Avoir plusieurs prénoms

Est-il fréquent de n’avoir qu’un seul prénom ? Est-ce que l’on donne de plus en plus un seul prénom à son enfant ?
La réponse à cette question n’est pas simple : rares sont les bases de données de grande taille comportant tous les prénoms des individus. Voici ce que les listes électorales parisiennes permettent de saisir :
plusieursprenoms
La coutume n’est pas en perdition (alors que la proportion de baptêmes diminue fortement, alors que les prénoms des Saints cessent d’être au goût des parents). 80% des personnes nées en 1940 (et encore vivantes en 2014) comme celles qui sont nées vers 1996 ont plus d’un prénom. Hommes (bleu) et femmes (rose) sont prénommé.e.s de la même manière. Les générations d’avant 1940 montrent une différence significative, mais il faut garder à l’esprit la mortalité différentielle.
Ces seconds prénoms, des prénoms invisibles la plupart du temps, sont des prénoms en décalage avec la mode : souvent des prénoms portés par les générations précédentes : les prénoms des oncles, tantes, des grands-parents… sont ainsi recyclés par les générations suivantes.
Ces prénoms multiples servent à l’identification des citoyens. Jean Dupont et Marie Durand n’ont pas le bonheur d’être unique. Jean, Casimir Dupont et Marie, Léonie Dupont sont plus rares. Les personnes portant un nom de famille très répandu (Martin, Bernard, Dubois…) reçoivent un peu plus fréquemment que les autres un deuxième prénom.
Hélas, Paris n’est pas une ville représentative, et les données portent sur les inscrits sur les listes électorales, et pas sur l’ensemble des naissances.

Les âges et les saisons des tentatives de suicide

On connaît assez bien la saisonnalité des suicides : leur maximum est au printemps, et leur minimum en décembre-janvier. On sait aussi que le taux de suicide augmente avec l’âge (même s’il a tendance à s’égaliser). Qu’en est-il des tentatives de suicide.
Un travail très intéressant a été réalisé par l’INVS (Christine Chan Chee et Delphine Jezewski-Serra (dir). Hospitalisations et recours aux urgences pour tentative de suicide en France métropolitaine à partir du PMSI-MCO 2004-2011 et d’Oscour® 2007-2011.) dans lequel on trouve des informations sur les hospitalisations suite à des tentatives de suicide.
Il ne s’agit donc pas d’informations sur les quelques 200 000 tentatives de suicide réalisées en France chaque année, ni même d’informations sur les tentatives connues par des médecins, ni même de celles qui parviennent aux urgences, mais d’environ 40% de ces tentatives, celles qui ont donné lieu à des hospitalisations.

Le graphique suivant représente l’écart mensuel à la moyenne. Certains mois comptent plus de tentatives qu’attendu, et d’autres moins. S’il y a environ 7000 hospitalisations par mois, certains mois sont à 8000, d’autres à 6000.
L’interprétation des variations est compliquée. Comment comprendre la diminution en août ? Dans une perspective durkheimienne classique il s’agirait des conséquences du repos social : la société est moins “effervescente” en août : «il se produit durant la belle saison un véritable exode des principaux agents de la vie publique, qui, par suite, manifeste une légère tendance au ralentissement» (p.106).
saisonnalite-tentatives-suicides
Saisonnalité des tentatives de suicide [voir note méthodologique plus bas]

Ce ralentissement pourrait se percevoir aussi en décembre et avril, au moment des congés scolaires. Mais ne peut-on pas, dans une autre perspective, voir dans cette saisonnalité le reflet de l’activité hospitalière ? La baisse des hospitalisations en août peut-elle être liée à un nombre moins élevé de lits disponibles en raison des congés? Comment, dans ce cas, expliquer le grand nombre de tentatives en juin? Les examens ? Il faudrait pouvoir disposer d’indications quantifiées sur la saisonnalité de l’ensemble des tentatives de suicide (mais elles échappent en partie à tout enregistrement).

