Categories

Archives

Billet

Blocages à Paris 8

Billet publié le 13/11/2007

Quelle est la situation à Paris VIII ? Grève ? “Blocages actifs” ? grève active ?
Compte-rendu de l’AG du 12 novembre 2007 sur le site “Contrepoint” :

« C’est dingue, je ne pensais pas qu’on serait aussi nombreux ! » glisse un membre du bureau. « Pour le CPE, on n’était rarement plus de 400 aux AG » poursuit-il.

Pendant ce temps-là, au département d’anthropologie… et au département de sciences politiques… :

L’AG du lundi 12 novembre a voté le blocage des cours à partir de demain matin, et l’occupation permanente à partir de demain soir. C’est plus que jamais le moment de prendre part au mouvement, et c’est pourquoi le département de science politique propose pour le mardi 13 novembre un programme étoffé

(avec, notamment, un atelier “désobéissance civile”)
Une petite vidéo permettra, aux absents aux AG, de prendre mesure de l’atmosphère :


Paris 8 ag
envoyé par pyoupe

Cette vidéo a été trouvé sur un autre article de Contrepoint : “AG difficile à Paris 8” :

Les étudiants de l’université de Saint-Denis ont voté le blocage et l’occupation de la fac demain après une assemblée générale mouvementé. Les étudiants de Paris 8 s’étaient donnés rendez-vous ce lundi dans l’Amphi X afin de décider de la poursuite de la grève contre la Loi Pecresse. Ayant réuni plus de personnes que prévu (environ 500 personnes), l’assemblée générale s’est poursuivie dans le Hall du l’UFR de psychologie.
En italien… un étudiant raconte l’AG :

Più di mille ragazzi, riuniti in cerchio. Ed io con loro. Oggi gli studenti dell’università Paris 8 – Saint Denis, si sono riuniti per votare sulla possibilità di occupare l’ateneo, contro la riforma universitaria proposta dal governo Sarkozy.

Le 9 novembre 2007, la semaine dernière, le Conseil d’Administration de Paris 8 Vincennes – Saint-Denis pren[ait] acte de l’existence d’une importante mobilisation des étudiants et des personnels :

Le CA estime que la faiblesse des concertations avec l’ensemble de la communauté universitaire quant à l’avenir de l’Université a conduit à l’adoption dans la précipitation d’une loi à laquelle nous avons dû exprimer notre opposition.
Elle (sic sic? “notre opposition” ?) invite l’ensemble de la communauté universitaire, à Paris VIII comme au-delà, à se saisir du débat engagé et tient à exprimer sa communauté de vue avec l’essentiel de la mobilisation en cours, notamment dans son exigence d’abrogation de la Loi.

Un étudiant, Sens Liberté écrit :

En Grève !!!
Pour protester contre l’instrumentalisation des jeunes diplômés.
Pour lutter contre la privatisation du savoir.
Pour se défendre de l’américanisation du système social Francais.

Un étudiant en master de sociologie à P8, connu aussi sous le nom de DirtyDenis écrit :

Howard Becker (…), observant l’activité d’une équipe médicale essentiellement composée de secouristes et prenant en charge les petits soucis de santé des spectateurs de concerts dans le San Francisco de la grande époque, découvrit que ceux-ci s’occupaient, en fait, de toute autre chose que de donner des soins. Il constata que : ” les bénévoles (…) pour la plupart célibataires, étaient toujours en quête de l’âme soeur. Etre bénévole dans ce cadre, ça revenait à aller à une grande fête, à voir sur scène quelques-uns de vos groupes préférés, avec bière et repas gratuits, en compagnie de nombreux jolis jeunes gens et de nombreuses jolies jeunes femmes avec qui vous saviez que vous aviez déjà certains goûts en commun.
Certes, le spectacle des AG est incommensurablement plus ennuyeux que celui des concerts organisés par Bill Graham. Pourtant, on y trouve des opportunités du même ordre, et une occasion unique d’assurer une socialisation qui dépasse les cadres de la routine quotidienne. Si l’on retient une telle hypothèse, il devient impérieux de participer à au moins une grève au cours de son cycle d’études, lequel dure le plus souvent entre trois et cinq ans ; il faut donc à la fois remercier le ministre qui founit cette occasion, et se précipiter pour la saisir.
Le mouvement offre une opportunité unique d’expérimenter la vie pour de vrai, de trouver un semblant d’autonomie, de vivre une expérience éloignée du cadre scolaire, à un âge où l’on n’a pas connu grand’chose d’autre. Dans la confrontation au réel, on prête aux plus déterminés l’intention d’aller, demain dès l’aube, vérifier sur le terrain les vertus oubliées de la solidarité étudiants/travailleurs en bloquant les voies de la SNCF : ça risque d’être chaud ; ça sera, à coup sûr, formateur.


