Categories

Archives

Billet

Mouvements sociologiques

Billet publié le 24/11/2007

Le Caliméro de la “sociologie” française m’avait, il y a deux ans, envoyé une lettre (il m’avait inscrit sur une liste noire après avoir vu mon nom sur une pétition) :

Madame, Monsieur,
Vos nom, grade et qualité figurent sur une liste invraisemblable, protestant, en un même mouvement, contre le manque de parité au C.A. du CNRS, et contre ma nomination à ce même conseil. Ayant pris le temps de la réflexion, il me semble que cela pose quelques questions.
Est-ce bien “scientifique” de faire une confusion entre deux choses qui mériteraient d’être distinguées ?
Les débats intellectuels peuvent-ils se régler à coup de pétitions?
Que cache ce harcèlement à mon encontre ?

Depuis, ce professeur ensorbonné continue d’être harcelé : après avoir été nommé au conseil d’administration du CNRS, il a été nommé, avec plusieurs de ses camarades, au Conseil National des Universités, section 19. Le monde entier lui en veut, et surtout Pécresse.
D’ailleurs, preuve encore, même les doctorants lui en veulent : ils sont 151 (Cent Cinquante Et Un) à s’être inscrits avec lui, d’après le Fichier Central des Thèses (Merci L.C. !) ! Cent Cinquante Et Une personnes (plus Germaine Hanselmann non référencée), presque une tribu… Certainement, ces doctorants le harcèlent, car les encadrer prend du temps … Et son encadrement donne naissance à de très bonnes thèses, “très honorables” dirai-je… Mais le harcèlement continue ! Au Conseil National des Universités, le CNU, ses doctorants étaient jugés non-qualifiables. Mauvais. Leurs thèses, bien que très très honorables, ensorbonnées elles-aussi, ne passaient pas la barrière. Et pourtant il était le recordman des directeurs de thèses, avec 11 docteurs demandant la qualification entre 2005 et 2007. La solution, consistant à faire partie de la commission avec quelques amis, afin de résoudre les problèmes en aval plutôt qu’en amont… s’imposait. Et elle avait été, dès 2005, programmée par Caliméro (notamment dans ce texte sur la grippe, lire avec attention la note n°2, tout en bas).
L’outrage fait à la discipline à laquelle j’appartiens est immense : non content de faire soutenir des thèses d’astrologie (“faire soutenir” est une de ses expressions), il souhaite faire croire qu’elles sont de bonnes thèses de sociologie… et il représente, auprès du ministère de la recherche, la sociologie.

*
*   *

La L.R.U. parle un peu (beaucoup) du recrutement des nouveaux employés du Président de l’université. Je ne sais pas si les mutations sont mentionnées. Recruter quelqu’un à la mutation est, pour le moment, un peu complexe : les auditions sont interdites, mais on peut “rencontrer” les candidats et candidates… Les classements sont impossibles (et l’on doit donc s’assurer que la personne recrutée à la mutation prendra le poste).
Il existe un autre mode de mobilité, les “échanges de poste”. Imaginons qu’une sociologue de l’art à Metz souhaite rejoindre son amie à Nantes, et qu’un sociologue de l’art de Nantes souhaite migrer vers Metz… il est tout à fait possible que ces deux personnes s’entendent pour s’échanger leurs postes, et cette décision peut être acceptée par les universités de départ et d’arrivée. Mais comment prendre connaissance de ces désirs de mobilité ?
Les Mathématiciens français pratiquent ces échanges grâce à la Machine Ouverte aux Universitaires qui Veulent Echanger :

Il s’agit donc ici d’aider les enseignant-es ou enseignants-chercheurs à effectuer dans les meilleures conditions le rapprochement géographique qu’ils souhaitent, et ce, en globalisant l’information au niveau national.

Et cela marche !! :

2007 : quatre résultats à mettre au crédit de MOUVE, à notre connaissance : une permutation s’est opérée en début d’année entre 2 MCF 28, entre Paris et Marseille, et trois autres à la rentrée : 2 MCF 64, entre Bordeaux et Nice ; 2 MCF 30 et 63, entre Bordeaux et Paris ; 2 MCF 26, entre Montpellier et Paris.
2006 (année faste !) : pas moins de NEUF permutations ont abouti grâce à MOUVE :
2 MCF 27 entre Montpellier et Paris, 2 MCF 25 entre Poitiers et La Réunion, 2 MCF 26 entre Toulouse et Lyon, 2 MCF 71 entre Lyon et Grenoble, 2 MCF 25 et 28 entre Paris et Grenoble, 2 MCF 26 et 28 entre Montpellier et Grenoble, 2 PRAG entre Grenoble et Marseille, 2 MCF 66 entre Paris et Nice, 2 MCF 65 et 66 entre Marseille et Montpellier