Le deuxième graphique met formidablement bien en lumière les différences entre hommes et femmes. Les tentatives de suicides sont surtout des tentatives féminines, quel que soit l’âge (il n’y a égalité que vers 30 ans, et après 80 ans).
Il met aussi en évidence la fréquence importante des hospitalisations des jeunes femmes, entre 15 et 19 ans. Est-ce parce que leur mal-être est plus médicalisé que celui des jeunes hommes ? Est-ce alors un effet du diagnostic médical aux urgences ? Est-ce parce qu’elles font réellement plus de tentatives de suicide (les jeunes hommes pouvant faire des accidents de scooter, de mobylette, de voiture…)? Peut-on y voir le caractère morbidifère du lycée, de ses rythmes, de ses examens, de ses classements, pour une population — les jeunes femmes — plus scolaires que les jeunes hommes ?
age-tentatives-suicides
Taux d’hospitalisation pour tentative de suicide, pour 10 000 habitants.

Disposer des données individuelles, avec l’âge, le sexe et la date de l’hospitalisation, permettrait d’en savoir plus. La saisonnalité des tentatives des jeunes femmes diffère-t-elle de celles des femmes plus âgées, et de celles des hommes ? Est-elle liée aux rythmes scolaires (dates du bac, date des congés)?

 
Pour une mise en contexte plus large sur ce thème, vous pouvez consulter : Sociologie du Suicide (pdf).
 

Note méthodologique : C. Chan Chee de l’INVS, avec qui j’ai eu un échange par mail, m’indique ceci concernant la saisonnalité des hospitalisations : «pour des raisons de confidentialité, nous n’avons accès qu’aux mois et année de sortie ainsi qu’à la durée de séjour. La date de sortie a donc été estimée au 15 du mois, et la durée de séjour a été soustraite, pour obtenir une date approximative d’entrée. A priori, je pense que le biais n’est pas trop grand car la durée de séjour est moins d’une semaine pour 90 % des patients.»

Les particules électorales

Les fichiers nominatifs des candidatures aux élections locales, en France, permettent de repérer des candidates et des candidats portant des “noms à particule”, que j’appelle des “nobles” (même si, je sais…).
J’avais exploré, il y a quelques années, les noms des candidates à la députation. Est-ce que le gradient politique repéré alors (plus de nobles à droite qu’à gauche) est aussi visible lors des départementales ?

Le tableau suivant synthétise les données. Je n’ai enlevé que les “Autres Extrême Droite” qui n’étaient pas nombreux. Là encore, “Monsieur de Puypeu” et “Madame de Horan” sont plus présents à droite qu’à gauche. Le MoDem, présidé par un admirateur d’Henri IV, le FN, qui possède une branche royaliste maurassienne et “Debout la France” (qui n’est pas le groupuscule présidé par Philippe de Villiers, mais qui est un autre groupe à la droite de la droite présidé par Nicolas Dupont-Aignan). Mes nobles de gauche sont, assez souvent, des De Almeida ou des De Souza dont je n’ai pas trouvé la trace dans le Bottin Mondain.

Départementales 2015 Nb Manants NB Particule % Nobles
PartiGauche 176 0 0
Régionalistes 185 0 0
DVG 1736 3 0,17
FrontGauche 1029 5 0,48
SOC 2423 13 0,53
RadicalGauche 172 1 0,58
PCF 1502 9 0,6
DIV 465 4 0,85
EELV 1064 11 1,02
ExtremeGauche 81 1 1,22
UDI 790 12 1,5
DVD 2174 37 1,67
UMP 1821 32 1,73
DeboutLaFrance 283 6 2,08
FN 3727 96 2,51
MoDEM 224 6 2,61
Ecologistes(Autres) 68 2 2,86