“Contre la professionnalisation des études…” Quelques photos sur flickr

Ailleurs : Le forum “mobilisationP8” plein d’informations…


L'ordinateur vous recommande:

  1. Grèves universitaires
  2. Après les manifs, expression personnelle
  3. CPE et Paris 8, suite
  4. Quart de siècle… Provinces… et livre
  5. Grèves et CPE : Paris 8
  6. Paris 8 : revue de blogs
  7. Mouvements sociologiques
  8. Fermetures universitaires
  9. Ici Paris, 4 mai 1971
  10. Liberté de culte

-->

7 commentaires

Un commentaire par Denys (13/11/2007 à 18:51)

A vrai dire, je ne suis pas sûr que DirtyDenys et moi, ce soit la même chose.

Un commentaire par lore (15/11/2007 à 12:05)

600 personnes sur combien? Nous demandons un referendum et que Tout le monde vote (pensez à des urnes dans le hall de la fac), soyez plus intelligents qu’eux , cela va vous faire du tord….si cela n’a pas commencé.

Un commentaire par Raph (17/11/2007 à 5:39)

Salut tout le monde. Comme certains je suis timide et la foule m’impressionne. Je préfère écrire que parler, le rendu étant plus propre. Je suis étudiant en première année de ciné et cette loi Pécresse me touche beaucoup. Je la trouve odieuse. je refuse de perdre une classe moyenne qui existe encore, et je refuse que l’art se perde ou qu’il ne montre, au mieux, plus que sa propre misère. Non à la vie d’art triste. non à l’élitisme.

Je crois vraiment qu’il faut bien séparer deux choses quant au déroulement de notre lutte, afin d’optimiser l’efficacité de celle ci.

La première: agissons en temps et en heure. La loi Pécressea a de l’avance, on a du retard. Surtout quand le parlement pond des lois et des réformes à coup rapides, surtout qu’on lutte contre une loi qu’une autre a déjà recouverte ( volontairement, sans doute). Alors pour ne pas que ses lois soient comme des miettes que l’on jette aux poules pour les faire s’agiter, pour ne pas que l’on perde le nord, il faut faire vite. Le président a conscience qu’il nous prend de vitesse, car il en joue de main habile ce salaud.

La seconde: Il faut cibler l’action sur des points stratégiques, chose déjà suggérée par la plupart d’entre nous, c’est vrai. D’ailleurs le blocage de gares fait partie des bons outils de pression. Mais à entendre les infos, à souffrir l’arroguance bornée d’un sarko sourd aux gens, tout ouie aux grandes ambitions (personnelles), on se rend bien compte que dans l’ensemble notre ciblage n’est pas assez efficace.

Je vous invite à réfléchir, dans les plus brefs délais, aux moyens d’action à l’encontre de cette loi afin de la mettre au tombeau. Ecrivez vos idées, gardons les meilleurs.

Mon idée à moi est qu’ Il faut toucher juste, qu’il faut paralyser l’engrenage législatif qui pond à tout va. Coincer sarko (qui est si friand de libertés ) en agissant sur le bon déroulement de sa vie quotidienne le ferait réfléchir et s’intéresser à nous tout à coup. C’est de lui dont dépend l’avenir. Notre président a beaucoup trop de pouvoir, tout passe par lui. Ainsi c’est à lui qu’il faut s’intéresser, particulièrement. Sans usage, à priori, de la violence, et en gardant fermement à l’esprit les règles d’un combat rationnel…je crois que ce n’est pas en bloquant les facs que l’on bloque un président . Ne restons pas dans notre camp les amis!!!

