Categories

Archives

Billet

Liste, liste liste

Billet publié le 14/02/2008

Sexe (changements de) : Hermaphrodisme pour convenance personnelle :

Lors de son procès, dont les archives sont conservées jusqu’à aujourd’hui, le juge demanda à Hall s’il était homme ou femme : il répondit qu’il était les deux.

Université : Les étudiants sont nuls, et comment y remédier.
Politique : Kill Hill : racisme et sexisme dans la campagne américaine
Droit administratif : Rendez-vous le 27 février à 10h, pour une “partie orale”
Antisémitisme (accusation d’) : Militant connu d’extrême droite et major de l’agregation d’histoire du droit (du coup, les historiens du droit avaient peur… mais n’ont plus peur !)
Conseil national des universités et qualification des professeurs. Philip Milburn proteste… à travers un “conte socio-illogique” :

Le cauchemar du/de la sociologue ou les sabotiers aux pieds nus
Conte presque imaginaire
Par Merlin le Désenchanteur,

Imaginez, mes chers consœurs , mes chères confrères, un monde incroyable et dépassé ou notre collectivité des sociologues serait encadrée par un Conseil supérieur, sorte de Conseil de l’Ordre semblable à celui des médecins des pharmaciens ou des juristes, issu d’une époque où la France des Corporations suçait des pastilles Vichy. Imaginez que ce Conseil de l’Ordre des Sociologues Supérieurs et Universitaires, ce COSSU, ait le pouvoir considérable de dire qui est suffisamment digne d’appartenir au cercle savant et d’accéder aux strates supérieures de l’Ordre. Un tel COSSU aurait une assise bien virile. Pourtant, dans ce monde là, les sociologues défendent souvent desidées très progressistes sur l’égalité des chances et ne veulent laisser aucune place aux discriminations ou aux à prioris (sic) sexistes. La dominance masculine dans sa chefferie est due, croyez le bien, au pur hasard et non à des déterminismes qui échapperaient au contrôle des sociologuessur leur propre société savante ! Cela paraît évident. Aussi comment expliquer l’aventure singulière que je m’apprête à vous conter ? Une jeune sociologue, appelons-la Viviane Laffé, sollicite (…)


L'ordinateur vous recommande:

  1. Recruter des universitaires
  2. Ma prime d’excellence scientifique
  3. Plagiat universitaire et obligation du guillemet
  4. Le rapport de la 19e section du CNU (sociologie, démographie), édition 2012
  5. Les réseaux du CAC 40
  6. Le noyautage
  7. Premier mai
  8. Les sectes, c’est plus ce que c’était
  9. Animaux (varia)
  10. Dieu change…

-->

1 commentaire

Un commentaire par Alain Quemin (16/02/2008 à 23:33)

Réponse à la fable de Philip Milburn dans laquelle les esprits perspicaces auront sans doute reconnu le CNU…