Le gradient politique est maintenu.
Si l’on examine maintenant les 933 000 candidatures aux élections municipales de 2014, nous voilà confrontés à un petit problème. Nombreuses, très nombreuses sont les listes sans affiliation politique. Impossible de produire aussi rapidement la même analyse.
Mais il est possible de repérer l’inégale répartition, sur le territoire métropolitain, des descendants du Second Ordre. Il y a une géographie locale de la noblesse et il est aussi possible de repérer que le Diocèse de Paris compte un bon nombre de prêtres à particule. De la même manière, Paris attire la noblesse. 2,7% des candidats, à Paris, portent une particule, et ce n’est le cas que de 0,3% des candidats du Bas Rhin (j’avoue ne pas avoir considéré les von Kälkechoz comme des nobles). À Versailles même, les candidats à particule représentent plus de 11% de l’ensemble des candidats aux municipales.
noblescandidats-municipales-carte

Voici le TOP 14 des communes de plus de 50 000 habitants ayant la proportion la plus importante de candidats à particule :

Versailles 11,6
Paris 7eme secteur 11,1
Neuilly-sur-Seine 5,6
Paris 16eme secteur 4,8
Paris 5eme secteur 4,5
Paris 15eme secteur 3,9
Vannes 3,8
Colombes 3,3
Asnières-sur-Seine 3,2
Annecy 3,1
Sartrouville 3,0
Saint-Maur-des-Fossés 2,6
Nantes 2,6
Boulogne-Billancourt 2,5

Il serait sans doute plus utile de travailler à partir de la liste des quelques 3000 noms de famille que l’on trouve dans les annuaires de la “véritable” noblesse, et de distinguer ainsi, parmi les particules, les prétendues et les autres.

Municipales 2014 NbManants NbNobles %Nobles
Communistes 4657 21 0,449
PartiGauche 1817 9 0,493
ExtremeGauche 12743 66 0,515
DiversGauche 107871 634 0,584
PartiSocialiste 29122 182 0,621
FrontGauche 13648 91 0,662
MoDem 2829 19 0,667
UnionGauche 30156 212 0,698
UDI 13308 109 0,812
SansEtiq 403005 3339 0,822
Divers 85958 717 0,827
Verts 5288 46 0,862
DiversDroite 147551 1465 0,983
UMP 22784 262 1,137
UnionCentre 2346 31 1,304
FrontNational 19906 285 1,412
UnionDroite 20839 304 1,438
ExtremeDroite 760 15 1,935

Un dernier graphique : dans les communes où l’on trouve peu de nobles sur les listes de candidats tout comme dans les communes dans lesquelles on trouve beaucoup de nobles sur les listes, le gradient politique est maintenu. Les partis situés à gauche rechignent à la particule.
nobles-listes-municipales

Si l’on s’intéresse aux professions des élus, on retrouvera un gradient social. 4% des élus municipaux qui sont “magistrats” sont nobles. Ce n’est le cas que de 0,2% des élus qui sont “agents subalternes des entreprises publiques”.

Professions % Nobles
Magistrat 4,07
Propriétaire 3,48
Conseiller juridique 3,28
Administrateur de sociétés 3,06
Avocat 2,95
Grands corps de l’état 2,77
Notaire 2,11
Homme de lettres et Artiste 1,90
Agent d’assurances 1,81
Journaliste et autre média 1,76
Marin (patron) 1,72
Agent immobilier 1,69
Industriel-Chef entreprise 1,68
Cadre supérieur (secteur privé) 1,63
Vétérinaire 1,58
Ingénieur conseil 1,44
…[coupure]… …///…
Salarié agricole 0,50
Employé (autres entrep. publiques) 0,50
Retraité de l’enseignement 0,49
Ouvrier (secteur privé) 0,48
Fonctionnaire de catégorie C 0,45
Retraité des entreprises publiques 0,42
Agent subalterne (entr.publiques) 0,20
Source : Fichier des élus municipaux. Calculs B. Coulmont
Licence ODbL © IdeesLibres.org 04/2014, Ministère de l’Intérieur 03/2014
Est « Noble » tout porteur de nom à particule

D’autres documents s’avèrent intéressants : par exemple la liste des parrainages aux présidentielles. Les particules, là encore, sont inégalement réparties entre les candidats. 13% des parrains de Christine Boutin — située à la droite de la droite catholique — portent une particule. Ce n’est le cas que de 0,2% des parrains de Robert Hue, qui se présentait sous l’étiquette du Parti Communiste.

