ce boulanger est encore plus belle ! Merci.

Un commentaire par lecat (22/01/2007 à 11:33)

super !! protestons avec humour , mais protestons ns sommes trop explotés!!!!!!!
j´aimerais avoir le telephone de ce boulanger . je suis en espagne ( Tenerife ) et ns est parvenu aussi cette affaire ,ciao a bientot patriclecat (à) hotmail (point) com

Un commentaire par Baptiste Coulmont (22/01/2007 à 12:18)

Désolé, mais je n’ai pas le numéro de téléphone du boulanger !

Un commentaire par sebastien (24/01/2007 à 16:07)

et bien j espere et je suis certain que son nouveau commerce va marcher …..voila un homme comme j aime.

Un commentaire par lahon marc (24/01/2007 à 18:35)

Bonjour cher monsieur, l’homme dont vous parlez c’est moi!
Je suis boulanger et je tiens ce sex-shop je sais bien que c’est incroyable mais faut se battre dans la vie il faut se défendre! je suis disponible au 06.83.10.95.90 le soir et le 05.61.79.40.94 a partir de 17h00 voila
merci monsieur de vos encouragement

Un commentaire par lahon marc (24/01/2007 à 18:37)

Rebonjour demain le 25 janvier 2007 regardez morning café de 7h a 9h. Je passe en interview sur morning café sur m6 on m’a payé un baptême de l’air car j’avais jamais pris l’avion de ma vie
bon allez à +

Un commentaire par Baptiste Coulmont (24/01/2007 à 19:00)

Très bien, je vais regarder cela et mettre ensuite la vidéo sur le site !

Un commentaire par lahon marc (24/01/2007 à 19:52)

Merci baptiste c’est très sympa!
Il faut parler du boulanger pour qu’il soit connu dans le monde, car on n’en trouvera pas deux come lui!!!! lol

Un commentaire par lahon marc (25/01/2007 à 19:21)

excuse-moi baptiste mais le reportage a été reporté pour le 26 janvier 2007 à 7h35
on m’a prévenu au dernier moment que c’etait reporté merci

Un commentaire par Baptiste Coulmont (26/01/2007 à 8:48)

L’interview au “Morning Café” est au dessus, et elle est aussi ici sur dailymotion

Un commentaire par belou (31/01/2007 à 11:35)

J’ai l’impression que l’on passe à côté de quelque chose là.
Pourquoi avoir ouvert un sex-shop comme moyen de protestation?
Est-ce que le sexe est à ce point problèmatique qu’il est utilisé comme moyen de pression au même titre qu’une pétition?
Est ce que la construction de l’agence de tourisme est mise à mal?

Un commentaire par lahon marc (19/02/2007 à 16:05)

Oui c’est un moyen de protestation et puis dans les montagnes ilse sotent entre cousins ils sont un peu gaga.
Ils ont les memes tetes que les dalton.
c’etait le seul commerce qui pouvait embêter le maire et la communauté des communes.!!!!!!!

Un commentaire par lahon marc (21/02/2007 à 20:01)

La commune de saint béat n’a pas le courage d’affronter le boulanger en face elle a donné le terrain a la communauté des communes des que l’affaire a commencé à chauffer.
Comme solution le boulanger souhaite devenir maire pour remettre tout le monde en place et faire comprendre la colère et pour faire de la pub pour ce village qui se trouve juste à côté d’une station de ski et d’une usine de marbre