Je viens juste de prendre connaissance d’une “fable” qu’a joliment composée notre collègue Philip Milburn et qui circule désormais sur internet. Cette “fable”, donc, lui a apparemment été inspirée par la non qualification par la 19ème section du CNU de sa collègue maître de conférences à Saint-Quentin-en-Yvelines Valérie B [édité par Coulmont].
On le comprend sans ambiguïté à la lecture du texte auquel je fais référence : le CNU est une instance phallocrate et gérontocratique, qui s’acharne de surcroît sur les diplômés de (certaines ?) grandes écoles. Après tout, une bonne dose de dénonciation de l’injustice, surtout quand elle s’accompagne de la remise en cause d’une institution incapable et malintentionnée ne peut qu’attirer immédiatement l’estime et la sympathie.
Mais, puisque nous parlons entre sociologues, que disent donc les faits ???
J’ai rapidement vérifié les listes de qualifications aux fonctions de professeur et, pas de chance pour notre collègue Milburn, les affreux imbéciles rétrogrades du CNU (dont je fais partie, si, si !) ont qualifié une autre jeune femme qui a exactement (j’insiste) le même âge que Valérie B [édité par B. Coulmont] et qui est diplômée exactement de la même école (j’insiste, là aussi), en l’occurrence HEC ! Marie-Caroline S [édité par B. Coulmont], il s’agit de cette autre collègue, a même été en poste avant Philip Milburn à Saint-Quentin-en-Yvelines, qui donc est à la fois son université et celle de Valérie B ! Le CNU a également qualifié une autre jeune collègue qui a seulement un an de plus que Valérie B, Virginie de Lucca. Philip Milburn la connaît bien, puisqu’elle est en poste à … Saint-Quentin-en-Yvelines, rattachée au même laboratoire, je crois, que Philip Milburn et Valérie B !!! Mais pas un mot de notre collègue non plus sur ce second cas … Je trouve personnellement assez inacceptable d’être partiel à ce point là.
Et par delà ces deux premiers exemples qui montrent déjà que le procès qui a été fait par Philip Milburn dans son texte de façon bâclée relève du pur procès d’intention, je viens rapidement de calculer le taux de qualification pour les candidats et pour les candidates à la qualification comme professeurs. Le résultat est sans appel : 29% des hommes qui présentaient leur candidature ont été qualifiés et… 44% des femmes !!!! (comme j’ai fait le calcul en vitesse à partir de mes brouillons, après tout, chacun a le droit à ses emportements ( ! ), je me suis peut-être trompé de quelques unités, mais les chiffres donnent, je peux l’assurer, un ordre de grandeur très correct). 29% seulement d’hommes qualifiés contre 44% de femmes, voilà une très belle preuve de notre supposé machisme. Seulement, cela, Philip Milburn l’ignorait complètement et, plutôt que de se renseigner d’abord et de chercher à comprendre avant de s’emporter, il préfère hurler à l’injustice. Quand même, quand on est sociologue, on vérifie d’abord ce qu’indiquent les données factuelles avant de se lancer dans un procès d’intention aussi burlesque.
Et, pour sourire un peu, Philip Milburn pourrait maintenant réfléchir sur le plafond de verre dont souffrent les hommes sociologues auprès de notre CNU (puisqu’il doit bien y avoir une injustice et beaucoup de malveillance voire de complot quelque part malgré tout) et il pourrait désormais dénoncer l’acharnement dont nous avons fait preuve envers les hommes ! Là au moins, il y a des chiffres sur lesquels s’appuyer et si on veut voir le mal partout, on peut s’en emparer.
Je suis vraiment désolé pour Valérie B qu’elle dispose de pareils “soutiens”.
Quant au rôle du CNU, il est certain que, comme toutes les instances collectives, le fait même que la prise de décision résulte de votes entraîne en effet une plus grande part d’incertitude que lorsque les décisions sont prises par une seule personne, d’autorité. Je suggère qu’à l’avenir, ce CNU machiste et rétrograde comme Philip Milburn et moi l’avons montré chacun à notre manière, soit remplacé par une nouvelle procédure : ce serait Philip Milburn seul qui déciderait qui doit, ou non, en France, être qualifié aux fonctions de professeur en sociologie. Cela lui éviterait ensuite des colères lorsque le résultat n’est pas celui qu’il jugeait approprié.
Plus sérieusement, Philip Milburn devrait aussi songer à présenter sa candidature au CNU et à se faire élire. Pour avoir passé toute une semaine enfermé à rapporter et à voter sur des rapports de 9 heures à 18 heures avec seulement une heure de pause au déjeuner, ce qui faisait suite à plusieurs semaines au cours desquelles nous avions préparé nos rapports, je peux vous assurer qu’être membre du CNU n’est pas une partie de plaisir. Et quand, en plus, on est dénigré par des collègues qui ne savent rien de notre travail (les exemples et les chiffres dont j’ai fait état donnent quand même une vision assez différente de la réalité de ce qui était affirmé un peu vite sur nos motivations malveillantes et sur leurs résultats généraux), on se dit que ce genre de réaction pourrait décourager même les meilleures volontés.
Amicalement à tous. (et, allez, Philip, sans rancune !)

Alain Quemin
professeur de sociologie
université Paris-Est / Membre du CNU 19ème section donc …