Candidat %Nobles
Christine Boutin 13,2
Philippe de Villiers 6,7
Jean-Marie Le Pen 5,1
Edouard Balladur 4,2
Alain Madelin 2,8
Nicolas Sarkozy 2,4
Jacques Chirac 1,9
Jacques Cheminade 1,8
François Bayrou 1,7
Frédéric Nihous 1,6
Jean Saint-Josse 1,6
Brunot Mégret 1,4
Lionel Jospin 1,2
Ségolène Royal 1,2
Corinne Lepage 1
Daniel Gluckstein 1
Arlette Laguiller 0,6
José Bové 0,6
Olivier Besancenot 0,5
Christiane Taubira 0,4
Marie-George Buffet 0,4
Dominique Voynet 0,2
Gérard Schivardi 0,2
Noël Mamère 0,2
Robert Hue 0,2
Jean-Pierre Chevènement 0

Les prénoms des chevaux

Une liste nominative de plus de 3 millions d’équidés est disponible sur data.gouv.fr . Les chevaux ont des noms personnels, ce qui est fort intéressant.
Ils ont aussi un sexe (oups, parfois ils n’en ont plus) : Mâles, femelles et hongres ont des prénoms différents.
Comparons alors, avec l’aide du Fichier des prénoms de l’INSEE, les prénoms des humains nés en France et ceux des équidés (que l’on appellera des chevaux, ici).
Ainsi 37% des juments ont des prénoms aussi portés par des personnes nées en France, ce qui n’est le cas que de 25% des hongres et 22% des mâles. C’est probablement un effet de la plus grande exubérance parentale concernant les prénoms des filles (plus variés que ceux des garçons).
Examinons les 1000 prénoms humains les plus donnés aux chevaux et aux juments, du point de vue de leur succès chez les humains.
Les prénoms humains portés par des chevaux pourraient nommer 90% des bébés garçons nés vers 1990, et un peu plus de 60% des bébés garçons de 1990. Les prénoms humains des juments, eux, sont plutôt des prénoms de filles des années 1970-2000.
chevaux-prenoms-01
Il serait intéressant d’examiner l’avance ou le retard de la mode chez les chevaux par rapport à la mode chez les humains. Mes premières exploration tendent à montrer que les chevaux reçoivent des prénoms en voie d’abandon chez les humains.
Mais si l’on s’intéresse à la proportion de bébés de l’année N recevant des prénoms portés par des chevaux nés la même année, alors l’évolution est à une simultanéité de plus en plus grande des choix.
chevaux-prenoms-02
25% des filles nées en 1981 en France ont reçu un des prénoms donnés aux juments nées la même année. La proportion pour l’année 2010 est de 52%. Pour les garçons, on passe de 10% à 22%.

Mais cela ne signifie pas que les propriétaires de chevaux se permettent de plus en plus de donner à leurs animaux des prénoms donnés aux bébés de l’année.

chevaux-prenoms-03
Environ 20% des juments reçoivent un des prénoms donnés la même année aux bébés filles. 10% des chevaux mâles reçoivent, eux, un prénom humain “de l’année”. Les grandes variation d’une année sur l’autre sont dues au système des “lettres-années”.

