Categories

Archives

Billet

La France des spécialités agricoles

Billet publié le 29/03/2015

La France, c’est le pays des fromages, des agneaux, des miels, des vins, du cresson, etc… et depuis longtemps, ces productions font l’objet de protection diverses. Attention à ne pas produire de Camembert à Roquefort, ou de Champagne à Brie.
Deux bases produites par l’INAO (l’Institut national de l’origine et de la qualité), portant sur les aires géographique des AOC-AOP et des IGP, nous donnent un aperçu des France agricoles, si l’on relie ces bases au fichier des communes de l’IGN.
J’ai combiné ces deux fichiers pour cartographier, pour chaque commune de France métropolitaine, le nombre cumulé d’IGP et d’AOC/AOP. Le Nord de Paris est plutôt vide : est-ce parce que le blé et les betteraves n’ont ni AOC ni IGP, ni appellation d’origine, ni indication géographique protégée? Il apparaît en grisé (voir note). Certaines communes sont le lieu de plus d’une dizaine d’AOC/IGP : on y produit vins, fromages, boeufs, cresson, oies, bergamotes, miels, rillettes et saucisses, toutes plus authentiques les unes que les autres.
La France industrielle et minière y apparaît en vert : le charbon du Nord n’a pas d’AOC, l’acier de Lorraine non plus. Et le porc de Bretagne a sans doute tout eclipsé.

france-aoc-igp
cliquez pour agrandir

La victoire revient à la petite commune de Chassagne-Montrachet en Côte d’Or, lieu de 73 AOC/AOP et IGP (principalement du vin).

Note : J’ai choisi le grisé, car les bases n’indiquent pas “zéro” IGP dans ces communes. Elles n’apparaissent simplement pas dans les bases de l’INAO. Probablement parce que c’est “zéro”, mais on ne traite pas des “vides” comme des “zéros”, si ?


L'ordinateur vous recommande:

  1. La France de la procuration
  2. Une liste
  3. Quels prénoms les immigrés (et leurs descendants) donnent-ils à leurs enfants ?
  4. Le Tigre
  5. Le vote par procuration (au niveau de l’individu)
  6. Sale quart d’heure pour les sex-shops
  7. Prénoms et mention, édition 2020
  8. Drôles de couples : l’écart d’âge dans la procuration électorale
  9. Pink TV
  10. Elle vote pour qui par procuration ?

-->

3 commentaires

Un commentaire par Thomas (29/03/2015 à 11:00)

c’est une question de produits, mais aussi et surtout de volonté politique et de mobilisation. Les deux exemples antagonistes sont l’Auvergne et le Nord-Pas-de-Calais (une fois qu’on retire le vin qui est spécifique).

L’Auvergne dont l’agriculture de montagne était menacée s’est servie des SIgnes d’Identification de la Qualité et de l’Origine (SIQO) comme un moyen de préserver ses produits, mais surtout de remobiliser ses éleveurs et ses artisans, avec le soutien de la Chambre d’Agriculture et des pouvoirs publics.

En Nord-Pas-de-Calais, la Chambre qui est plus marquée par l’agriculture intensive et l’agroalimentaire n’a longtemps pas soutenu les SIQO, les jugeant très contraignants (c’est en effet un processus assez compliqué, long surtout), notamment pour l’industrie. Elle a donc préféré (entre autres) une démarche de marque collective régionale (Saveurs en Or) assez peu contraignante, soutenue par la Région et les grandes surfaces, notamment Auchan. Pourtant, le NPDC a de très nombreux produits qui pourraient faire l’objet d’un SIQO, vous pouvez les consulter ici: http://www.saveurs-npdc.com/produit.php

Super carte en tout cas, merci beaucoup!

Un commentaire par N. Holzschuch (29/03/2015 à 12:09)

Le long de la vallée de la Saône, on voit assez bien la zone correspondant à la production de Beaujolais et de Bourgogne. Les vins de Côte d’Or font beaucoup d’AOC, de petite taille. Pareil sur le côté Est des Vosges, on voit bien la production de vins d’Alsace.

Les autres régions vinicoles (Bordeaux, Loire, Languedoc, côtes-du-Rhône) sont plus étalées géographiquement, et ne sont moins dominantes par rapport aux autres productions AOC locales.

Paradoxalement, une région vinicole apparait “en creux” sur la carte, le Champagne. Les Champagnes sont (en général) des assemblages, avec comme seule condition géographique que les raisins doivent venir de la région. La réputation des grandes maisons fait qu’elles n’ont sans doute pas éprouvé le besoin de se protéger par une AOC plus précise. Dit autrement, on achète un “Dom Pérignon” (et peu importe d’où viennent les raisins), alors qu’on achète un “Romanée” (et peu importe qu’il soit vinifié par Liger-Belair ou par Bouchard Père et fils).

Un commentaire par Fr. (29/03/2015 à 19:37)

Très joli !