Categories

Archives

Ectoplasme ! Moule à gaufre ! Ambassadeur à particule !

La diplomatie fut longtemps une occupation acceptable pour un aristocrate. Encore aujourd’hui, environ 4% des ambassadeurs français portent une particule (alors que la proportion dans la population française est inférieure à 1%). Une petite base comportant des informations sur 3000 nominations d’ambassadeurs (sur data.gouv.fr) depuis 1944 nous permet de repérer une tendance à la baisse.
ambassadeurs-nobles-1944-2012

[Merci à @Gilda_f pour le titre]

Voyelles, consonnes, lettres et genre.

Les prénoms donnés aux garçons et ceux qui sont donnés aux filles n’ont pas la même structure. Les filles reçoivent des prénoms qui ont aujourd’hui un peu plus de voyelles que de consonnes : Aurélie (5 voyelles et 2 consonnes) ou Léa (2 voyelles et une consonne) sont de bons exemples. L’écart se maintient tout au long du siècle alors même que le ratio, pour chaque genre, évolue : Quand les prénoms féminins se consonnantisent, les prénoms masculins se voyellisent (ou l’inverse).

ratiovoyellesprenoms

Et les prénoms “mixtes” : eh bien c’est entre les deux. Les prénoms donnés aux deux sexes, comme Camille, ou encore Charlie ou Sasha, ont un peu plus de consonnes, mais pas autant que l’ensemble des prénoms de garçons.

Il n’en va pas de même pour la longueur moyenne des prénoms : prénoms masculins et féminins ont désormais la même taille moyenne, mais les prénoms “mixtes”, eux, sont beaucoup plus courts.

longueurprenoms

Les lettres les plus données restent grosso-modo les mêmes au cours du siècle, avec quelques modifications, comme l’augmentation de la fréquence des “Z”, récemment, et des “Y”, de manière plus ancienne, chez les filles.

lettresrang-fem

lettresrang-masc

Note : Le prénom “Dominique” a été enlevé du corpus des prénoms mixtes. Pour aboutir aux moyennes, le nombre de lettres d’un prénom est pondéré par le nombre de naissances : un prénom comme Théodore (donné à peu d’enfants en 2011) n’aura pas le même poids que Paul (bien plus fréquemment donné).

En avance !

Dès le primaire, et jusqu’à l’Université, les résultats scolaires des filles sont meilleurs que ceux des garçons. L’avantage masculin lors des tests de mathématiques au début du collège est entièrement compensé par le plus grand avantage féminin dans les autres disciplines. Et au bac, les filles obtiennent de meilleurs résultats : moins d’échecs, moins de passages à l’oral, et plus de mentions.

L’on ne peut donc être étonné par le fait que, depuis l’après seconde guerre mondiale, la proportion de filles “en avance” d’un an ou plus en Terminale soit plus élevée que la proportion de garçons “en avance”. Les élèves qui ont “sauté une classe” sont celles et ceux qui avaient de meilleurs résultats que les autres, qui restent “à l’heure” ou qui redoublent. Les statistiques du ministère de l’éducation le prouvent. En 1971, 7,7% des filles en terminale sont “en avance”, et c’est le cas de 6,3% des garçons. En 2005, après une trentaine d’années de limitation des sauts de classe, 3% des filles de terminale et 2,5% des garçons sont “en avance”.
avance1985-2015
Mais aujourd’hui, l’avantage est masculin : 5,5% des garçons de terminale sont en avance, ce n’est le cas que de 4,5% des filles. Les résultats scolaires des garçons, dans leur ensemble, n’ont pas rejoint ceux des filles. Il est même possible d’aller plus loin : les résultats scolaires des garçons qui ont sauté une classe sont moins bons que ceux des filles qui ont sauté une classe. Le saut de classe n’est plus indexé sur les résultats scolaires. Comment alors expliquer la proportion plus importante de garçons en avance ? Une explication liée à la structure des orientations est probable (les garçons sortent plus vite du système scolaire, et ils se dirigent plus vers les bac pro). Une autre explication est possible : dans les classes supérieures, l’investissement dans l’éducation des garçons s’est renforcé (même si l’égalitarisme est toujours affirmé). Un dernier mécanisme est à explorer, il combine les deux précédentes explications : l’avance scolaire était utilisée par les parents de garçons souhaitant les faire accéder au “bac S”, en anticipant un redoublement possible, en seconde ou en première… La très forte diminution des redoublements au cours des vingt dernières années fait accéder ces garçons aux Terminales sans qu’ils perdent leur avance.