Quelques relations

J’ai participé, pour voir, au Open-Data-Camp Elections organisé lundi dernier. De nombreux projets émergeaient en relation avec la libération des données des élections.
Mais comme un représentant de l’INA (Gautier Poupeau, @lespetitescases) proposait de travailler sur des données “semi-ouvertes”, sur les méta-données politiques des journaux télévisés, j’ai regardé s’il était possible de repérer des proximités entre individus à partir des co-participations aux reportages, interviews, etc…
J’ai retenu comme lien significatif les liens qui apparaissent au moins trois fois plus fréquemment que ce qui serait attendu si les individus étaient répartis au hasard dans l’espace médiatique :
reseau-ina-1
cliquez pour agrandir

Les couleurs sont liées à des “communautés” repérées à l’aide de l’algorithme WalktrapCommunity.
Rien de surprenant, mais c’est assez illustratif, et assez simple à faire.

Le Suicide en 1890

Le Compte général de l’administration de la justice criminelle donne, pour le XIXe siècle, le nombre annuel de suicides par département. En combinant ces chiffres avec ceux des recensements, il est possible de cartographier les zones suicidogènes et les zones protégées.
Ainsi, en 1890, le taux des suicides variait, dans les départements de France métropolitaine, entre 46 suicide par millions d’habitant et 556 suicides par million.
suicide-1890
Les recensements sont disponibles sur le site de l’INSEE à partir de 1851 et jusqu’en 1921.
Il me semble que le Compte général de la justice n’a malheureusement pas été transformé en fichier utilisable directement. On les trouve sur gallica.bnf.fr mais sous la forme de copies numériques. Il faut donc faire un petit travail de copie.
Le “Compte général de la justice” a de nombreuses informations sur les suicides : nombre annuel par département, différencié selon les hommes et les femmes, par tranche d’âge, par état civil (marié, veuf, avec ou sans enfants…) On a aussi des informations sur le lieu du suicide, sur le mode de suicide :
suicide-1890-mode
Nous disposons aussi de la répartition mensuelle et des professions des suicidés, croisées avec le “motif présumé” (la “grossesse hors mariage” est le motif principal des suicides des “domestiques”).
La transposition de ces informations en base de données utilisables sera probablement un des exercices que je donnerai dans le cadre du cours que je vais donner sur Le Suicide de Durkheim… si, véritablement, on ne trouve pas de fichier déjà disponible.

Le Grand Remplacement

Au cours du XXe siècle, les parents des bébés nés en France ont remplacé Simone par Léa, Robert par Théo. Ce grand remplacement orthographique est bien visible :
total
Cliquez pour élargir le graphique

En 1900, le E était la lettre la plus utilisée dans les prénoms des bébés nés en France (21% des lettres des prénoms étaient des E). En 2011, les A représentent 17% de l’ensemble des lettres utilisées dans les prénoms, et les E dans 13%.
Les Y ont cru jusqu’à constituer 2,5% des lettres utilisées. Les R passent de 10% à environ 3%.

Méthode : Si 3 bébés qui naissent en France en 1910, que 2 d’appellent BOB et que l’autre s’appelle BILL, alors le total des lettres est de 10 (BOB, BOB,BILL), soit, classé par fréquence d’apparition B,B,B,B,B,O,O,L,L,I. Les B représentent alors 50% des lettres utilisées dans les prénoms, les I 10%.