Et les “mouvements” peuvent se faire non seulement entre deux personnes, mais aussi en cycle, entre 3 ou 4 MCF…
Pour l’instant, très peu de disciplines des sciences sociales s’y sont inscrites. Mais j’invite tous les sociologues souhaitant bouger à s’inscrire au MOUVE, ou à consulter les offres. C’est tout simple. Les pages sont protégées par un mot de passe, afin que le Grand Oracle Omniscient qui Groupe Les Enseignants (G.O.O.G.L.E.) n’indexe pas cette base de données, mais le login est « mouve » ainsi que le mot de passe.
Essayer de mouver avant l’application de la LRU est peut-être une bonne idée…

*
*   *

La Tribune du Plaisir - Godes MaisonMes recherches se diffusent peu à peu. Dernièrement, c’était dans La Tribune du plaisir (n°5, novembre 2007), un magazine échangiste et pornographique. J’apparais dans un article intéressant — mais trop court… — consacré aux “godemichets faits maison”. J’avais connaissance du design vernaculaire pratiqué par des groupes féministes ou queer qui proposaient des ateliers de création, je ne connaissais pas d’autres facettes (petits artisans comme ce menuisier berlinois…). Sur une échelle de légitimité professionnelle, ce magazine est probablement situé tout en bas (absence de comité de rédaction ?). Plus haut sur l’échelle, probablement, la revue Area [ arearevue)s( ]… (n°15), une publication d’art et de réflexion sur l’art, dans laquelle je suis interviewé.


L'ordinateur vous recommande:

  1. De tout pour faire un monde. Dix ans d’enquêtes sociologiques
  2. Quand s’arrêter ?
  3. Une deuxième vague
  4. Faire semblant de travailler…
  5. Aller au CNU ?
  6. Une édition “de classe exceptionnelle” !
  7. Sociologie de l’autolib
  8. Le noyautage
  9. L’Autolib’, révélatrice de la sociologie postmoderne
  10. CNRS

-->

16 commentaires

Un commentaire par Denys (24/11/2007 à 16:32)

Ah sinon, y’a encore du boulot :

Regex ID: 15845 (Florez) appears to be an invalid regex string! Please fix it in the Blacklist control panel.

Warning: Cannot modify header information – headers already sent by (output started at /home/-/public_html/vordpress/wp-content/plugins/SK2/sk2_util_class.php:208) in /home/–/public_html/vordpress/wp-comments-post.php on line 67
(…)

Warning: Cannot modify header information – headers already sent by (output started at /home/–/public_html/vordpress/wp-content/plugins/SK2/sk2_util_class.php:208) in /home/–/public_html/vordpress/wp-includes/pluggable.php on line 391

Mais bon, tant qu’on peut poster.

Un commentaire par Denys (24/11/2007 à 16:29)

Alors, il faut deviner de qui il s’agit. Ah, “presque une tribu”, trop facile, même moi, j’y arrive. (bon, quand “astrologie” apparaît, on a déjà cessé de jouer).
Il est pas tellement ensorbonné, d’ailleurs, en tout cas pas à l’originelle, Paris IV, et même pas à celle de Boudon.

Un commentaire par Baptiste Coulmont (24/11/2007 à 16:57)

> Merci pour le signalement… Mais je n’arrive pas à trouver où ces messages d’erreur apparaissent !
> Pour la Sorbonne, c’est lui qui signe ainsi sa lettre “Professeur en Sorbonne”… Et le but n’est pas de deviner : si son nom n’apparaît pas, c’est pour que google ne l’indexe pas.

Un commentaire par RF (24/11/2007 à 18:41)

Grosse Fatigue a fait pareil en ôtant la double consonne dans son nom de famille.

Un commentaire par christian Pihet (24/11/2007 à 21:08)

“ils sont 151 (Cent Cinquante Et Un) à s’être inscrits avec lui, d’après le Fichier Central “…
Si je comprends bien, il est une école doctorale à lui tout seul.
Ce n’est pas sérieux et tend à discréditer la fonction d’encadrant. On imagine bien les sous-traitances que ce chiffre suppose. Les relations de clientèle et de subordination qui sont mises en place. Et surtout on peut craindre pour les thésards les frustrations, les aigreurs, les rivalités de cour et les jalousies qui découlent de cet encadrement.
C’est bien sûr tout ce système finalement assez contre-productif ( cf le faible nombre de qualifiés évoqué dans ce cas) qu’il faudrait changer et qui si cela avait été fait, n’aurait peut-être pas autant assombri l’humeur de Xavier Dunezat…

Un commentaire par clic (24/11/2007 à 21:19)

Il faut quand même remercier M**** [censuré]. Parfois, quand je suis triste et que rire et chanson ne passe pas, je reprends des bouts de la thèse de [Hanselmann]. L’effet est radical. En fait, jusqu’à ce que je tombe sur des extraits, je ne pensais pas que c’était aussi mauvais que ça… mais surtout, je pensais pas que ça pouvait être aussi drôle… en tout cas, moi, j’adorerai avoir la version originale, parce qu’une thèse de sociologie où on peut lire des trucs comme ça, ça ne peut provoquer qu’un mélange de répulsion et fascination… et une franche hilarité:

“une question primordiale apparaît être la suivante : faut-il voir dans l’approche astrologique une émanation de l’Absolu qui, bien qu’éloignée des religions révélées, serait une tentative humaine pour appréhender, à travers l’ordre cosmique conçu par un Dieu créateur, la manifestation d’une transcendance ? Ou bien doit-elle être considérée comme le code explicatif et immanent d’une influence astrale purement physique, phénomène à rapprocher des sciences de la nature ? Et dans ce cas, quelle serait la source ontogénétique de cette miraculeuse adéquation universelle, le primum mobile ? La réponse à cette question ontologique ne peut qu’être individuelle, car elle se place hors du domaine de la Raison pure, dans celui de l’indémontrable.”