Il s’en fout des facs, il s’en fout des gens ( des gens moyens.)
Le métro est bloqué? Il ne le prend pas.
Il y a des manifs? Et alors…
Il y a les trains…c’est vrai. Les voies sont bloquées. Ca c’est un peu chiant. C’est vrai que ça fout un peu bordel..” Mais après tout., doit-il se dire, j’ai le temps. Mon équipe n’est pas en grève, mes déplacements ne sont pas entravés, j’ai doublé mon salaire…donc ça va bien, plutôt. Présidence…belle réussite personnelle. Incontestable. Grèves et violents coups de gueule populaires ne sont que les reflets flateurs, un peu maladroits peu être, de ma singularité et de la crainte qu’elle inspire”.
Mais la grève ça coute des sous à l’Etat. Je crois que pour l’allure il se proclame chef de l’Etat, mais que pour les sous il ne le proclame plus. Il a déjà assez de sous pour lui jusqu’à la fin de sa vie. Ce n’est pas son problème, c’est le nôtre.

Tout ça pour dire que le président ne changera pas d’avis, car les pressions sociales ne font pas partie de sa vie, elles secouent le peuple et non l’Elysée. Au pire sa côte de popularité prend comme un peu de cachet, cachet de l’homme au poing ferme et viril.

ll ne changera pas d’avis? Et si pour l’amour de l’art et le regret de l’élitisme, on se lève d’entre les foules pour oser troubler le panache du président, qui je sens est un point tout à fait sensible allant de pair avec son ambition maladive? Si l’on heurt son égo, en gardant à l’esprit que les restes de notre démocratie nous serviront d’armure? Si face au dictateur on proclame le vote, si face au doux parleur on fait trembler les mots? Si on ose…en raison de cause, en connaissance de loi, agir sur son orgueil de roi, il se peut qu’au lieu de paraître indigne, il préfère céder en gardant le panache. Car son image dépend de nous. ne l’oublions pas car c’est par ici qu’on pourra le tenir et venir jusqu’à lui.

Un commentaire par Boris (19/11/2007 à 23:31)

Raph, t’est défoncé?

Un commentaire par Soun (26/11/2007 à 15:23)

Défoncé? Drole de commentaire. Quelqu’un de défoncé aurait du mal a comprendre le discours de Raph (quoi que…) quelqu’un de lucide y vois une belle demonstration du desespoir actuel de la France. Notre pays est mal dirigé, voila tout. Quand à l’assaut des réformes dites “du changement” de notre Sarkozy omnipotent, d’une part qui à dit que le changement servait le “mieux” et d’autre part on voit clairement que le chemin suivi par notre gouvernement est le chemin du privilège pour le privilegié. Nous sommes en face d’un gouvernement intelligent (à l’exception de R. Dati, je vous l’accorde), mais encore une fois l’intelligence n’est pas synonyme de vertu.

Je voudrais simplement dire que notre malheur actuel n’est pas d’avoir un mauvais président mais plutot de devoir subir l’affront qu’il nous fait d’essayer de nous monter les uns contre les autres. Dans quelque temps, le Francais lui-même n’aimera pas l’autre Francais; la population se divise et ne comprend pas que son sort est enter ses mains et préfère lutter contre son voisin conducteur de train en portant un message “non à la grève” dans le dos, sur son vélo en allant au boulot.

Non à la betise…

Un commentaire par Thibault (28/11/2007 à 5:01)

Je ne suis pas d’accord avec les blocages, c’est la démonstration évidante d’un manque certain de civisme et de liberté d’éxpression où est-elle dans ce cas? Quand aux idiots qui me repondent, à la question pourquoi ne feriont nous pas un vote à bulletin secret, on me repond avec courtoisie que c’est le mode de scutin des patrons ou encore celui de sarkozy ou la meilleur : non, ça affaiblirais le mouvement!!! pourtant ce system c’est démontré utile, honnéte et democratique (aparament un concept flou et hasardeux pour des personnes agissant aux nom de la démocratie…). Comment peut ont bloqués une fac avec une minorité des éléves?
De plus où est le probléme de donné la possibilité à nos chéres université francaise d’être compétitive? si les entreprise peuvent insuflés des fonds financier suffisant pour payé de nouveaux cours, de nouvelles classes, de nouveax locaux; moi je dit oui.
Enfin une bonne iniative du gouvernement qui donne des solutions à un probléme grave, qui est la devalorisation des universités francaises. Les étudiants comme les actifs (ou non d’ailleurs) s’opposent sistématiquement à chaque proposition de lois, CPE et maintenant LRU. C’est n’importe quoi, vous voulez des changements mais vous ne faite rien pour.