Géographie des prénoms en Turquie, suite

Suite de l’étude des prénoms en Turquie commencée hier.
On dispose, pour chaque province, des 3 prénoms les plus donnés aux garçons et des trois prénoms les plus donnés aux filles. On peut considérer que plus deux provinces partagent des prénoms, plus elles sont similaires : si elles en partagent six, elles sont “semblables”.
Nous sommes limités dans l’analyse par le nombre réduit de prénoms et par l’absence d’informations sur la fréquence. Etre “numéro 1” quand on est donné à 20% des garçons et “numéro 1” quand on est donné qu’à 5% des garçons… ce n’est pas vraiment pareil.
J’ai réalisé une analyse en composantes principales (ACP) à partir des informations recueillies. Le premier axe n’est pas représenté : il est du à la seule province de Tunceli, petite et avec moins de 1000 naissances en 2013. Je ne représente ici que les axes 2 et 3.
pca-resume
L’axe 2 oppose des prénoms comme Hiranur, Nisanur, Muhammed et Yusuf à des prénoms comme Emir, Cinar, Kerem et Elif. L’axe 3 Mehmet et Mustafa à Irmak, Arda ou Emir.
Les individus, ici, sont les provinces : TR213 est Kiklareli province à la frontière de la Bulgarie (et que les Bulgares appellent Lozengrad).TRB24, c’ets Hakkari, à l’extrême Est de la Turquie (à la frontière avec l’Iran et l’Irak). D’un côté, à l’Ouest, les parents choisissent plutôt Emir et Elif, et à l’Est plutôt Nisanur et Muhammed.
Dans la carte suivante, les provinces sont coloriées en fonction de leur coordonnée sur l’axe 2 de l’ACP. Les rouges/orangées ont des coordonnées positives (les provinces à la droite du graphique, à l’Ouest géographiquement), les bleues foncées ont des coordonnées négatives (les provinces à l’Est, à gauche du graphique).

acp2

A partir d’une analyse des six prénoms les plus donnés aux enfants par province, en 2013, on voit apparaître des différences entre l’Est et l’Ouest de la Turquie.

Une exploration des requêtes

Depuis un peu plus d’un an, les visiteurs de http://coulmont.com/bac/ ont fait 265000 requêtes. Le prénom Kevin a été entré 4600 fois, suivi par Marie (2500), Mathilde et Mohamed (2200). 15 000 prénoms différents ont été recherchés, dont Yseulys, Yssam, ou encore Yun (à une reprise).
Parce que seul le prénom et l’heure de la requête sont gardés en mémoire et que ni l’adresse IP, ni la configuration informatique, ni rien d’autre n’est enregistré, je ne peux savoir qui cherche 15 prénoms, qui n’en cherche qu’un seul.
Je me demandais si les prénoms recherchés étaient surtout les prénoms des bacheliers (les personnes cherchant à valider statistiquement leur classement) ou des prénoms d’enfants à naître (les futurs parents essayant de s’assurer statistiquement de leur choix).
Examinons d’abord les 50 prénoms les plus recherchés (ils ont été à l’origine de 65000 requêtes) : Kevin Marie Mathilde Mohamed Pierre Louis Charles Camille Antoine Adele Paul Nicolas Alexandre Thomas Louise Guillaume Claire Jean Francois Charlotte Baptiste Pauline Lea Julien Maxime Alice Juliette Sophie Chloe Arthur Julie Clement Mohammed Vincent Sarah Victor Manon Jeanne Agathe Anne Hugo Edouard Adrien Dylan Lucie Clemence Marion Romain Emma et enfin Olivier
Ce sont des prénoms qui, à eux tous, suffisent à nommer 35% des naissances de 1900. Et surtout, ils forment un groupe de prénoms qui nomme 26,5% des naissances de 1996. Les 50 prénoms les plus fréquemment recherchés sont les prénoms des bacheliers de 2012-2014.
bac-1-50
Les prénoms un peu moins recherchés (disons ceux qui sont entre le 51 et le 200e rang) sont surtout des prénoms des années 60-80 : on y trouve Axel, Damien, Delphine, Elsa, Loïc…
En dessous, entre le 201e rang et le 800e rang se trouvent les prénoms des parents des bacheliers : Claudine, Evelyne, Francis, Jean-Claude (recherché à 90 reprises)… Ce groupe de prénom nomme 55% des naissances de 1955
Et les prénoms très peu recherchés, ceux qui se trouvent sous le 800e rang ? On y trouve les prénoms des grands-parents mais aussi des prénoms en voie de croissance, des prénoms de plus en plus donnés depuis le début des années 2000. Ils ne peuvent couvrir que 10% des bacheliers de 2013, mais ils représentent 30% des naissances de 2012. Malheureusement pour les internautes, ces prénoms ne se trouvent pas dans la base : ils sont trop rares.
bac-1-15000
Il semble donc y avoir, grosso modo, une relation entre la popularité des requêtes et les générations.