Mais qui se fiance, de nos jours ?

Le Carnet du jour du Figaro est une source formidable qui se prête assez bien à l’enquête (pas seulement sur les prénoms). On peut y reconstituer certaines des relations familiales qui unissent entre elles des fractions diverses des classes dominantes. On peut y constater la place centrale qu’y occupe encore l’aristocratie d’apparence ou l’aristocratie titrée.
Voici un petit graphique, qui montre que près de 40% des faire-part de naissance et 75% des annonces de fiançailles implique une famille à particule. Chiffre à comparer avec la proportion estimée de porteurs de particule en France, plus de 0,5% mais moins de 1%.
carnetfigaro20132015-NF
On y repère aussi d’intéressantes variations saisonnières, qui restent à expliquer.

La valeur n’attend pas le nombre des années (de services)

Le Journal officiel publie régulièrement les listes des individus ayant reçu une légion d’honneur ou l’ordre du mérite.
J’ai récupéré rapidement quelques décrets de promotion et de nomination pour l’année 2015 et 2014. On trouve un peu plus fréquemment des porteurs de noms à particule parmi les récipiendaires de la légion d’honneur que parmi celles et ceux de l’ordre du mérite.
Le décret indique le nombre d’ « années de services ». Certains reçoivent leur médaille très vieux, après plusieurs dizaines d’années de services, d’autre plus jeunes. Et les femmes la reçoivent souvent plus rapidement que les hommes, comme le montrent les histogrammes suivants.
Le nombre d’hommes et de femmes est quasi égal : l’exigence de parité s’applique depuis quelques années aux Ordres nationaux. Mais les personnes nommées avant 35 années de services sont plutôt des femmes et celles qui sont nommées après 35 années de service sont plutôt des hommes.
legionHF2015

meriteHF2015

Notons cependant que je ne sais pas vraiment ce que recouvrent ces « années de services », et qu’il est donc complexe d’essayer de proposer d’autres interprétations de cette différence.

Le parisien mobile

En comparant les listes électorales de 2014 et 2015, on peut repérer environ 12500 personnes qui ont changé d’arrondissement. Il y a des mouvements privilégiés, par exemple entre les 15e et 16e arrondissements (160 déménagements du 15e vers le 16e), et des mouvements rares (seulement 44 déménagements entre le 15e et le 19e). Eliminons tous les mouvements rares, en comparant la matrice des déplacements observés et la matrice que l’on observerait si les déplacements étaient aléatoires.
mouvements2014-2015
On voit mieux la structure des échanges privilégiés et celle des évitements.

Procuration, mobilisation

Au premier tour des régionales de 2015, 10578 Parisiennes et Parisiens ont votés par procuration (ils ont du trouver environ 10500 électeurs pour voter à leur place). Au second tour, ce sont 18104 personnes qui ont voté par procuration à Paris. Presque le double. Et comme il faut un nombre équivalent de personnes mandatées pour mettre le bulletin dans l’urne, ce sont environ 36 000 votes qui sont concernés par la procuration.
Cette augmentation des votes par procuration entre les deux tours ne sont pas réparties aléatoirement sur l’espace parisien. C’est surtout dans les bureaux de votes qui avaient déjà vu un grand nombre de procurations au premier tour que l’augmentation est la plus forte, mais on repère aussi que dans les arrondissement de l’Ouest (8e, 17e, 16e) le recours à la procuration avait été faible au premier tour, il est fort au second tour.
procurationsparisdiffreg2015

Les votes par procurations à Paris (régionales 2015)