Est ce qu’il est juste de faire payés les plus favorisé, alors que eux aussi travail gagne leur argents et ont le droit dans profité, (une etudiante m’as prit à part et m’as dit qu’il est normal que quelqu’un qui gagne 20 000€ par moi doit payé 10 000€ par moi d’impots. C’est nimporte quoi! pourquoi n’aurait-il pas le droit de prifité de son argent alors qu’il travail plus de 70H par semaine et se créve le cul aus boulots pour les autres?) il ne faut pas être egoïste mais, il ne faut pas poussé le bouchon trop loin, ce n’est que justice de rétablire le plafonds des impots et de la fortune.

Mais un jour le rapport de force qui s’éxerce sur les fac entre bloqueur et anti-bloqueur va bientot s’inversé il y’as un raz le bol massif de ceux qui se font avoir dans cette histoire. Le principe étant qu’ils ne se privent pas d’utilisé la force alors que nous, nous refusons de le faire. Une position de force pour une position de faible. Nous aussi nous pouvons utilisé la force est passé ces barages minable, investi par une cinquantaine de couillons qui ont envie de perdre leurs anné.

Vous etonnez pas qu’ils soient aux chomages lorque nous conduiront une mercedes, on à rien sans rien. il faut savoir ce battre pour avoir ce que l’on veut. Augmentation du SMIC = travail plus ou est leur droit de demandé plus en travaillant autant? c’est vraiment une mentalité de flaimare.

sur ceux, j’éspére que la fac sera ouverte demain.

Un commentaire par Soun (28/11/2007 à 17:31)

Mon cher Thibault, il va falloir ouvrir les yeux et te rendre compte que tout les éléments qui demontent ton argumentation pompée dans les medias et les discours de notre gouvernement sont sous ton nez. Tu parles de flegmardise, eh bien je te mets au defis de me demontrer que les francais sont des flegmards. Quand tu sais que les cheminots cotisent 12% de plus que nous pour financer leur retraite spéciale qu’on veut leur sucrer maintenant, et dnas certains cas apres 30 ans de travail (avec les points chomage et la tres limitée possibilité d’augmentation dans une carriere), je pense qu’il y a de quoi prendre peur et de le montrer.
Tu parles de démocratie, laisse moi juste te rappeler que la démocratie est née dans la force et dans l’opposition… et dans une ECRASANTE minorité de la population (en gros quelques milliers de personnes et à Paris uniquement). Pour ma part, j’aurais bien voulu remercier cette minorité pour ce qu’elle nous a apporté.

Tu parles de “travail” et tu fais aucune nuance. Penses tu vraiment que le cadre d’entreprise se tue a petit feu autant que le mineur dans sa mine? Eh bien voila, tu as le concept de retraite a regime spécial entre les mains.

Quand aux impots, le probleme est simple: tout le monde en france paye des impots à l’Etat. On enleve beaucoup d’argent, d’ailleurs, a tout les travailleurs (patrons et salariés). En quoi ceux qui gagnent beaucoup devraient beneficier de reduction bien plus importantes que ceux qui gagnent peu.

Je pense que la crise vient des gens comme toi, des gens qui se font utliser par ce/ces gouvernements malhonnetes et qui prereferent se retourner vers ses propres voisins par manque de reflexion et manque d’humanisme et peut etre surement bercé dans le piege grossier de la toute competitivité, de la concurrence et du marché. Mais laisse moi juste te dire que tout ceci n’est qu’un système, ce n’est pas un Principe, il n’a pas de regles… Alors attention.