Categories

Archives

Billet

L’Affaire Olesniak, épisode 7

Billet publié le 09/04/2008

L’épisode précédent s’était terminé sur un cliffhanger : “et s’engouffre dans le métro à la station Pigalle….
L’épisode de cette semaine commence par :

Nous décidons alors de l’interpeller.
Après avoir décliné notre qualité, la dame Philippe sur notre demande accepte de nous suivre jusqu’à notre service.

Pas de course poursuite dans le métro, pas de filature de longue durée. En remarquant que “Mme Philippe” choisissait le métro plutôt que la voiture, ils l’arrêtent. Si elle était monté dans une voiture, ils l’auraient aussi interpellé immédiatement (et auraient fouillé la voiture, ce qui aurait donné de nombreux éléments intéressants).

Le jour même, les policiers notifient à “Mme Philippe” sa garde à vue et lui posent quelques questions.

(…) Je me nomme Roix, née Quatrefer Isabelle le 07 juillet 1943 à Saint Germain en Laye, de Pierre et de Marie Lerun. Je suis de nationalité française. Je suis mariée à Roix Philippe né le 8 décembre 1941 à Paris 13e depuis trois ans. J’ai deux enfants Martine âgée de 2 ans et demi et Régis âgée (sic) d’un an 1/2. J’ai le brevet élémentaire.
Je demeure à Holleville au lieu dit Petit-pont (Manche) c’est une ferme. Mon mari est imprimeur aux presses des Lilas, 8 rue Jean Dupoint à Paris XIXe. Il gane (sic) mensuellement 600 francs. Il est gérant de la société. Il est actuellement en province. (…) Je suis sans profession.
Sur les faits :
Q. Vous avez été interpellée par Nous dans le métro Pigalle. Nous vous avons pris en filature depuis la loge de Mme Olesniak. Vous avez monté la rue des Martyrs puis pris le terre-plein central pour prendre le métro. Quelles sont vos relations avec M. et Mme Olesniak.
R. Je ne connais pas ces personnes.
Q. Nous étions chez Mme Olesniak lors de votre arrivée, dissimulée (sic) dans la cuisine. Vous avez demandé si Mme Olesniak avait confiance en le client acheteur de films livrés par vous. Qu’avez-vous à répondre ?
R. Je ne vais pas vous répondre avant mon inculpation et je refuse de répondre plus avant et de signer.

Elle a du caractère, cette Mme Philippe, dont nous connaissons maintenant la véritable identité (même si je suis obligé, pour des raisons de protection de la vie privée, de modifier noms, prénoms, âges, lieu de résidence, etc…). Isabelle Roix a environ 26 ans lors de son interpellation. Son mari est plus âgé qu’elle (de deux ans et demi). Ils ont deux enfants.
Elle refuse de répondre aux questions des policiers qui l’ont interpellé. Elle passera donc la nuit au commissariat… même si, sur elle, les policiers ne trouvent aucune revue pornographique, aucun film.


Un magasin en Suède, en 1973
(source : Marciliroff – flickr)

29 janvier 1969
Procès verbal
Audition de Mme Roix
(…)
Mon mari était imprimeur. Il était gérant de la Société « Presses des Lilas » (…) A la suite d’un dépôt de bilan le 1er septembre dernier, manquant d’argent, nous avons été obligés, mon mari et moi, de nous débrouiller pour les besoins de notre ménage et de nos deux enfants. Mon mari a eu l’idée d’éditer des revues légères mais il s’est aperçu rapidement que seules les revues pornographiques pouvaient avoir du succès. C’est ainsi qu’à deux reprises, il s’est rendu en voiture en Suède. Lors du premier voyage, j’étais en sa compagnie. Dans ce pays, les revues pornographiques sont en vente libre. Nous nous sommes rendus à plusieurs adresses dont je ne me souviens pas et nous sommes revenus en France avec un certain nombre de ces revues. Nous avions peut-être cinq cents revues. C’est mon mari qui en connaît le nombre exact. Nous avons cherché une clientèle pour écouler nos revues, notamment à Pigalle. Nous avons prospecté les kiosques. Mon mari a cherché ailleurs d’autres clients. Par des camelots, nous avons fait la connaissance de Monsieur et Mme Olesniak chez qui nous avons écoulé des films pornographiques et un peu de revues suédoises. Les films sont de même origine que les revues. Nous avons fournis également des photos en couleurs.
Il reste en notre possession actuellement des revues et peut-être un film mais pas de photo. Ces marchandises sont déposées actuellement dans une chambre qui nous est réservée à mon époux et à moi-même dans l’appartement de mes beaux-parents Monsieur et Madame Roix 2 rue Paul Paul à Villejuif. Je me trompe, ces revues sont déposées dans une chambre chez mes parents à Champigny 41 rue Dupont-Durand. Mes parents ignorent la présence de ces revues. Ils ignorent également notre activité. Mon mari est actuellement en traitement à l’Hopital des 15/20 pour une opération de la rétine. Il doit être opéré aujourd’hui ou demain.