Les notes du bac

Comment ont évolué, au cours des dernières années, les notes au bac ? Dans le cadre des discussions politiques autour des “bourses au mérite”, un examen de la dispersion de ces notes peut être révélateur.
La MENESR-DEPP dispose d’une série, “Distribution des candidats présents au baccalauréat professionnel, technologique ou général selon la moyenne finale obtenue”, entre 2006 et 2013, que l’on va étudier ici. Notons tout de suite que l’on ne prend en compte que les candidats présents, pas les candidats inscrits au bac mais ne le passant pas ou passant seulement une partie des épreuves, pour une raison ou une autre.

Commençons par les bacs professionnels : le graphique ci-dessous indique qu’environ 40% des élèves obtiennent le bac pro avec entre 10 et 12 de moyenne. Au cours des 9 dernières années, la proportion d’élèves obtenant entre 8 et 10 a eu tendance à baisser. Notons que, sur la même période, il y a eu une réforme du bac pro et une forte augmentation des effectifs.
bacpro20062013

Poursuivons par les bacs techno : les notes semblent un peu plus concentrées autour de la moyenne.
bactechno20062013

Terminons par les bacs généraux : les notes sont moins concentrées autour de la moyenne, et on remarque une tendance à la diminution de la proportion des notes inférieures à 10.
bacgeneral20062013

Si l’on anime ce dernier graphique, en faisant défiler les différentes années les unes après les autres, voici ce que cela donne :
bacgeneralanimation
On remarque mieux les mouvements d’une année sur l’autre.

L’intérêt de la série de la DEPP est sa finesse : les moyennes sont disponibles au dixième de point près.

On voit, sur ce graphique, l’attraction pour les notes rondes. Il est entièrement faux de dire que “on donne le bac à tout le monde”. Seul un tiers d’une cohorte d’élève obtient le bac dans les temps écrivent T. de Saint-Pol et J. Cayouette : “seul un tiers des élèves entrant en 6e parvient effectivement à ce diplôme dans le temps initialement prévu”. Et à quoi servirait de recaler un élève pour 0,1 0,2 ou 0,3 points ? La barrière est-elle plus importante que le niveau ? Les jurys évaluent donc, pour les notes rondes, l’ensemble des éléments dont ils disposent. Ainsi, environ 5% des candidats obtiennent une moyenne comprise entre 10 et 10,0999.
repartition-dixieme
Entre 5/20 et 9,9/20, la répartition des notes forme deux “vagues”, résultat, sans doute, de la barrière à 8/20 pour passer à l’oral, et de l’attirance pour le 10 qui crée la bachelière. Et ensuite, l’on repère l’attraction qu’exerce les 12, 14 et 16, barrières des mentions. Le 18, qui ne donne aucune mention (les “félicitations du jury” n’existant absolument pas, sauf dans l’esprit de quelques parents), ne donne pas lieu à un pic.

Mais un phénomène intéressant est repérable vers les très hautes notes. La proportion de candidats obtenant in fine une moyenne supérieure à 18/20 est passée, entre 2006 et 2013 de 0,4% à 1,8%. Les candidats ayant une note supérieure à 19 sont passés de 160 à près de 1600. Le 20/20 était obtenu par 6 candidats en 2006, et par un peu plus de 60 candidats en 2013.
bignotes-evolution
Les très hautes notes sont toujours un signal. La mention “TB” remplissait “de mon temps”, ce signal, quand les IEP quasiment d’office admettaient les candidats l’ayant reçue, ce qui a maintenant pris fin. Ce sont les “20/20” qui, maintenant, sont interviewées par la presse régionale.