Angel / Un Ange Louise Labé, Troisième Sonnet
Sonnets, Élégies, Épitres...
baptiste.coulmont@nyu.edu
français
néerlandais

Ô longs désirs, ô espérances vaines,

Tristes soupirs et larmes coutumières

À engendrer de moi maintes rivières,

Dont mes deux yeux sont sources et fontaines !



Ô cruautés ô durtés inhumaines,

Piteux regards des célestes lumières,

Du coeur transi ô passions premières

Estimez-vous croître encore mes peines ?



Qu'encor Amour sur moi son arc essaie,

Que de nouveaux feux me jette et nouveaux dards,

Qu'il se dépite et pis qu'il pourra fasse :



Car je suis tant navrée en toute part

Que plus en moi une nouvelle plaie

Pour m'empirer, ne pourrait trouver place.

O loom verlangen, o vergeefs verkwijnen, 
Bedroefd gezucht en tranen die niet drogen 
Voordat er tal van stromen aan mijn ogen 
Ontwellen als aan bronnen en fonteinen,

O wreedheden, o ongenadig schrijnen, 
Hemelse lichten vol met mededogen, 
o driften die het eerst mijn hart bedrogen, 
Kom je me kwellen met nog feller pijnen?

Laat Amor weer op mij zijn boog proberen, 
Laat hij vers vuur en verse schichten sturen, 
Laat hij verbetener en bitser blaken,

Want ik kreeg overal zoveel kwetsuren 
Dat mij geen verse wonde meer kan deren 
Daar hij geen ruimte vindt om mij te raken. 

Traduit par Paul Claes

Texte provenant de De Brakke Hond
Ecole normale supérieure