Categories

Archives

Billet

À son nom

Billet publié le 26/08/2014

Les prénoms nous entourent. Et parce qu’ils servent de terme d’adresse (“Salut Eddy !”), de terme de référence (“Tu connais Edouard ?”) individuels ou de classificateur collectifs (les Louis sont des garçons), ils se prêtent à des usages troubles. Revenons donc, après ceci et cela, sur les prénoms dans la réclame.

Récemment, @brooklynbridge m’envoyait la photo suivante, une publicité Coca sur laquelle quelques protestations se faisaient entendre. « Et Mohamed ? »
coca-mohamed
Difficile à lire, mais d’autres commentaires s’ajoutaient : Et Sofiane ? Et Kelly ? Et Minh ? Kim ?
Voici quelques années maintenant que les publicitaires de la boisson gazeuse utilisent les prénoms. Mais pas n’importe lequel : “votre” prénom. Fini les bols à son nom, voici la canette.
coca-retrouvez
Mais à la différence de variables simples, comme le sexe (le plus souvent dichotomisé), la profession (ramenée à une nomenclature à six modalités) ou l’âge (ramené à quelques grands groupes, 18-25, 25-40, 40-60…), il existe plusieurs dizaines de milliers de prénoms différent en circulation, voire quelques centaines de milliers, rien qu’en France. Et n’allez pas dire à Priscillia qu’elle est une Precylia : l’orthographe fait la personne.
Coca va laisser insatisfait un grand nombre de personnes : il faudrait quelques milliers de prénoms différents pour couvrir 80% de la population.
karim-coca
Sauf à imaginer la fabrication sur mesure de canettes à son nom.

La publicité n’a fait, ici, que suivre les usages. « Monsieur le Premier Ministre, mon cher Manuel » écrivait, hier, l’ancienne ministre de la culture sur sa lettre de dé-motivation. Même les sociologues utilisent, pour nommer leurs personnages, très souvent, des prénoms. Mais dans la pub, Coca est un cas à part: il n’y a pas toujours personnalisation/individualisation du consommateur, le prénom est le plus souvent utilisé comme indicateur d’un groupe de classe/ethnicité/genre/âge.
Voici une récolte de publicité, réalisée au cours des derniers mois, principalement dans le métro parisien.

aider-karine

Deux hommes, deux femmes (dont une “issue de l’immigration”), mais l’on parle toujours de l’Homme :
amel-edf

Une jeune femme (probablement née vers 1995) :
camille-haut

Clémence (mais cela aurait pu être Victoire ou Coline … mais pas Cynthia)
clemence-livre

Les associations et les commerces trans-nationaux signalent à demi-mots le public visé.
yezekiel

emma-aider
Parfois le corps redouble le prénom :

idriss-banque

khalid-banque

La ratp, entreprise citoyenne, favorise la diversité :

lounes-ratp

Mais si on laisse faire la ratp, on se retrouve vite avec des prénoms “bien de chez nous” :
serge-josephine
Des prénoms de hipster, comme Marcel :
marcel

Lauriane est “Responsable”, Sophie est “Assistante” :
lauriane-responsable
sophie-assistante

Lola est moustachue :
lola-asterix

Certains en perdent même leur titre :
pierre

Dispositif narratif, le prénom vise à assurer, en l’absence de corps, l’identité d’un personnage tout au long d’un texte. Il n’y a que dans les romans expérimentaux de Claire Chazal ou d’un collègue historien démographe de l’EHESS que l’on observe une variabilité importante. Il en va de même dans les publicités, concentré narratif :

muriel-orpi

romain-livre

thomas-livre

Déformation professionnelle : certains mots ressemblent à des prénoms.

virginie-jambon

Eux aussi font partie de notre monde. Ils ont aussi un prénom, une race, un genre :
malix-chien

oscar-chien

Les prénoms nous entourent.


L'ordinateur vous recommande:

  1. Compte rendu
  2. De l’utilisation des prénoms par la réclame
  3. Quelques prénoms bien corrélés
  4. Line ? un prénom de coiffeuse !
  5. Le vieux qui hante
  6. Le Vortex
  7. L’Affaire Titeuf
  8. Un peu en avance
  9. Miracles à l’affiche
  10. À Amiens aussi, on a nos prophètes

-->