Billet

Les Noël naissent-ils à Noël ?

Billet publié le 11/05/2014

Les listes électorales donnent accès aux prénoms et à la date de naissance des électeurs. Il est ainsi possible d’étudier le lien entre certaines fêtes et le choix de certains prénoms. Commençons par Noël et Pascal.
J’ai retenu la date de naissance de tous les électeurs et électrices qui avaient un “Noël” parmi leurs prénoms : Noël, Jean-Noël, Marie-Noelle… sont, pour ce qui me concerne, des “Noël”.
Et ce que l’on constate, c’est que le jour de Noël est un jour de naissance particulier pour les Noël :
noel
Mais les choses évoluent au cours du siècle. 37% des “Noël” né-e-s avant 1935 sont né-e-s à Noël (c’est à dire entre le 23 décembre et le 27 décembre), ce n’est plus le cas que de 25% de celles et ceux qui sont nées entre 1935 et 1961. Et les Noël nés après 1979 que sont que 10% à être nés autour de Noël.
L’examen de la même relation avec les Pascal est plus complexe, car la date de Pâques change chaque année. Heureusement, il existe une fonction de la library timeDate, dans R, pour donner la date de Pâques. Et une partie des Pascal (et des Pascale, et des Marie-Pascale) naissent en effet à Pâques.
pascal
L’évolution est similaire à celles des Noël (mais en partant d’un niveau moins haut) : 13% “Pascal” nés avant 1950 sont nés à Pâques (plus ou moins 2 jours). Ce n’est plus le cas que de 6% des Pascal nés après 1981. Sur une période de 5 jours, s’il n’y avait pas d’attirance entre prénom et date, il aurait du naître 1,4% de Pascal ou de Noël à Pâques ou à Noël.
Il me reste maintenant à récupérer la liste des Saints-du-jour (en scrapant le site Nominis de la Conférence des Evêques) pour voir si le lien repéré ici pour deux dates est aussi repérable pour la Saint-Cunégonde et la Saint-Geoffroy.

En tout cas, ça a l’air de marcher pour la Saint-Valentin :
valentin

et pour quelques uns des prénoms les plus fréquents sur les listes électorales :
prenoms-pics80
cliquez pour voir en plus grand

Certains prénoms exhibent un saint (Michel, Marie, Jean, Daniel, Sébastien…) d’autres semblent plus également distribués sur l’année (Alain, Sarah…).

5 commentaires

Un commentaire par Emmanuel (11/05/2014 à 22:12)

Une suggestion : les Noël naissent autour du 25 septembre. ;)

Un commentaire par Gabriel (12/05/2014 à 12:40)

Une hypothèse : est-ce que les prénoms qui sont fortement associés à une date sont ceux qui étaient populaires il y a longtemps ? Ce serait cohérent avec le fait que cette tradition de donner le prénom de la date de naissance semble tomber en désuétude.

Un commentaire par Cécilia (12/05/2014 à 14:32)

Et les fameux “Fetnat” né le 14 juillet ? Une légende urbaine ?

Un commentaire par Emmanuel (12/05/2014 à 20:14)

Bonjour Monsieur Coulmont,

Je suis intrigué par les graphiques de votre billet. L’axe des abscisses du premier mentionne le “nombre de jour avant ou après Noël”, et je ne comprends pas pourquoi il est gradué jusqu’à 365. En effet, si le critère retenu est le jour de Noël le plus proche, la graduation devrait aller de zéro à 182 ou 183 (365 divisé par 2). Il me semble en effet qui si l’on est 360 jours après Noël, on est aussi 5 jours avant le Noël suivant.

L’autre solution est de distinguer la période “avant” de la période “après”, en graduant approximativement de -180 à +180 (le second graphique opte pour une solution de ce genre, en graduant de -300 à +100, ce qui donne l’impression d’une année de 400 jours : est-ce la mobilité de la date de Pâques, associée à l’exploitation d’une base de données à dates fixes, qui provoque ce phénomène ?)

Cela n’empêche évidemment personne de goûter le charme de vos billets !

Un commentaire par Baptiste Coulmont (12/05/2014 à 20:19)

> Emmanuel : en effet, et il faudrait inverser le graphique (l’extreme de l’abscisse correspond au 31 décembre et au 1er janvier). Travailler sur des écarts entre dates est assez complexe… car la distance entre le 1er janvier et le 31 décembre est de 365 jours… ou de même pas un jour (suivant que le 1er janvier soit celui de l’année ou celui de l’année suivante). Dans des graphiques ultérieurs, j’ai choisi de placer le zéro au centre, et d’avoir 182 d’un côté, 183 de l’autre…