Categories

Archives

Billet

Les prénoms et la mention, édition 2018

Billet publié le 07/07/2018

Entre l’année dernière et cette année, tous les candidats ou presque ont changé. Mais si les personnes ont changé, ce n’est pas le cas de leurs prénoms. Prenons les Juliette. Les Juliette qui ont passé le bac en 2017 ne sont pas celles qui ont passé le bac en 2018. Et même plus : les Juliette de 2017 n’ont pas les mêmes parents que les Juliette de 2018. Et pourtant leur nombre est presque le même (2200), et leur taux d’accès à la mention Très bien est identique (20%). En tant qu’individu, elles sont toutes différentes. En tant que groupe (du simple fait de partager un prénom) elles sont semblables. Les Juliette de 2018 sont, en tant que groupe, et au regard du taux d’accès à la mention Très bien, identiques aux Juliette de 2017.
Cette année, 25% des Garance (qui ont eu plus que 8 au bac général et technologique et qui ont autorisé la diffusion de leurs résultats) ont obtenu la mention Très bien. C’est le cas de 5% des Océane ou des Anthony. Les prénoms les plus donnés vers 2000 (quand ces bachelier.e.s sont né.e.s), Léa, Thomas et Camille, ont des taux moyens de proportion Très bien. Vous remarquerez aussi assez vite la plus grande excellence scolaire féminine : à la droite du graphique, on ne trouve que des prénoms féminins bourgeois (Garance, Apolline, Diane…). A gauche, ce sont surtout des prénoms masculins et de classes populaires (Steven, Ryan, Christopher, Allan).


Cliquez pour agrandir

Pour les années précédentes, voir 2017, ou en 2016 ou encore en 20152014,2013, 2012 ou 2011. Vous pouvez aussi lire Sociologie des prénoms (édition La Découverte) [sur amazon, dans une librairie indépendante].

8 commentaires

Un commentaire par Régis (10/07/2018 à 12:00)

La prise en compte série du baccalauréat modifie-t-elle les résultats?

Un commentaire par Mathieu Ferradou (11/07/2018 à 16:42)

Avez-vous effectué le même travail pour les mentions européennes ? Ce serait vraiment formidable d’avoir ces données.

Un commentaire par Baptiste Coulmont (12/07/2018 à 8:26)

Il y a beaucoup plus de mentions TB en série S, et beaucoup moins en bac technologique.

Un commentaire par Baptiste Coulmont (12/07/2018 à 8:28)

Pour pouvoir produire des statistiques sur les prénoms, il faut des effectifs très importants, car le prénom le plus donné n’est donné qu’à 2% des bébés. Dans un groupe de 10 000 personnes du même âge, le prénom le plus donné ne sera présent que 200 fois, ce qui rend complexe l’établissement de proportions qui ont du sens, dès que l’on étudie des prnéoms qui ne sont pas dans le “top 10”.

Un commentaire par Denis Feurer (19/07/2018 à 17:12)

Bonjour,

Merci pour le partage de ce travail. Avez-vous déjà commencé à agréger les années de manière à avoir des tendance plus fiables et sur plus de prénoms, quitte à normaliser les moyennes d’une année sur l’autre (j’imagine que l’éducation nationale fait déjà ça pour homogénéiser au niveau national les différences de notations locales).
Par ailleurs, ce serait intéressant de représenter les prénoms avec une taille inversement proportionelle à la variabilité des notes du prénom. On peut se dire qu’un prénom avec plus de variabilité est moins marqueur d’origine sociale et pourrait donc être estompté dans la représentation graphique ? Au fait, pourquoi prendre la proportion de mention (n’y a t’il pas un effet de seuil, et qui plus est un effectif moins important) et pas la moyenne ou médiane des notes ?

Dernière question : Camille agrège-t-il les filles et les garçons ?

Merci d’avance,

Un commentaire par Brice (19/07/2018 à 23:50)

Bonjour,

Quel est le poucentage total de mention très bien?
Merci d’avance pour votre réponse,
Brice

Un commentaire par Baptiste Coulmont (20/07/2018 à 10:21)

Cette année, il y a eu 11% de mention Très Bien (pour les candidats ayant autorisé la diffusion de leurs résultats)

Un commentaire par Baptiste Coulmont (20/07/2018 à 10:28)

Oui j’ai commencé à explorer (et normaliser) les données agrégées.
Je prend la proportion de mention Très bien parce que je n’ai pas accès aux notes individuelles.
La variabilité du taux d’accès à la mention Très bien est réelle. (1) Elle est liée à l’évolution du prénom dans le temps : quand un prénom devient très donné, il tend à avoir un taux moyen de mention Très Bien. Ainsi Léa, entre 2012 et 2018 (pour les filles nées entre 1994 et 2000) devient un des prénoms les plus donnés… (2) Elle est liée au hasard des naissances et des choix parentaux : ainsi les prénoms plus rares ont une variance plus importante.
Les Camille agrègent les filles et les garçons. Mais avant les naissances de 2005, en gros, il y a plus de 10 Camille-filles pour chaque Camille-garçon.