Le premier tour des élections régionales de décembre 2015 a suscité relativement peu de votes par procuration (moins de 2% des votes exprimés). Mais la géographie parisienne des votes par procurations en décembre 2015 ressemble à celle des élections européennes de 2014 : plus de procurations au centre de Paris.

procurationsparisregionales1
cliquez pour agrandir

 

Il y en avait eu deux fois plus lors des Européennes de 2014 (mais elles avaient eu lieu le 25 mai, c’est à dire à un moment où il est agréable de partir en week-end dans sa maison de campagne).

procurationspariseuropeennes
cliquez pour agrandir

La carte des procurations lors des élections présidentielles et législatives n’est pas tout à fait la même : les procurations sont alors bien plus importantes à l’Ouest qu’à l’Est.

Le second tour des élections régionales devrait voir plus de procurations, si l’on en croit la presse (Le Figaro, Le Parisien, 20 Minutes) : il semble en effet qu’à Paris (mais aussi Toulouse ou Arras ou Ajaccio et Grenoble) de nombreuses personnes cherchent à établir des procurations. Il y en avait aussi eu beaucoup au second tour des présidentielles de 2002.

Et voici, comme autre point de comparaison, une carte similaire pour le premier tour des municipales de 2014 à Paris. Des petites différences se repèrent : certains arrondissements sans aucun suspens électoral (16e, 20e, 19e, 13e…) voient peu de votes par procuration.
procurationsparismunicipales

Deux ou trois choses que l’on sait sur les candidates aux Régionales

Environ 21 000 candidats et candidates se présentent aux élections régionales qui se tiennent en décembre 2015. La liste nominative est disponible ici.
On peut s’amuser à estimer la proportion de “nobles” (au sens de candidat.e.s dont le nom de famille comporte une ou plusieurs particules) :
nobles-regionales-2015
Les aristocrates d’apparence sont plus nombreux à l’extrême droite qu’ailleurs, et encore plus nombreux à l’extrême droite “non-FN” qu’au FN et à l’ex-UMP. Ils sont très peu nombreux à l’extrême gauche, où l’on va avoir tendance à cacher la particule, si jamais elle existe. Les effectifs ne sont pas nombreux, mais les proportions sont très stables au fil des scrutins (législatives, européennes, municipales, cantonales, départementales…). D’ailleurs on peut remarquer de manière anecdotique que Pompidou est le seul président de droite de la cinquième république à ne pas avoir de particule ou à ne pas être marié à une particule (de Gaulle, Giscard d’Estaing, Chirac Chodron de Courcel, Sarkozy de Nagy-Bocsa).
On peut aussi jouer à repérer les proximités et les oppositions entre nuances politiques et professions des candidates et candidats.
ca-regionales2015
Cliquez pour agrandir

Ce graphique est issu d’une analyse de correspondance. L’axe 1 oppose les partis d’extrême-gauche, qui ont plus de candidats ouvriers que les autres, aux partis de droite, qui recrutent des notaires, des chirurgiens et des vétérinaires. L’axe 2 oppose les partis de gauche dont les candidats sont fonctionnaires aux partis d’extrême droite qui recrutent relativement plus d’indépendants et artisans, voire des petits patrons à la retraite.

Quelques prénoms bien corrélés

Dans un monde idéal, je disposerais d’informations nominatives individuelles comportant une indication sur la profession des parents. Dans le monde réel, je dispose d’éditions récentes du Fichier des prénoms, qui nous donne, pour chaque département, le nombre de bébés nés chaque année et portant tel ou tel prénom.
D’autre part les données des recensements nous indiquent la proportion de cadres, d’ouvriers, d’employés… dans la population active des 25-54 ans.
L’idée était de trouver des prénoms “bien corrélés” à certaines PCS. Voici quelques graphiques pour l’année 2012 (bébés nés entre 2010 et 2012, recensement 2012).
Ces corrélations écologiques risquent toujours de nous tromper. Dans les départements où il y a beaucoup de cadres, les prénoms Vadim et Brune sont plus fréquents que dans les départements où les cadres sont peu nombreux… Mais sont-ce les cadres qui appellent leurs enfants ainsi. C’est possible, c’est probable, mais ce n’est pas certain.
prenomscorreles2012