Le lendemain donc, après une nuit passée au commissariat, Mme Roix commence à décrire dans le détail le commerce pornographique auquel elle se livrait. Plusieurs éléments apparaissent : d’abord Philippe Roix, son mari, est imprimeur, et son entreprise a fait faillite. Dans cette affaire, nous avons, avec les policiers, remonté lentement une “filière” : au départ, une détaillante (Mme Olesniak), puis un “noeud” (son poste de remplaçante dans un kiosque du quartier)… nous sommes désormais face à la “grossiste”, qui nous indique être en contact avec un “fabricant” (son mari, imprimeur). Mais nous voyons aussi que les frontières ne sont pas si simples entre segments du marché : Olesniak s’approvisionne aussi auprès de “Sayed” (qui a disparu et qui avait probablement volé les films), les “rabatteurs nord-africains” jouent un rôle important d’intermédiaires. Et Philippe Roix a-t-il vraiment imprimé ces revues pornos ?
C’est en Suède que les époux Roix trouvent les revues nécessaires à un petit commerce : 500 magazines qu’ils importent clandestinement en France. La Suède s’était en effet dotée, à la fin des années soixante, d’un commerce pornographique légal, qui était rapidement apparu, pour les entrepreneurs d’autres pays, comme un modèle possible, et une source d’approvisionnement certaine. Les petites entreprises d’importation sont donc relativement fréquentes dans les sources policières et judiciaires, et Pigalle était le lieu d’écoulement principal (en tout cas, du point de vue des policiers). En 1971 par exemple, trois japonais sont arrêtés à la frontière (leur marchandise provenait du Danemark).

Les policiers ont donc fait ici un pas important vers l’aboutissement de leurs recherches. Leur but, désormais, est de retrouver le mari d’Isabelle Roix… mais aussi de vérifier ce qui se trouve chez les parents (ou les beaux-parents) de la personne qu’ils viennent d’arrêter. Pourquoi cette hésitation, d’ailleurs, entre le lieu où sont entreposés les revues ?


L'ordinateur vous recommande:

  1. L’Affaire Olesniak, épisode 1
  2. L’Affaire Olesniak, épisode 2
  3. L’Affaire Olesniak, épisode 4
  4. Edgar Morin à Plozévet
  5. Poésie sociologique
  6. heures complémentaires
  7. Recrutements – 2008 – wiki et questions
  8. Gadgets et sex-toys
  9. Adorée Villany, danseuse nue
  10. Cartographie avec R (suite)

-->

3 commentaires

Un commentaire par Pierre T (09/04/2008 à 12:06)

Ce Sayed aurait donc volé sa marchandise ? Mais était-ce de la marchandise suédoise circulant dans Pigalle (vous y faites référence et on pourrait comprendre vu le quartier), et auprès de qui ? Ce Sayed était-il l’élément d’un autre réseau que celui de M. et Mme Philippe ? Il semble que Mme Olesniak, soit s’est souvent fait aborder pour vendre ce genre de marchandise ( là encore, on pourrait comprendre vu le quartier), soit avait farouchement envie d’en vendre !

Un commentaire par Baptiste Coulmont (09/04/2008 à 12:44)

On aura quelques informations en plus sur “Sayed” dans un prochain épisode… (mais ce ne seront pas des informations convaincantes, je vous préviens déjà). Quant à savoir si il était membre d’un autre réseau… j’en viens à croire, à force de lire des “dossiers de procédure”, que les réseaux se croisaient souvent, on retrouve des noms semblables dans plusieurs affaires : plus que des réseaux bien distincts, il faut avoir en tête l’idée d’une série de fils emmêlés.

Un commentaire par Søren Kjær Vestergaard (12/04/2008 à 18:45)

Cést just que d’un commerce pornographique légal en Suède. La system est meme au tut le pays Nordic.