Angel / Un Ange Louise Labé, Dix-neuvième Sonnet
Sonnets, Élégies, Épitres...
baptiste.coulmont@nyu.edu
français
néerlandais

Diane étant en l'épaisseur d'un bois,

Après avoir mainte bête assénée,

Prenait le frais, de Nymphe couronnée.

J'allais rêvant, comme fais mainte fois,



Sans y penser, quand j'ouïs une vois

Qui m'appela, disant : Nymphe étonnée,

Que ne t'es-tu vers diane tournée ?

Et, me voyant sans arc et sans carquois :



Qu'as-tu trouvé, Ô compagne en ta voie,

Qui de ton arc et flêches ait fait proie ?

- Je m'animai, réponds-je, à un passant,



Et lui jetai en vain toute mes flêches

Et l'arc aprés ; mais lui les ramassant

Et les tirant, me fit cent en cent brêches.

Diana nam diep in een bospartij,

Waarin ze tal van wilde dieren velde,

Rust met de Nimfen die haar vergezelden.

Ik liep zoals zo vaak in dromerij



Verzonken, toen opeens van heel nabij

Een stem me riep: Hoe komt het toch, ontstelde

Nimf, dat je niet weer naar Diana snelde?

En toen ze boog noch koker zag bij mij:



Wie ben jij, gezellin, tegengekomen

Die jou je boog en pijlen heeft ontnomen?

Ik plaagde, zei ik haar, een wandelaar,



Op wie ik tevergeefs mijn pijlen richtte

En toen mijn boog. Hij nam ze bij elkaar

En wondde keer op keer me met die schichten.



Traduit par Paul Claes

Texte provenant de De Brakke Hond

Ecole normale supérieure