Un commentaire par Etienne (24/11/2007 à 21:37)

Tu voulais sûrement dire “Lire avec attention la note 1″…quel plaisantin!

Un commentaire par Baptiste Coulmont (24/11/2007 à 21:47)

> Clic : pour éviter l’indexation trop rapide, je t’ai censuré ! Je sais qu’il surveille sa page wikipedia, par exemple.
> Christian : et sur les 151… qui a soutenu ? combien ont abandonné ?

Un commentaire par vincent (25/11/2007 à 10:39)

Esperons que les 151 doctorants partent “identifier des imaginaires sociaux contemporains” au sein du cabinet d’études fondé par un élève du Caliméro en question.(http://www.eranos.fr/)

Avant cela, l’un d’entre-eux expliquera comment il peut être un “atout pour l’entreprise” lors de la journée co-organisée par le medef et l’association bernard grégory : ” Pourquoi se priver des docteurs?” (http://www.anrt.asso.fr/com/imgAdmin/1194454046284.pdf)

Pourquoi se priver des docteurs du Caliméro ?!

Un commentaire par LN (25/11/2007 à 21:18)

D’anthologie :

“Puisqu’il en est fait état, ma singularité (qui tant en France qu’à l’étranger ne laisse pas indifférent) depuis un quart de siècle consiste à insister sur la nécessité de penser rationnellement ce qui est considéré comme «non rationnel». ”

Et dire que personne d’autre, ici et ailleurs, n’avait pensé à un truc pareil !!!

Je fais partie de ceux qui aimeraient lire la thèse de G**maine H. Charlie Hebdo en avait publié des extraits juste après la soutenance, j’en ai encore l’estomac tordu à force d’avoir ri. Elle doit être déposée à la Sorbonne…

Un commentaire par clic (26/11/2007 à 11:58)

Sinon, il me semble indubitable que Caliméro nous fait du tort. L’autre jour, il a participé à une discussion sur “la connaissance” sur France culture. Qu’en ressort-il? un fait simple: à chaque fois que Caliméro devait répondre, il changeait de sujet. A chaque fois qu’il avait finit de parler, on entendait un court silence, puis ses interlocuteurs changeaient de sujet. Le discours de Caliméro est si peu construit qu’il ne permet pas la discussion (ce qui était amusant en présence de Pascal Engel, philosophe analytique qui le reprit une fois pour montrer que son propos ne répondait pas à des exigences élémentaires de logiques). Cela doit être ce que signifie, dans l’hagiographie produite sur son wiki “Son œuvre est considérée comme indiscutable par nombre de sociologues français”…
Mais bon, qu’en juge l’auditeur non averti (non averti notamment de la marginalité de Caliméro dans la sociologie française)? d’un côté, il entend des propos construits ventant de philosophes, de l’autre un socioogue, une fois encore, nous fait passer pour des clowns…

Un commentaire par Harold (26/11/2007 à 13:49)

Le 13e chapitre (p. 351-387) de _L’Esprit sociologique_ de B. Lahire est consacré à une analyse assez détaillée de cette fameuse thèse d’astrologie acceptée comme thèse de sociologie.

Un commentaire par Denys (26/11/2007 à 15:19)

Ces messages d’erreur apparaissent quand je publie un commentaire avec ma machine principale (Firefox 2.0.0.8 sous OpenSuSE 10.3) ; j’essaye avec l’autre (Firefox 2.0.0.9 sous Fedora 8).
Apportons donc à titre de test une petite pierre à la démolition de l’édifice. Pour mon M1, j’avais trouvé sur le Fichier central des thèses, une référence au travail d’une de ses doctorantes. Le titre était : Analyse d’un phénomène social : l’errance motarde.
Je me suis longtemps demandé si l’errance en question était bien la traditionnelle promenade du dimanche, mais je ne saurai jamais : pas de trace du mémoire sur le catalogue de la BU de Paris V.

Un commentaire par Denys (26/11/2007 à 15:20)

Ah ben là c’est passé tout seul. Curieux.

Un commentaire par Denys (26/11/2007 à 15:21)

Et sur mes deux machines. Sans doute un petit chantier du côté de l’hébergeur.

Un commentaire par Baptiste Coulmont (26/11/2007 à 15:42)

> Denys : merci ! Pas d’erreur = bonne nouvelle !